Ordinateurs VAX 11/780

Avent 2021 – La conception assistée par ordinateur vue par ses créateurs et ses utilisateurs dans le fonds Jean-Pierre Poitou

L’injection du vocabulaire dans la grammaire produit ad lib. des quasi-infinités d’aphorismes tous plus porteurs de sens les uns que les autres. D’ores et déjà, un programme d’ordinateur, conçu par Paul Braffort, en débite à la demande une bonne douzaine en quelques secondes. Penser/classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p. 175

Les archives de Jean-Pierre Poitou (1936-2017)1 nous proposent de revisiter un passé récent, mais par la fenêtre d’un domaine qui nous en éloigne déjà beaucoup : l’informatique, de la fin des années 1970 à la fin des années 1990. Une vingtaine d’années seulement, où, déjà bien installée dans certains milieux professionnels, son développement s’accélère, ainsi qu’une de ses  premières applications : la conception assistée par ordinateurs (CAO).

CAO / CFAO / DAO / késako ?

Pour poser rapidement le cadre historique de la CAO, ses prémices sont à trouver dans les années 1950 et la mise en place de commandes numériques. C’est donc très rapidement après la création de l’ordinateur2 que s’est posée la question des débouchés pour l’industrie.

Toutefois, la naissance de la CAO devrait plutôt être placée aux années 19603 avec l’apparition des interfaces graphiques ainsi que nous l’explique Yvon Gardan :

|…] l’objectif de la cao est de créer un modèle d’un produit, modèle qui doit pouvoir être réutilisé pour différentes tâches, soit interne à la cao (modifications, calculs…), soit externe à celle-ci (fabrication, simulation…). Un système de cao est caractérisé par une interface homme-machine (essentiellement « graphique ») et un modèle (géométrie, caractéristiques mécaniques…).4

Nécessitant au départ de très couteux et volumineux équipements, la CAO est donc réservée aux plus grandes entreprises.  Son évolution au cours des décennies suivantes suit une démocratisation progressive en même temps que les logiciels se multiplient et se complexifient, grâce à la puissance sans cesse accrue d’ordinateurs qui demandent de moins en moins de place5 De fait, CAO et DAO se répandent dans les entreprises industrielles et tendent à y devenir la norme en matière de conception d’objets.

Apparait également la conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) : extension de la CAO où données de l’objet modélisé peuvent être transmises aux machines-outils qui en réalisent alors un prototype.

Mais au-delà des questions technologiques, comment ce nouveau mode de conception impacte-t-il les travailleurs dont il tend à remplacer les outils ? Modifie-t-il les rapports hiérarchiques, l’organisation syndicale, les relations de travail au sein de l’entreprise ? Allège-t-il ou complexifie-t-il le travail ? Quelle était la psychologie de ceux qui l’ont conçue, et comment ont-ils vécue sa mise en place ?  En bref, quelles sont les implications psycho-sociologiques du développement de la CAO sur ses utilisateurs ?

Le dépôt du fonds Poitou

Telle est la question que s’est posée Jean-Pierre Poitou avec l’équipe qu’il a dirigée au Laboratoire Psychologie Cognitive de l’Université de Provence à Aix-en-Provence. Durant les années 1980 et 1990, ils ont enquêté auprès de nombreuses entreprises privées et publiques françaises sur la base d’entretiens personnels enregistrés, notamment auprès de dessinateurs, de techniciens, de cadres et d’ingénieurs. Parmi ces derniers figurent certains des plus importants et influents dans l’histoire industrielle, tels Pierre Bézier (1910-1999) ou Paul de Casteljau (1930-….). Peu à peu, un fonds d’archives sonores inédites sur l’histoire de la CAO se constitue.

En 2005, Jean-Pierre Poitou décide de faire don à la phonothèque de la MMSH les archives produites au cours d’une partie de ses recherches (1979-2002). L’essentiel du fonds correspond à des archives sonores (319 cassettes analogiques et 7 micro-cassettes), parfois accompagnées d’une documentation écrite (transcriptions, notes préparatoires aux entretiens, coordonnées des informateurs). S’y ajoutent 8 cassettes VHS.

