Promenade dans Beyrouth, de Sursok à Hamra, 20 décembre 2019

Avent 2021 – Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives

L) Raison et pensée : Quelle relation, au fait, y a-t-il entre la raison et la pensée (indépendamment du fait que ce furent les titres de deux revues philosophiques) ? Les dictionnaires ne nous aident guère à répondre ; par exemple, dans le Petit Robert, pensée = tout ce qui affecte la conscience, et raison = la faculté pensante ; on trouverait plus facilement, me semble-t-il, une relation ou une différence entre les deux termes en étudiant les adjectifs dont ils peuvent s’agrémenter: une pensée peut être émue, profonde, banale, ou libre ; la raison peut être profonde aussi, mais également sociale, pure, suprême, inverse, d’Etat ou du plus fort. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.156.

Du mois de janvier au mois de mai 1975 auprès des Français installés à Beyrouth (Liban), le sociologue Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’État, sur le thème « Les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène »1. Il est alors maître assistant à l’université de Lyon et il est détaché depuis 1969 à l’École supérieure des lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées.

Ces 62 enquêtes donnent à entendre Beyrouth en 1975 juste avant que la guerre civile n’éclate, une ville où le français est une langue de communication de certaines élites mais où l’on parle principalement l’arabe et de plus en plus l’anglais. A l’écoute, les entretiens sont particulièrement fluides. Jean Métral présente son projet d’enquête pour donner au témoin quelques points de repère puis il accommode son entretien en fonction des orientations de son témoin, comme une conversation, où il se permet d’intervenir de temps en temps, un échange peu contraint, ouvert aux aléas et à toutes les formes possibles de ruptures de ton. Il nous rappelle en ce sens la méthode développée par le sociologue Jean-Paul Kauffman, dans son petit ouvrage paru onze ans plus tard sous le titre L’entretien compréhensif 2.

Appuyé sur une méthode souple, en empathie avec le témoin, la force de ce fonds entièrement inédit est ainsi de permettre des réusages multiples dont nombre d’entre eux n’ont pas encore été envisagés : histoire d’une population francophone au Liban, des institutions d’enseignement, sociologie des expatriés au Moyen-Orient – et en particulier du genre, du rapport à l’autre -, analyse de trajectoires biographiques, étude de la relation à l’enseignement dans un pays étranger et des enjeux pédagogiques, cartographie sonore d’une ville ; il peut encore s’agir, à l’instar du sociolinguiste Joshua A. Fishman  d’utiliser ces entretiens pour tenter de répondre aux questions :  qui parle français à qui et quand en 1975 au Liban ?  d’autres encore sont à imaginer… Ces voix donnent une image fixée juste avant une guerre civile qui a tout bouleversé, et elles pourraient être entendues en les croisant avec d’autres enregistrées dans le cadre d’un éventuel retour sur le terrain3. Voilà pourquoi dans ce billet, j’ai voulu faire une point sur les réusages de ce fonds, ceux qui sont en cours ou qui ont déjà été réalisés – et comme nous ne sommes pas toujours informés de ces ré-usages, si vous avez connaissance d’autres que nous n’avons pas repérés, merci de nous les signaler.

Les multiples réusages d’une collection sonore

– Un premier mémoire de Master 2 tire partie de l’entretien réalisé par Jean Métral auprès de Michel Seurat, alors enseignant à l’école supérieure des lettres ; il y a associe également les collections sonores des archives de Michel Seurat. Il a été soutenu en 2016 au sein du département “Politique comparée, Expertise politique et internationale” de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, dirigé par Aude Signoles et Mohamed Tauzi, rédigé par Alaa Khzam sous le titre Michel Seurat ou la recherche du politique : itinéraire d’un chercheur engagé4.

– Deux mémoires de Master 2, soutenus en 2017, s’appuient sur les séries d’entretiens qui évoquent l’école supérieure des lettres. Le premier, soutenu à l’IEP de Rennes sous la direction de Vincent Joly et rédigé par Inès Djerroud, a pour titre Regards de Français au Liban aux prémices de la guerre, 1974-19755. Le second, soutenu à Aix-Marseille Université, au sein du département Histoire & Humanités, dirigé par Juliette Honvault et Aurélia Dusserre, rédigé par Malo Pinatel, a pour titre Les Coopérants français à l’École supérieure des lettres de Beyrouth (1968-1975)6.

