Porte dans la vieille ville de Damas, 4 juin 2009

Avent 2021 – Ouvrir les données la recherche, un défi pour le secteur des archives de la médiathèque de la MMSH

W.) « Dans un réseau de lignes entrecroisées » – L’alphabet utilisé pour « numéroter » les différents paragraphes de ce texte respecte l’ordre d’apparition des lettres de l’alphabet dans la traduction française du 7e récit de Si par une nuit d’hiver un voyageur…, d’Italo Calvino. Le titre de ce récit, « Dans un réseau de lignes entrecroisées », contient cet alphabet jusqu’à la treizième lettre, O. La première ligne du texte permet d’aller jusqu’à la 18e lettre, M, la 2e donne la X, la 3e la Q, la 4e rien, la 5e le B et le J ; les quatre dernières lettres, K, W, Y, Z, se trouvent respectivement aux lignes 12, 26, 32 et 41 du récit. On en déduira aisément que ce récit (du moins dans sa traduction française) n’est pas lipomatique ; on constatera également que trois lettres de l’alphabet ainsi formé sont à la même place que dans l’alphabet dit normal (I, Y et Z). Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.176.

Il est partout, dans tous les laboratoires de recherche, le nouveau plan  national pour la science ouverte qui va se déployer jusqu’en 2024…  et bien sûr le secteur Archives de la recherche de la médiathèque doit le prendre en compte dans sa méthode et son organisation. Or ce nouveau Plan, dont l’objectif clairement affiché est d’ouvrir l’ensemble du processus de la recherche et en particulier les données, est entièrement en phase avec les méthodes de travail mises en oeuvre par notre secteur. Dans les quatre axes qui sont annoncés, nous sommes déjà très avancées sur la structuration, le partage et l’ouverture les données de la recherche : celles que nous produisons sont structurées1 et en conformité avec les principes FAIR (faciles à trouver, accessibles, interopérables, réutilisables), elles sont conservées sur le long terme en collaboration avec la très grande infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num et ouvertes dans le respect des règles éthiques et juridiques. Dans notre calendrier de l’Avent 2021, il nous semblait donc essentiel de donner des exemples de nos pratiques dans ce domaine en insistant sur le réusages de données.

Un exemple de deux fonds issus de deux programmes ANR qui ont respecté les principes du FAIR sur le cycle des données de la recherche : Colostrum et Histinéraires

Colostrum : Entre 2013 et 2017, le programme pluridisciplinaire de recherche “Colostrum” financé par l’ANR2 et coordonné par Joël Candau3, a associé 10 laboratoires de recherches, dans 7 pays sur 3 continents4, réunissant des compétences scientifiques venant de l’anthropologie et de la biologie5, dans l’objectif de documenter les pratiques et les représentations relatives à cette substance mais aussi de mieux connaître ses propriétés biologiques afin de contribuer à l’élaboration de messages efficaces de promotion de sa consommation.

A ce moment là, le premier plan national pour la science ouverte (2018-2021) n’était pas encore publié et l’ANR n’avait pas encore publié ses injonctions dans le domaine, mais pour Joël Candau participer au vaste mouvement de l’Open Science était indispensable. La phonothèque de la MMSH a été associée au volet anthropologique dès le début du programme6. Les enquêtes ethnographiques  visaient à comprendre les pratiques et les représentations relatives au colostrum et à identifier les variables sociales et culturelles susceptibles d’expliquer sa consommation ou sa non- consommation. L’équipe des anthropologues chargée de recueillir des données qualitatives et quantitatives dans 7 pays et 8 langues 7 a été formée dès le début du projet à la prise de son, aux questions d’utilisation et de diffusion des données et de leur archivage. Puis elles ont été cataloguées et mises en ligne dans le respect des règles juridiques et éthiques. Dans quelques semaines ces données seront déposées sur les serveurs du CINES avec le soutien de la TGIR Huma-Num, pour être conservées sur le long terme, accompagnées de leur plan de gestion de données. Toutes les données produites devaient pouvoir être accessibles, suivant la chronologie déterminée par chaque équipe de recherche même si in fine seules les données anthropologiques le sont ; une publication collective fait le point toutefois en traversant les disciplines.

Histinaires : Le programme ANR Histinéraires, La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte a été plusieurs fois présenté dans ces carnets. Son ambition affichée était d’obtenir une vision globale des parcours d’historien·ne·s à partir de la lecture et de l’analyse des mémoires de synthèse des activités scientifiques, soutenus en histoire depuis le début des années 1990, traités avec des outils de recherche textuelle intégrant les formes de récit qu’en font leurs auteurs. Une démarche d’histoire orale complétait cette approche avec l’apport des récits oraux collectés a posteriori au moment de la réalisation du programme. Elle a été conduite par deux professionnelles de l’oralité en histoire et plus largement en sciences humaines et sociales8, ayant une forte propension pour l’usage des récits oraux comme source. Le tandem constitué par une historienne académique et une archiviste de l’oralité, avait un double intérêt : celui de pouvoir réfléchir à la méthode – de la préparation à la conservation/ré-usage des entretiens dans un contexte nouveau – comme celui d’enquêter sur les membres de sa propre corporation9. Mais surtout l’occasion était séduisante de constituer un corpus de sources inédites par le sujet comme par le contexte de sa production, destiné à terme à un centre d’archives et qui suivrait les principes du FAIR. Cinquante récits de soi, sur soi, avec une dimension réflexive – mais sans la contrainte de l’exercice académique évalué et évaluant – ont été recueillis dans ce cadre.

