#Perec40 Commémoration de la disparition de Georges Perec

En ce jour de la commémoration des quarante ans de la disparition de Georges Perec, l’équipe du secteur Archives de la recherche ne pouvait manquer le rendez-vous de rendre hommage à l’écrivain documentaliste qui a accompagné nos carnets de l’Avent ces deux dernières années.  Voir nos calendriers de l’Avent sur La disparition en 2020 et sur Penser/Classer en 2021.

Aujourd’hui, un hommage participatif à sa Tentative d’épuisement d’un lieu parisien1 était proposé sur le site Liminaire et organisé sur Twitter avec le hashtag #Perec40. L’idée de l’exercice #Perec40 était de réaliser une tentative collective d’épuisement d’un lieu planétaire : « Cette fois, c’est la planète qui sera l’objet, durant une heure, d’une description minutieuse et multiple, de ses mouvements infimes et ignorés, de ses petits riens, de sa quotidienneté. » Pour y contribuer, notre clin d’œil pourrait être ce moment collectif et joyeux de l’après-midi où nous avons aidé au récolement des ouvrages en arabe de la bibliothèque où ces milliers de livres dessinaient notre horizon et notre décor :

Dos d’ouvrages à l’infini, de toutes les couleurs, dorures et lignes cursives, arabesques, une langue qu’on ne sait ni lire ni parler, des livres qu’on ouvre à l’envers, des pages jaunies, un peu de poussière, des tampons, des inscriptions au crayon de papier, trouver le numéro Unimarc, feuilleter, trier, rire masqués. #aix-en-provence #perec40

Cette citation extraite de La disparition pourrait tout aussi bien décrire ce moment de bibliophilie :

” Il voulait saisir un in-folio, l’ouvrir (lisant, aurait-il surpris, par raccroc, par hasard, un fait plus probant, l’indication qui lui manquait ?) mais il n’y arrivait pas ; sa main passait trop loin du rayon ; il n’arrivait pas plus à savoir à quoi avait trait la publication : tantôt il croyait y voir un colossal ABC, tantôt Coran, Talmud ou Thorah, l’Opus magistral, l’angoissant bilan d’un savoir tabou…
Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ca avait disparu.
Ou alors, il croyait voir, dans un journal du soir, un amas ahurissant d’informations :
PROHIBITION DU PARTI :
PLUS UN COCO A PARIS !
Pour vos colis : non au cordon, non au fil, OUI AU SCOTCH !”
Georges Perec. La disparition. Edition Denoël, Paris, 1969.

Et cette image de la bibliothèque pour l’illustrer :

Crédit photographique : Livres en arabe à la Médiathèque SHS de la MMSH, photographie par Emilie Groshens, CC0

  1. Au gré de la journée, Perec notait ce qu’il voyait sous forme de liste de faits ordinaires de la vie quotidienne : « les événements ordinaires de la rue, les gens, véhicules, animaux, nuages et le passage du temps ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.