AFFICHE journée mediation

Médiations sonores, enjeux scientifiques & défis pratiques – 11 février 2022

La question du sonore est apparue récemment en tant qu’objet scientifique à part entière. Elle s’établit notamment en lien avec le tournant « sensoriel » (Corbin, 1982, 1990 ; Howes, 1990) qui traverse les sciences humaines et sociales, et qui élargit la conception des rapports aux savoirs, jusqu’à présent essentiellement pensés par le prisme du visuel. Le développement des Sound Studies (Sterne, 2003) ouvre ainsi de nouvelles perspectives dans plusieurs disciplines comme l’histoire ou l’anthropologie, dépassant la seule question musicale.

En conséquence, le champ patrimonial se doit également de questionner ses modes opératoires (en atteste notamment l’intégration du patrimoine sonore à la définition élargie de la culture proposée par l’UNESCO) et les musées s’efforcent non seulement de faire une place au sonore dans leurs collections (on pense par exemple à l’intégration d’œuvres d’« art sonore » aux collections de certains musées d’art) mais aussi de proposer aux visiteurs de mobiliser d’autres sens que la vue dans les expositions.

De ce fait, la médiation culturelle s’est peu à peu ouverte au champ sonore, en lien également avec le développement d’outils numériques. De nombreuses institutions utilisent désormais le son comme un outil de transmission, de diffusion ou de médiation des œuvres d’art et des objets du patrimoine, matériel comme immatériel. Son utilisation varie néanmoins en intensité au sein de l’éventail des formes de « médiation sonore », allant de son incorporation aux dispositifs d’exposition avec l’audioguide ou les « douches » sonores, à des médiations spécifiquement centrées sur l’écoute avec, par exemple, le développement de « balades sonores ». La médiation du sonore peut également se fonder sur des outils qui mobilisent d’autres sens que l’ouïe (comme dans le cadre d’expositions portant sur les instruments de musique). Autant de nouvelles manières de faire médiation qu’il s’agira d’interroger.

L’objectif de cette journée d’étude est de présenter un ensemble de projets et de perspectives en lien avec la médiation sonore. A travers eux, nous nous interrogerons sur les enjeux scientifiques, pratiques et techniques que pose la médiation des sons et du phénomène sonore, en lien avec l’évolution historique de la perception, avec les normes sensorielles sous-jacentes aux espaces d’exposition, ou encore avec l’évolution des outils et moyens techniques à disposition des médiateur·ices.

La situation sanitaire interdit l’accès au site pour les publics extérieurs. Les interventions de la journée  seront diffusées en live sur Youtube à cette adresse (avec interaction possible avec les intervenants) : https://www.youtube.com/YouTurbulence

Programme

11h Introduction de la journée d’étude

Intervention annulée 10h15 – La médiation sonore au service de l’écoute de la ville. Quelles « nouvelles » modalités de médiation le sonore apporte-t-il ? Julie de Muer (Radio Grenouille, Coopérative Hôtel du Nord, Bureau des Guides) – Promenades sonores
Discussion
11h15 – La médiation de la recherche sur le phénomène sonore [visio] – L’archéologie du sonore et de l’écoute, quelles médiations ? Refaire sonner l’abbatiale de Royaumont (SON:S), Karine le Bail (CNRS, CRAL-EHESS) – La question de l’archéologie sonore est traitée depuis longtemps dans les laboratoires de recherche.  Elle cite par exemple le programme de l’école française de Rome1 Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne. Une autre illustration, sonore celle-ci, nous est donnée avec la vidéo du Ghost Orchestra Project, reconstruction sonore de Notre-Dame de Paris. Dernière illustration, à venir celle-ci, la commande d’une oeuvre faite pour  Royaumont à Francesco Filidei, compositeur italien habitué de ces reconstitutions.

