Carnet de terrain de Lucien Golvin

Un mois avec les archives de Lucien Golvin

En seconde année de Master en Histoire des Mondes Anciens et Médiévaux à Aix-Marseille Université1, j’ai effectué au second semestre un stage au secteur Archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH. Pendant un mois, j’ai ainsi pu participer au traitement du fonds Lucien Golvin.

Lucien Golvin (1908-2002) est un historien de l’art et archéologue spécialiste des arts et traditions populaires, de l’habitat traditionnel et des medersa ou madrasa au Maghreb et dans le monde arabe en général. Fondateur du musée Dar Jellouli à Sfax et des musées ethnographiques d’Alger, d’Oran et de Constantine, il a été licencié de philosophie après la seconde Guerre Mondiale, directeur des services de l’artisanat au gouvernement général en Algérie de 1946 à 1957, occupant de la chaire d’art et de civilisation de l’islam à la faculté des lettres et sciences humaines d’Alger de 1957 à 1962 et professeur à l’Université d’Aix-Marseille de 1962 à 1977, où il occupa la chaire d’art et d’archéologie musulmanes.

Le fonds Lucien Golvin est conservé au secteur Archives de la recherche de la Médiathèque. Il se compose d’une partie iconographique, de plus de 14000 photographies sur différents supports (négatifs, diapositives et tirages), donné à l’IREMAM en février 1995, et d’une partie d’archives papier (environ 5ml), données en 1997. Les divers documents présents dans ce fonds s’étendent en grande partie sur la période de production du chercheur, à savoir de 1949-1995, mais il existe des documents antérieures à 1949, et lorsque c’est le cas, ceux-ci sont issus de la littérature scientifique réunie par Lucien Golvin ou par Georges Marçais (1876-1962), historien orientaliste ami de Lucien Golvin, qui lui donna une partie de ses archives de recherche. Ils couvrent différents pays d’études, tels que l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Espagne, la Libye, l’Égypte, la Syrie, le Yémen, le Liban, l’Israël, la Turquie, etc.

A l’occasion du stage, les archivistes avaient réuni l’ensemble des sources papiers et photographiques jusqu’ici dispersées dans deux armoires dans la salle de tri.

Lucien Golvin avait lui-même organisé ses archives photographiques en les classant et en les annotant avec plus ou moins de détail par tirages, planches contacts, diapositives et négatifs. Ce classement renvoie aux différents sujets et terrains d’études du chercheur (par exemples Kairouan grande mosquée, Fès Palais et demeures, Fouilles Qalaa Bani Hammad, Grenade Alhambra, céramique hispano-musulmane…) ou à des publications (de lui-même ou d’autres auteurs), qu’il s’agisse des boîtes en carton et des albums des tirages papier, cartes imprimées et dessins ; des classeurs des planches contacts et négatifs ; ou encore des classeurs et boites en plastique des diapositives couleur, probablement utilisées lors de conférences.

Organisation des archives photographiques, fonds Lucien Golvin, Médiathèque MMSH

Les archives de textes, comportant la production et la documentation scientifiques du chercheur, étaient quant à elles moins documentées. Contrairement aux photographies, ces sources étaient peu organisées, certaines contenues dans des dossiers formés par le chercheur lui-même, d’autres empilées en vrac dans des cartons. Ma mission a donc consisté à réaliser un premier classement sommaire de ces archives papier : matériaux de terrain, correspondance, dossiers documentaires utilisés pour les cours et les recherches, cours, dossiers de publications, notes bibliographiques, croquis, calques et plans. Pour cela, il m’a fallu éplucher les différents niveaux de classement – carton > dossier > classeur > chemise > document – quand ils existaient, et analyser les documents isolés pour en extraire les éléments clés de contexte de production ou d’usage par Lucien Golvin (sujet, terrain, date, auteur/source), en effectuant parfois des recherches bibliographiques et des recoupements d’informations. Ce travail de tri m’a permis de regrouper les documents par grands ensembles cohérents, géographiques (par exemple, Yémen, Espagne, Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie, Syrie, Maghreb) ou thématiques (publications, cours, relations, madrasa, monde musulman, etc.).

