Couverture ouvrage

Avent 2021 – Un guide de bonnes pratiques pour les archives sonores

Bien sûr, aux différentes étapes de l’élaboration de ce travail – notes griffonnées sur des carnets ou sur des feuilles volantes, citations recopiées, « idées », voir, cf., etc. -, j’ai accumulé les petits tas, petit b, GRAND 1, troisièmement, deuxième partie. Ensuite, lorsqu’il s’est agi de rassembler ces éléments ( et il fallait bien les rassembler pour que cet « article » cesse un jour enfin d’être seulement un projet vague et régulièrement remis à des lendemains moins bousculés), il s’est rapidement révélé que je n’arriverais jamais à les organiser en discours. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p152.

Depuis plus d’une année désormais, nous travaillons avec Perla Olivia Rodríguez Reséndiz, professeure à l’Université nationale autonome du Mexique1 à la rédaction d’un manuel qui prenne en compte les enjeux de l’enregistrement sur le terrain de la collecte à son archivage2, il vient de paraître sous le titre : De la grabación en campo a la preservación : buenas prácticas de documentación sonora para centros de investigación3. Lorsque Perla Olivia Rodríguez Reséndiz m’a sollicitée pour cette co-rédaction, l’objectif était  de proposer une forme de mise à jour du guide des bonnes pratiques pour le catalogage des archives sonores, publié pour la première fois en 2001 puis réédité et mis à jour en langue espagnole en 2007 par les archives nationales de Colombie et l’institut français d’études andines (IFEA), repris en 2014 par un collectif sous le titre Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Finalement, la réalisation de cet l’ouvrage va beaucoup plus loin qu’une simple mise à jour.

En faisant un focus sur les archives sonores conservées dans les laboratoires de sciences humaines et sociales, il  traverse les méthodologie des collectes de ces disciplines (histoire, anthropologie, ethnomusicologie, dialectologie, sciences politiques) en proposant une compréhension du traitement du document sonore sur toute la vie de la donnée. Ainsi, après avoir fait un point sur l’enregistrement de terrain en sciences humaines et sociales (partie1 ) et l ‘avoir défini, les auteures reviennent sur l’histoire des phonothèques de recherche dans les différentes disciplines, les début de l’archivage des fonds sonores et la typologie de ces documents (partie 2). Elles brossent ensuite une rapide histoire des techniques de l’enregistrement sur le terrain et font un état complet des technologies actuelles (partie 3). Puis après avoir souligné la nécessité de dresser une typologie des enregistrements (partie 4), elles précisent les modalités de catalogage, les formats et standards à utiliser ainsi que les référentiels auxquels les archivistes peuvent recourir au moment du catalogage (partie 5). L’ouvrage se clôt sur les questions juridiques et éthiques qui se posent de la collecte à la conservation sur le long terme de ces archives de la recherche enregistrées sur le terrain (partie 6).

L’ouvrage, librement accessible sur plateforme d’archives ouvertes des Presses de l’université nationale autonome du Mexique dans la collection de l’Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información, est largement illustré par des images mais aussi des liens sonores. Des “auto-entretiens” de chercheur·e·s qui utilisent les enregistrements sonores sur le terrain partageant avec les lecteur·trice·s leur méthodes, leurs doutes, leur rapport aux témoins et leur éventuelle décision de déposer ou pas leurs matériaux dans un centre d’archives. Trois chercheures françaises y participent : la politiste Adeline Joffres (p.66), l’ethno-artiste Sylvie Marchand (p.66), l’anthropologue Julie Métais (p.67),

Bonne lecture !

Tous vos retours sont les bienvenus.



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2021, 20 décembre). Avent 2021 – Un guide de bonnes pratiques pour les archives sonores. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgw

  1. Au sein de l’UNAM, Perla Olivia Rodríguez Reséndiz est chercheure à l’Instituto de investigaciones bibiotecólogicas y de la información. []
  2. Ce travail a pu être réalisé grâce à un financement du programme UNAMPAPIIT IT 400118 “Creación y desarrollo de archivos digitales multimedios (sonoros, audiovisuales y fotográficos) con open source, en vue de soutenir le transfert et la conservation des données numériques des peuples autochtones du Mexique. []
  3. DOi / https://ru.iibi.unam.mx/jspui/handle/IIBI_UNAM/215. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.