L’archivage et l’ouverture des données ont été intégrés dès le début de la collecte de ces récits oraux. Tous les témoins ont signé un contrat d’utilisation de leur données, chacun a décidé du niveau de confidentialité donné à l’entretien, faisant le choix ou non de la mise à disposition au public – certains anticipant même le domaine public. Tous ont reçu avant la diffusion sur la base de données de la phonothèque de la MMSH les métadonnées qui allaient décrire leur entretien et une copie de l’enregistrement. L’ensemble a été catalogué suivant le standard XML EAD cité précédemment, tous les entretiens peuvent être cités par des URL stables, fournies par la plateforme Calames. Le recueil a aussi permis d’établir une modalité de citation de la source orale enregistrée qui n’est pas définitivement établie. Voilà un exemple de proposition de citation :

Deguilhem, Randi, Véronique Ginouvès, et Anne-Marie Granet. Randi Deguilhem, née aux États-Unis, directrice de recherche au CNRS, retrace son parcours de recherche sur les fondations religieuses en Syrie. Aix-en-Provence, 2014, 1h 55min (Entretiens enregistrés dans le cadre de l’ANR Histinéraires). En ligne : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-202147134568432 [consulté le 7 avril 2021]. Enquête n°5191. Phonothèque de la MMSH.

Réutiliser les données de la recherche

En suivant les préconisations du plan national pour la science ouverte, le secteur Archives de la recherche de la médiathèque a pour objectif de participer à la cumulativité de la science et de faciliter les réutilisations des archives. Plusieurs exemples pourraient être cités, mais pour clore ce billet, je voudrais plutôt évoquer un projet qui viens d’être lauréat du Fonds national pour la science ouverte dans le volet “contenus éditoriaux”, et dans lequel le secteur Archives de la recherche est impliqué dans le conseil scientifique, celui des Mémoires européennes du Goulag. L’objectif du projet qui se réalisera en 2022, est d’expérimenter un modèle alternatif de publication scientifique, sous forme de livre dynamique et ouvert, réutilisant des  données sonores et visuelles recueillies par des équipes scientifiques, et destiné à la fois aux chercheur·e·s, aux enseignant·e·s et au grand public.

Sur notre carnet qui, vous l’aurez compris, est désormais orienté sur l’ensemble des Archives de la recherche, vous trouverez en 2022 nos nouvelles aventures vers la science ouverte…

 

Crédits photographiques : Porte dans la vieille ville de Damas, 4 juin 2009, photographie de V. Ginouvès, CC-BY

 

  1. Le format choisi est celui de l’EAD – Encoded Archival Description, un format non propriétaire, standard XML reconnu internationalement. []
  2. Le programme financé par l’Agence nationale de la recherche a débuté en janvier 2013,  bénéficiant d’une aide de 312 759 euros sur 48 mois. []
  3. Université de Nice Sophia Antipolis, LAPCOS, aujourd’hui émérite. []
  4. Cinq laboratoires étaient en France  – le CSGA – Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation à Dijon), la phonothèque de la MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines, USR 3125 (Aix-en-Provence), l’équipe Tolérance Immunitaire (Université de Nice Sophia Antipolis, hôpital l’Archet de Nice), l’Université Paris Descartes – et cinq autres en Europe, Amérique Latine, Asie et Afrique [les universités de Francfort (Allemagne) et de Pelotas (Brésil),  le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique de Ouagadougou (Burkina Faso), la Maternité de l’hôpital Calmette à Phnom Penh (Cambodge)  et l’USMBA, Université de Sidi Mohamed Ben Abdellah (Fès, Maroc). []
  5. Le volet biologique avait deux axes : le premier, psychobiologique, portait sur les propriétés sensorielles et fonctionnelles du colostrum chez la souris et dans l’espèce humaine (équipe d’Éthologie du CSGA, UMR 6265, Dijon) et le second, immunologique, portait sur le potentiel immunologique du colostrum et son effet sur la prévention des allergies – EA Tolérance immunitaire de l’Hôpital l’Archet, Nice. []
  6. Joël Candau a permis dans le cadre du projet de prendre en charge une ingénieure d’étude pendant un an pour “fairiser” les données : Marine Soubrié a réalisé ce travail qui a été poursuivi par Giulia Manfredi sur un stage de 4 mois; []
  7. Les 7 pays dans lesquels les enquêtes ont été effectués sont l’Allemagne – au sein du centre hospitalier universitaire Universitätsklinikum et le Markus Hôpital de Francfort-sur-le-Main ; la Bolivie – à l’hôpital de Cochabamba et dans les familles de zone rurale autour de cette zone ; le Brésil, dans l’État de Santa Catarina dans la ville de Florianópolis à la maternité de-Ilha, et à l’hôpital de Caridade-Coração-de-Jesus en région rurale dans la ville de São-Joaquim ; le Burkina Faso – au Centre Hospitalier Universitaire Yalgado et au sein du District sanitaire du Bogodogo n°30 à Ouagadougou ; le Cambodge – hôpital Calmette de Phnom Penh, ; la France – à l’Hôpital de Nice ; le Maroc – Hôpital de Fès et dans le Sud du pays, dans les villages de Merzouga et de Hassylbyed, où là deux langues ont été enregistrées le marocain dialectal de Fès et le berbère du sud Maroc. []
  8. Véronique Ginouvès, archiviste CNRS/AMU responsable de la phonothèque de la MMSH entre 1997 et 2021 et Anne-Marie Granet, historienne, Professeure des universités émérite à l’université de Grenoble. []
  9. Un article présentant ce corpus, de Véronique Ginouvès et Anne-Marie Granet, paraîtra en 2022 dans un ouvrage collectif sous le titre Quand les historiens se racontent. Matériaux pour une histoire orale d’itinéraires professionnels. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.