Karine Le Bail termine son intervention en informant sur le Réseau son, projet de “Recherche et création” pluridisciplinaire, qu’elle a contribué à fonder et qui accompagne une politique scientifique du CNRS. Le projet s’appuie sur une expérience critique dans le domaine du son et elle présente toute la singularité de ce réseau. Au sein de ce réseau, dans une temporalité et un espace de création, les chercheurs pourraient trouver un espace privilégié où pourraient trouver leur place les interactions, les réflexions méthodologiques et épistémologiques mais aussi rencontrer des professionnels issus de différents métiers  (ingénieurs, plasticiens sonores, metteurs en scène, …). Le son et l’écoute sont au coeur de la recherche du projet. Actuellement un travail de cartographie dynamique des connaissances permet d’éclairer cette réflexion sur “ce qui fait son” pour entamer la mise en réseau et la compréhension de son objet2. La qualification Sound studies issue des sciences et techniques n’est en effet pas suffisante car elle ne rencontre pas du tout les autres approches scientifiques que sont les sciences du vivant et les sciences de l’ingénieur3. Le réseau a la volonté de sortir de l’académisme et créer un tiers lieu de recherche et de création, de ressource mutualisée, rencontre d’acteur qui donnerait naissance au CNRS d’une “Maison du son”.

Discussion
12h30 Pause repas

14h – 16h Les défis de la médiation des archives et des oeuvres sonoresComment faire la médiation d’archives sonores ?

Les archives de la recherche à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, Véronique Ginouvès, secteur Archives de la recherche, médiathèque MMSH.

Les défis de la médiation de la collection d’oeuvres sonores du musée Réattu à Arles, Elisabeth Pouliquen et Daniel Rouvier, Musée Réattu
Discussion

La médiation de la musique et des instruments au musée. Comment penser la médiation des instruments de musique au-delà de l’objet matériel ? Quels défis pour l’exposition de la musique ?
Retours sur la conception, la mise en oeuvre et la réception de l’exposition « instruments voyageurs » (Villeurbanne, Le Rize/CMTRA/ENM), Laura-Jouve Villard (Philharmonie de Paris)
Discussion

17h – Conclusions et fin de la journée

Journée organisée par l’équipe du LESA, Laboratoire d’Études en Sciences des Arts (EA3274), Marseille Université. Ce laboratoire, rattaché à l’UFR ALLSHS, soutient les recherches et travaux spécialisés dans les disciplines portées par ses enseignants-chercheurs : arts plastiques et arts de la scène, cinéma, esthétique et sciences des arts, médiation culturelle, musique et sciences de la musique : https://lesa.univ-amu.fr

Journée ouverte à tous les publics mais en ligne à cause des contraintes sanitaires

Date : 11 février

Horaires : 9h30 – 17h30

Lieu : campus Saint-Charles (Marseille, AMU), 3 place Victor Hugo, 13003 Marseille, bâtiment Turbulence (bâtiment 14, derrière la BU), salle 11 (salle de projection).  Pour vous y rendre : après avoir passé l’entrée principale du campus, aller tout de suite à gauche, longer la clôture laissée sur votre gauche, passer derrière le bâtiment du CIPE, en continuant de longer la clôture, vous arriverez sur le bâtiment Turbulence

Informations complémentaires : https://www.facebook.com/MedartsAMU 

 



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2022, 27 janvier). Médiations sonores, enjeux scientifiques & défis pratiques – 11 février 2022. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svh3

  1. Ce projet dirigé par Alexandre Vincent (Université de Poitiers), Sibylle Emerit (IFAO), Sylvain Perrot (EFA) s’est déroulé en 2015. []
  2. Les cartes se font à partir d’articles scientifiques d’où sont identifiés des mots-clés par exemple, oralité, auralité, silence, bruit, soundscapes, paysage sonore, landscape, sound studies… []
  3. Sur la question des Sound Studies, Karine Le Bail cite en particulier un  article de Steven Feld qui lance”I hate sound studies”, contre cette forme d’orthodoxie disciplinaire, avec une asymétrie problématique qui pèse du côté de l’occident. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.