“Je me souviens” ou des formes de l’histoire orale

Lorsque Georges Pérec a publié Je me souviens, la guerre du Liban avait déjà commencé depuis trois ans et Zeina Abirached n’était pas née.  Malgré l’évocation de souvenirs très précis, ce livre a étonnamment traversé les modes et les périodes. Sans doute parce que l’histoire (notre histoire) est aussi faite de bribes et de traces, de petits morceaux de quotidien banal, partagés par d’autres anonymes. Ces instants, qui habituellement ne sont évoqués qu’au cours de conversations, nous reviennent soudain “suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie” (introduction de Georges Pérec à Je me souviens, 1978).

Il peut s’agir de moments  communs à tous [Je me souviens des pommes cuites au four, oubliées et carbonisées (56)  ou Je me souviens de l’air de mes tables de multiplication (154)] comme d’autres devenus incompréhensibles avec le temps [Je me souviens de « ALLEZ LES VERTS ! » (51)] ou qui le deviendront [Je me souviens de l’odeur de tabac qui imprégnait livres et vêtements dans la bibliothèque de mon grand-père (155)].  Bref,… toute plongée dans “Je me souviens” est addictive, il est difficile d’en sortir sans que les souvenirs se pressent dans nos mémoires. Ainsi, même si c’est trente ans plus tard que Zeina Abirached découvre cet ouvrage, il lui offre instantanément la possibilité d’un récit. Elle a la force de se détacher de l’exercice oulipien et, tout en usant de la formule magique, de dessiner en noir et blanc une véritable histoire de la vie quotidienne d’une enfant de la guerre du Liban qui habite Beyrouth Est, du côté du glacier “Chez Ward”. Une sorte de témoignage oral en bande dessinée à l’époque où Graindayzer (“Goldorak” pour les beyroutins) passait à la télé entre les pannes d’électricité .

Pressez-vous de le lire, Amazon nous dit qu’il en reste quelques exemplaires. D’autant plus que ce livre est un joli objet fabriqué par les éditions Cambourakisqui avec une texture, une forme et des couleurs qui plaisent aux mains et aux yeux.  Quant au mode “Je me souviens”, il demeure une belle façon de raconter l’histoire des anonymes et c’est pour cela que les chercheurs s’en emparent. Un projet d’envergure vient d’être présenté justement à Beyrouth à partir d’une idée collective présenté  par Maryline Crivello, Jacques Sapièga et Alain Brenas sur le thème « Création cinématographique et recherches en SHS, Je me souviens de la Méditerranée».  A suivre…

Crédit photographique : Beyrouth, Sporting club, fin du mois de mai 2010, Véronique Ginouvès.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Véronique Ginouvès (6 juin 2010). “Je me souviens” ou des formes de l’histoire orale. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/suw7


3 réflexions sur « “Je me souviens” ou des formes de l’histoire orale »

  1. Merci pour le signalement. Je suis amateur de ce type de littérature. Dans la même veine , je vous incite à lire Balcons et abris de Dalia Fahallah (L’Harmattan), qui nous parle de sa jeunesse à Beyrouth Ouest et ce n’est guère différent de Beyrouth Est. N’a pas eu grand succès sur Amazon mais le mériterait pourtant : http://rumor.hypotheses.org/259

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.