Vue d’ensemble de (presque) toutes les cassettes audio du fonds Poitou, dans leur matériel de conditionnement d’origine

En parallèle de ces archives, Jean-Pierre Poitou dépose également une sélection de rapports de recherche reprographiés et de publications en lien avec le fonds6, ainsi que la collection complète de la revue (qu’il a dirigé) Technologies, Idéologies, Pratiques, soit 35 numéros entre 1979 et 2003.

Pour documenter ce dépôt, un entretien de Jean-Pierre Poitou a été réalisé par Maurice Zytnicki (ingénieur en systèmes d’information et écrivain) le 24 janvier 2015. Le producteur y revient sur sa carrière, l’histoire de la CAO, explique avoir déposé ses archives après s’être rendu compte de leur potentiel de revisite par d’autres chercheurs, tout en émettant des réserves sur la diffusion publique de certains entretiens. Déposé à la phonothèque, la notice de cet entretien est accessible sur Ganoub. S’il n’est actuellement pas écoutable en ligne, une transcription en a été publiée par Zytnicki dans la revue Nacelles7

Au même moment, en 2015/2016, quelques cassettes d’entretiens d’ingénieurs renommés sont numérisées sur site à la MMSH. Puis, au printemps 2021 ce sont près de 150 cassettes qui sont numérisées par un prestataire. Sur cette base et grâce à un financement de l’Abes, la médiathèque a pu recruter pour son secteur archives de la recherche un agent contractuel sur une durée de deux mois afin de commencer le travail d’inventaire du fonds Poitou. Un stagiaire de master 1 va par ailleurs se voir confier le traitement documentaire de l’un des sous-fonds8 début 2022.

Aperçu d’une partie du fonds ayant été inventoriée.

Que trouve-t-on dans le fonds Poitou ?

En résumé : beaucoup d’histoire de la CAO et des implications psycho-sociales de sa mise en place ; un peu d’étude des systèmes informatisés de gestion des connaissances.

Le premier terrain choisi est la Régie Nationale des Usines Renault (RNUR). L’enquête est financé par le CNRS dans le cadre d’un programme nommé Sciences Technique et Société (STS), de 1981 à 1984. Avant la fin même de l’enquête, Poitou demande et obtient le financement d’une seconde enquête STS réalisée entre 1984 et 1986), conduite à l’inverse dans différentes entreprises de l’automobile, de l’aéronautique et de développement de logiciels de CAO :  Peugeot, Citroën, Cisigraph, Société Nationale Industrielle Aérospatiale (SNIAS), Matra Datavision, ou encore Avions Marcel Dassault. Dans ces deux enquêtes, c’est surtout l’histoire de la CAO et des bureaux d’étude qui est interrogée. Les informateurs y sont majoritairement de prestigieux ingénieurs, qui ont participé intimement à cette histoire. 9

Bien qu’ayant déjà publié en 1984 dans Sociologie du travail un article où il se demandait si le dessinateur industriel allait être obligé de troquer sa planche à dessin contre un ordinateur, c’est vraiment à partir de 1986 que Jean-Pierre Poitou met en place des enquêtes axées sur les conséquences psychologiques et sociales de la CAO et de la DAO en allant enquêter non pas auprès de ceux qui la créent mais de ceux qui l’utilisent, notamment techniciens et dessinateurs. Les rapports hiérarchiques se voient-ils modifiés ? Y a-t-il finalement allègement ou alourdissement de la charge de travail ? Le tout numérique est-il sans pertes en termes de qualité du travail ?10.

Deux vastes enquêtes sont réalisées à la RATP (1986)11 et chez EDF12 (1995-1996), cette dernière s’intéressant d’avantage aux systèmes informatiques de gestion des connaissances qu’à la CAO.13

En parallèle, des enquêtes sont également menées chez Airbus, aux chantiers navals de la Seyne-sur-Mer et La Ciotat14, les Centres d’Etudes Techniques de l’Equipement (CETE), Alcatel ou encore CGEE Alsthom15.

