Avent 2021 – L’anthropologie traversée par les archives, le fonds Christian Bromberger

R.) Utopies – Toutes les utopies sont déprimantes parce qu’elles ne laissent pas de place au hasard, à la différence, aux “divers”. Tout a été mis en ordre, et l’ordre règne. Derrière toute utopie, il y a toujours un grand dessein taxinomique : une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place.  Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.156.

Anthropologue reconnu par la communauté internationale de par les thématiques abordées (l’habitat, le football, la passion, la pilosité, le patrimoine…) et les aires géographiques arpentées (de la Provence à l’Iran), Christian Bromberger a contribué au développement de la discipline au sein du Ministère de la Culture et de l’Université et ses publications ont animé les débats théoriques et méthodologiques en anthropologie de la France et de l’Europe. Soucieux d’une recherche intègre et de l’administration de la preuve, il a très tôt confié ses archives à la médiathèque de la MMSH et il continue, au fil du temps, de déposer des collections organisées.

Il a déposé une première collection précisément au moment de la création de la MMSH, un ensemble d’enregistrements sonores issu du travail collectif sur lequel s’est appuyée la publication de l’ouvrage Gens du Germanasca. Dès la diffusion de l’instrument de recherche, les enregistrements ont été utilisés de diverses manières par une multitude d’utilisateur·trice·s1. Tout récemment, grâce au travaux de Matteo Cialone, doctorant à Aix-Marseille Université, la collection s’est enrichie de nouvelles collectes réalisées par des ethnomusicologues italiens ; le dépôt a été formalisé par une convention de collaboration scientifique avec l’ICBSA – Istituto centrale par i beni sonori ed audiovisivi a été signée avec la MMSH / Aix-Marseille Université.

Christian Bromberger a déposé ensuite plusieurs collections dans l’objectif de préserver les sources sur lesquelles s’appuyaient ses publications qu’il s’agisse de la vie quotidienne au Gilân, du match de football à Marseille, en Italie ou en Iran ou de la pilosité. Il a aussi choisi de déposer des documents fragiles, collectés au fil de ses différents terrains, en particulier en Iran.  Il conservait ainsi une série d’affiches, qu’il avait achetées après la révolution iranienne au fil de ses différents séjours et lorsqu’il dirigeait l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI) entre 2006 et 2008. Mais elles s’abîmaient et leur encombrement rendait encore plus difficile leur conservation. Cela a convaincu l’anthropologue de déposer les originaux à La contemporaine, tandis que sur un financement de la TGIR Huma-Num, Consortium “Archives des ethnologues”, les affiches étaient numérisées et mises en ligne sur MediHal2.

Féru des nouvelles technologies, Christian Bromberger a été le premier chercheur à déposer par courriel les fichiers sonores à la phonothèque pour son enquête La représentation de la chevelure et des poils chez les patients traités contre le cancer à l’Institut Paoli-Calmettes à Marseille (2005) et il vient de nous faire parvenir une série de séquences filmées numériques, récit de son parcours d’anthropologue à travers 11 séquences d’une durée de 20 à 45 minutes chacune, réalisées par la chaîne Les possédés et leurs Mondes3. Une magnifique occasion de vivre une petite histoire de l’anthropologie à travers son parcours professionnel et ses passions…

La première séquence a pour titre “Comment je suis devenu ethnologue” Premiers terrains …

La seconde : J’ai été influencé par les deux papes de l’ethnologie et d’abord travaillé au Gilan (Iran)

La troisième : Travailler à échelles multiples et le cas des combats de taureaux dans le Gilân iranien

La quatrième : Il faut étudier ce qui passionne les gens, le cas du football et la notion de style.

La cinquième : Le football en Iran et en Europe.

La sixième : Les passions ordinaires, les émotions et l’anthropologie de la Méditerranée. Le jeu des différences complémentaires.

La septième : L’anthropologie de la technologie, la carrière des objets, la notion de patrimoine immatériel et le savoir-faire.

La huitième : La danse et les nouvelles ritualités comme objet anthropologique.

La neuvième : Germaine Tillion, une ethnologue de l’Aurès, une résistance et une ethnographe des camps de concentration.

La dixième : La trichologie ou l’anthropologie du poil.

La onzième : Milda Bullé, biographie d’une pasionaria qui transgressé les limites et les frontières ou un personnage de l’entre-deux.

Crédits photographiques de l’image à la une : le groupe emblématique Quartiers Nords chante lors de la cérémonie de départ à la retraite de Christian Bromberger à la MMSH, le 26 juin 2013 , photographie de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC-SA.

 



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2021, 11 décembre). Avent 2021 – L’anthropologie traversée par les archives, le fonds Christian Bromberger. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgn

  1. Par exemple, une partie de la collecte a été sélectionnée et publiée dans le coffret Anthologie des musiques traditionnelles (Frémaux, 2010), d’autres chansons ont été réinterprétées par des choeurs ou des chorales, ou encore on retrouve des références de la collecte dans des publications scientifiques comme cet article de Mariano Fresta (Lares, 2013) ou des billets de blog. []
  2. L’ensemble a été catalogué en langues française et anglaise et déposé sur la plateforme MediHal en 2018, par Mathilde Louis, étudiante en archivistique dont le mémoire dresse un état complet de la collection. []
  3. Créée en 2014, la série audiovisuelle “Les possédés et leur Mondes” présente des témoignages et des réflexions d’anthropologues et de chercheurs en sciences humaines et sociales. Les invités partagent leurs expériences de terrain et font découvrir tout autant leur trajectoire intellectuelle que les savoirs qu’ils ont accumulés, consécutivement à leur immersion dans différents « mondes » de la planète. Les possédés reviennent sur leur vocation disciplinaire et expliquent leur contribution intellectuelle sur les plans méthodologique, empirique et théorique. Une production d’Anthropolog.net avec la collaboration de la revue Anthropologie et Sociétés, de la revue Anthropologica, de la Société canadienne d’anthropologie (CASCA), de la revue Social Compass et de Recherches amérindiennes au Québec.​ Nous remercions ces instances, ainsi que tous les partenaires qui ont financé le projet: le CRSH (Canada), la FSS de l’U. Laval, la IXe Commission mixte permanente Québec/Wallonie-Bruxelles, le FNRS, et le LAAP de l’UCL (Belgique). []