– Lorsqu’à la fin de l’année 2019  Akhésa Moummi, en études politiques (LIERFYT & CéSor), s’est engagée dans un travail de thèse sur le thème Ethnographie scolaire et réseau d’enseignement francais : “l’hypothèse laique” au Liban, elle pensait pouvoir faire la totalité de son terrain au Liban. La pandémie ne lui a pas permis de quitter le territoire français et l’écoute des entretiens a été, en début de thèse, une occasion de pallier pour partie à cette absence de terrain. Elle a retransmis son expérience lors du colloque Pallier”. L’intelligence pratique face à la pandémie organisé à l’EHESS par Christian Ingrao et Romain Huret en mars 2021 dans une intervention qu’elle a nommée : “Les chemins de traverse de la thèse. Sources médiatiques et archives du moment présent, repenser sa recherche face à l’éloignement du terrain” (halshs-03173781).

– Sami Ouchane vient d’engager un travail de thèse à Aix-Marseille Université sous la double direction de Juliette Honvault (CNRS, IREMAM) et Aude Signoles (IEP Aix-en-Provence, Méshopolhis), sous le titre La politique de coopération éducative de la France au Liban : enseignement, francophonie et relations internationales (1946-1990). Là encore les entretiens de Jean Métral seront mobilisés.

– Tout récemment, l’entretien n° 4415 avec Mireille Dunand, archivé sous le titre “L’épouse d’un archéologue de renom, née en 1901, s’exprime sur les événements historiques du Liban de 1925 à la fin de la seconde guerre mondiale, vécus à travers leurs missions archéologiques” a été utile à des archéologues qui ont travaillé sur l’histoire des fouilles de Byblos. L’entretien sera cité dans le catalogue de l’exposition qui sera publié pour le centenaire des fouilles de Byblos, célébré au Louvre ainsi qu’au musée des Antiquités de Leiden en octobre 2022.

Porte de l'Ifpo, plaque commémorative Michel SeuratLe 6 novembre 2018 à l’Institut français du Proche-Orient s’est tenue une cérémonie, découvrant une plaque commémorative sur le bâtiment des études contemporaines rappelant la mort de Michel Seurat. Après les discours de l’Ambassadeur de France au Liban et du directeur de l’Institut, une écoute collective a permis au petit groupe de participants d’entendre encore une fois le rire le Michel Seurat.

Le montage avait été réalisé pour l’occasion à partir d’un entretien présentant des éléments biographiques de Michel Seurat enregistré à Beyrouth avec Jean Métral en 1975 (1h 55min, enquête n°4383) :

– Il faut enfin noter que les témoins qui se sont retrouvés dans ces enquêtes ou les ayants droit qui ont découvert leurs proches ont tous été touchés par la bienveillance de cet enquêteur compréhensif et petit à petit nous obtenons les autorisations de diffusion des entretiens de toutes celles et ceux que nous avons repéré·e·s et à qui nous envoyons les contrat d’utilisation des enregistrements. Les témoignages d’usages d’écoute dans des situations familiales nous ont aussi été rapportés.

Ainsi si le projet de thèse sur les français au Liban n’a pu être mené jusqu’au bout, le fonds d’archives sonores qui devait servir d’appui à la recherche est aujourd’hui utilisable par d’autres, pour d’autres projets de recherche et plus encore…, Ecoutons ici France Métral (enquête 5130) qui exprime ce souhait – Jean Métral, sociologue très proche de ses étudiants, l’aurait certainement soutenu :

Crédits photographiques : Promenade dans Beyrouth, de Sursok à Hamra, 20 décembre 2019, CC-BY-NC et porte des études contemporaines de l’Ifpo, 5 juin 2018, CC-0 – Photographies de V. Ginouvès.

  1. L’instrument de recherche de ce fonds a été publié sur la plateforme Calames et dans la revue Sonorités, sous forme de numéro spécial (n°1, 2019). Le texte de ce billet reprend pour partie l’introduction du fonds documentaire que j’avais rédigé pour la publication, en collaboration avec Hélène Giudicissi, alors archiviste à la phonothèque de la MMSH. []
  2. Jean-Claude Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996 – Cote à la médiathèque de la MMSH : ) et la présentation par Elizabeth Longuenesse dans le numéro de Sonorités nous éclaire sur la façon dont Jean Métral choisit en 1975 d’entamer cette série d’entretiens ((Sur la question  des entretiens de type “compréhensif” et de la capacité d’empathie de Jean Métral, je vous renvoie également à la présentation, toujours dans le numéro de Sonorités, de Virgine Milliot, “Jean Métral, ethnologue dans la cité”. []
  3. J’ai eu l’opportunité d’enregistrer d’ailleurs ertains témoins plus de 40 ans plus tard comme le géographe Jacques Bourgey par exemple ou l’architecte Jacques Liger Belair. []
  4. Consultable sous la cote MT-27321 sur place à la Médiathèque de la MMSH. []
  5. Le master est consultable sous la cote MT-27438 sur le site de la Médiathèque de la MMSH. []
  6. Consultable sous la cote MT-27414 sur place à la Médiathèque de la MMSH. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Véronique Ginouvès (17 décembre 2021). Avent 2021 – Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.