Malette méttalique ayant appartenu à Marceau Gast contenant un magnétophone, un micro, des bandes vierges et une batterie.

Avent 2021 – Créer un musée pour comprendre comment se lisaient, se voyaient et s’entendaient les archives de la recherche

RIS DE VEAU SURPRISE : Escaloper finement quatre ris de veau que vous aurez auparavant faits dégorger dans une eau légèrement citronnée. Mettre à four moyen pendant quarante minutes en arrosant fréquemment. Déglacer au Noilly, servir avec un sorbet au thé. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.97.

Lecteur de diapositives et mallette dédiée à son transport appartenant au fonds Marceau Gast

A quel moment un format devient-il obsolète ? Est-ce lorsque qu’il n’est plus utilisé, plus produit ou quand il a été remplacé par un nouveau format ? C’est la question que se pose le Museum of obsolete media sur son site muséographique présentant une impressionnante collection d’objets audiovisuels et de supports de données : plus de 750 formats y sont dévoilés et documentés à travers le temps.

Différents supports et lecteurs analogiques : disques, disquette, bobines, cassettes VHS, table d’éclairage et lecteur de cassettes standards.

En discutant avec nos collègues documentalistes, bibliothécaires, archivistes, informaticiens et ingénieurs de données, une réaction fait l’unanimité : “ça va très vite !”. Quels que soient nos âges, nous partageons la même impression que la durée est bien ténue dès qu’il s’agit des médias, supports physiques ou logiciels entourant notre quotidien.  Qui se souvient des minidisques ? du minitel ? Qui a connu les vidéodisques ? Quand je trouve dans les fonds d’archives de chercheurs, un télégramme ou une disquette souple, c’est comme une décharge du temps qui passe. Et c’est comme si la vitesse de l’obsolescence allait croissante au fil des progrès technologiques. L’obsolescence programmée, nous en avons facilement conscience aujourd’hui avec nos smartphones et les versions de logiciels qui ne sont plus mises à jour – l’économie du numérique et de la croissance nous contraignent à cette spirale. Alors, trouver un document tapé à la machine à écrire sur du papier cadeau, ouvrir des mallettes de chercheurs renfermant des appareils de lecture audio ou image que l’on appellerait aujourd’hui “vintage” sans trop savoir leur histoire et leur usage précis, découvrir des vieilles machines à imprimer des supports vidéos… C’est comme faire ressurgir du néant des objets dépassés, dont on ne saurait plus vraiment aujourd’hui comment ils fonctionnaient si on les laissait dans ce recoin de l’oubli.

Bobines de films dans différents formats et vidéodisque.
Différentes machines de lecture et de traitement des données (de gauche à droite) : ordinateur des années 1980-1990 avec lecteur de disquette souple, deux modèles anciens d’imprimantes vidéo couleur.

Certes, plonger dans le passé, c’est la routine des archivistes. Mais ces objets, que l’on n’archive pas avec les documents produits par les chercheurs, disent également des choses sur la recherche : comment elle a été produite, avec quels outils, selon quelles méthodes, dans quel contexte et à quelles fins. De plus, les supports d’enregistrement utilisés par l’anthropologue sur le terrain ont des répercussions sur la relation d’enquête et la réaction des enquêté·e·s. Chaque année, on assiste à l’augmentation du volume de stockage, à la miniaturisation des outils et à la croissance de la rapidité de captation. Cela a nécessairement un impact sur le travail de recherche. Aussi, pouvoir nommer et décrire ces outils permet de reconstituer l’environnement de travail des chercheur·e·s à un instant T et ainsi de mieux comprendre les données qu’ils/elles nous ont léguées et que nous avons entre les mains.

Différents supports de films analogiques et conditionnements variés : à gauche des diapositives et des négatifs conditionnés par l’archiviste ou le chercheur, au centre et à droite des emballages originaux de chercheurs (boîtes de roquefort, boîtes en métal et en papier) contenant des bobines de films.
Plaques de verre réalisées par Emile Laoust : au-dessus les emballages originaux du chercheur, au-dessous le conditionnement des plaques par l’archiviste.

Certains objets ne sont pas encore obsolètes, mais il est également important de les identifier et de collecter cette mémoire à temps, pour comprendre comment la recherche se construit à un moment donné. C’est pourquoi nous réfléchissons à la manière de documenter et de mettre en valeur ces objets pour les jeunes générations de la recherche et les futures.

Alors une idée nous traverse, devant ce que nous entrevoyons comme un petit trésor patrimonial, un morceau à ne pas négliger de l’héritage scientifique dont nous sommes les dépositaires : celle d’un musée des médias d’archives de la recherche à la MMSH, permettant de donner à voir et de décrire à la fois les supports qui archivent la mémoire, ainsi que les outils ayant servi à la production et à la conservation de ces supports. Il nous faudra pour ce faire questionner la conservation et la pérennité de ces médias, définir une chronologie de ces outils, tenter de les faire fonctionner à nouveau, se documenter sur leurs usages et leurs modes d’emploi, les mettre en lien avec la production scientifique… Le programme d’un beau projet qui fera appel aux retours des chercheur·e·s producteur·rice·s eux/elles-mêmes quand c’est encore possible, aux conseils des collègues dans les centres de conservation spécialisés, dans les centres de recherche ou dans les musées, et à la connaissance des curieux/curieuses et amateurs/trices éclairé·e·s. En somme, c’est une nouvelle enquête que nous avons là à mener…

Différents outils de lecture de données (de gauche à droite) : visionneuse stéréoscopique en bois pour lire des diapositives, différents modèles anciens d’imprimantes vidéo couleur pour imprimer des images provenant d’un appareil vidéo comme un magnétoscope, classeur à fichiers bibliographiques.

Quelques ressources sur le sujet de l’obsolescence des médias :

Articles en lien sur la thématique des supports et médias sur Les carnets de la phonothèque :

Le vrai retour de la cassette

La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

Avent -12 : L’adieu aux cédés


Crédits photographiques :

– Photographie de couverture : Mallette de terrain de Marceau Gast contenant un magnétophone, une batterie, un micro, des bandes analogiques, des câbles et un manuel d’utilisation, photographie d’Emilie Groshens, décembre 2021, CC0
– Photographies d’appareils, supports et lecteurs de données textuelles et audiovisuelles conservés à la Médiathèque SHS de la MMSH (voir légendes associées), par Emilie Groshens, décembre 2021, CC0



Citer ce billet
Emilie Groshens (2021, 23 décembre). Avent 2021 – Créer un musée pour comprendre comment se lisaient, se voyaient et s’entendaient les archives de la recherche. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svgz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.