Enfin, Poitou a enregistré des événements publiques (tables-rondes, congrès, commissions, etc) en lien avec ses recherches. Parmi eux – et plus anciens documents du fonds –  le 1er congrès des analystes et programmeurs, qui prit place à Paris du 8 au 10 mai 1979.  Une des séances, sur l’écoute de laquelle nous proposons de finir, eut pour thème “l’informatique de l’an 2000”, question d’avenir sur l’époque où seront justement enregistrés les derniers entretiens du fonds Poitou :

 

Image à la une : “Digital Equipment Corporation (DEC) VAX 11/780-5 computer, Living Computer Museum, Seattle, Washington, USA”, photographie par Joe Mabel, 2014, CC BY-SA.

 

 

  1. Jean-Pierre Poitou était directeur de recherches CNRS, psycho-sociologue, entre autres au Centre de recherches en psychologie cognitive (CREPCO) de l’Université de Provence []
  2. Les positions peuvent varier quant à ce qu’on considère comme étant le premier ordinateur de l’histoire, dans les années 1930 ou 1940 []
  3. Précisons que la CAO doit être distinguée d’une autre technologie à la naissance concomitante : le dessin assisté par ordinateur (DAO). Les logiciels de DAO permettent de dessiner des segments directement sur l’écran à l’aide d’un outil connecté afin d’en réaliser une image. Mais cette image n’est pas un modèle, elle n’en permet pas la simulation des propriétés physiques. []
  4. Yvon Gardan, «Une brève histoire de la conception assistée par ordinateur», Nacelles [En ligne] ((Yvon Gardan, «Une brève histoire de la conception assistée par ordinateur», Nacelles [En ligne], Conception aéronautique : une transformation digitale à bas bruit (années 1960-2010), Dossier thématique / Thematic Section, mis à jour le : 22/06/2019, URL : https://revues.univ-tlse2.fr:443/pum/nacelles/index.php?id=768. []
  5. Les ordinateurs VAX 11/780 visibles en couverture – un des principaux ordinateurs de la fin des années 1970 à la première moitié des années 1980 – sont déjà une grande évolution. Puis rapidement au cours des années 1980 les ordinateurs personnels prennent place sur les bureaux. []
  6. Cette littérature grise occupe une boite d’archives []
  7. Zytnicki (Maurice), «Un regard de sociologue sur la CAO, entretien avec Jean-Pierre Poitou», Nacelles [En ligne], mis à jour le : 07/06/2019, URL : https://revues.univ-tlse2.fr:443/pum/nacelles/index.php?id=763. []
  8. Celui des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer et La Ciotat, voir plus bas []
  9. Deux ouvrages seront issus de ces recherches : Poitou (Jean-Pierre), Le cerveau de l’usine. Histoire des bureaux d’étude Renault de l’origine à 1980. Recherche sur les conditions de l’innovation technique. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1988, 316 p. ; Poitou (Jean-Pierre), 30 ans de CAO en France, Paris, Hermès, 1989; 168 p. []
  10. A ce sujet, voir cet article publié en 1992 par Poitou dans la revue Intellectica []
  11. 89 cassettes audio correspondant à une quarantaine d’entretiens individuels, auxquels s’ajoutent des enregistrements de groupes de travail et de synthèses collectives []
  12. 80 cassettes audio, non inventoriées au moment de l’écriture de ce billet []
  13. lors du dépôt Poitou a ainsi estimé que 20% du fonds se rapportait à la gestion des connaissances, et les 80% ) la CAO. []
  14. ce sous-fonds va d’ailleurs plus loin que la CAO : réalisés juste avant la fermeture des chantiers navals, ces entretiens constitue également une source sur l’histoire locale et ouvrière []
  15. Renommée depuis Cegelec []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.