Pour 4 champs d’études – l’Al-Andalus, le Yémen, les Madrasa et la Libye -, j’ai pu accompagner ce pré-classement d’une étude précise du contenu des documents afin d’en saisir une description minutieuse sur un fichier d’inventaire. Cela a été le travail le plus chronophage durant mon stage.
Par exemple, à travers l’Al-Andalus, que Lucien Golvin a étudié de 1959 à 1979 environ, j’ai été amené à analyser des revues et articles scientifiques espagnols datant des années 1920 à 1950, des photographies de monuments andalous lorsqu’il se trouvait à l’Université d’Alger, ainsi que de nombreux croquis, calques et dessins réalisés par Georges Marçais. Toutes ces données conjuguées m’ont permis progressivement, au fil des découvertes et de mon enquête, d’évaluer dans quel cadre Lucien Golvin avait été amené à consulter ces sources et quelles publications en avaient été tirées, notamment Islam d’Espagne publié en 1959 ; Notes sur un décor de marbre trouvé à Madinat al-Zahra publié en 1960, ou encore Essai sur l’architecture religieuse musulmane, publié en 1979.
Sa documentation et ses recherches portant sur le Yémen,  s’étendent de 1977 à 1984. On y trouve de la correspondance, plutôt rare sur l’Al Andalous, ainsi que des ouvrages scientifiques, des tirages photo et des carnets de notes que Lucien Golvin a utilisés durant ses missions entre 1977 et 1980. Ses recherches sur le Yémen ont abouti à diverses publications, dont Thulâ’ : Architecture et urbanisme d’une petite cité de la République Arabe du Yémen en 1984, ou encore à l’élaboration du Chapitre XII – Contribution à l’étude de l’architecture de montagne en République Arabe du Yémen en 1985.

Lorsque j’ai ouvert le carton où se trouvaient les 6 carnets issus de son terrain yéménite, j’ai perçu aussitôt la force de la main et du dessin quand il « croque » les façades,  les portes, les fenêtres les serrures des maisons traditionnelles et montagnardes. Ils nous en apprennent beaucoup sur la vie du chercheur en mission, mêlant ses notes personnelles à des croquis dessinés sur site, au gré de ses pérégrinations, accompagnés de notes prises sur le vif, avec une écriture tremblante et moins lisibles que dans ses autres documents. Un de carnets, en particulier a retenu toute mon attention. Il s’agissait de celui qui relatait sous forme graphique ses missions de 1977 et 1980 dans plusieurs villes de l’Ouest du Yémen (Thula, Manakha, Zabid, Ibb, Jibla, Dahmar, Mabar) avec un intérêt particulier sur les villages médiévaux. Il étudie les techniques artisanales de construction et de décoration, en particulier des maisons et bâtiments, jusqu’aux détails des portes, fenêtres et serrures. Le carnet contient des notes, en français et en arabe, sur le vocabulaire, les matériaux tels que la brique de terre cuite et les outils utilisés. Les dessins rendent compte des constructions et des motifs stylistiques rencontrés dans les cités. Sa numérisation et sa diffusion en ligne ((Avec l’aide de Christian Champaloux, j’ai appris comment utiliser et paramétrer l’outil de numérisation en fonction de la taille, de l’aspect, du contenu, de la couleur et de la matière de l’objet à numériser. J’ai réalisé ce travail le 9 mars 2022 au format TIFF en 600 dpi (Point par Pouce, étant une unité de précision utilisée pour définir la résolution), j’ai retravaillé certaines des images pour en améliorer la lisibilité (recadrage, pages en vis-à-vis) en vue de sa publication sur l’entrepôt de données de la recherche en sciences sociales, Nakala : https://nakala.fr/collection/10.34847/nkl.bdffp7z3) sont une façon de transmettre cette découverte.

Percevoir la matérialité du travail du chercheur en sciences humaines et sociales, notamment en histoire de l’art et en archéologie n’est pas chose simple quand on est immergé dans la culture numérique. Classer ces archives m’a donné des pistes pour comprendre les méthodes de la recherche à l’ère analogique, les différentes étapes, services et personnes ressources pour mener à bien des fouilles sur le terrain, et – in fine – la construction du savoir d’un homme au fil de ses recherches. Les dessins de Lucien Golvin que l’on devine parfois faits à la volée, ses notes et anecdotes, sur une recette ou une rencontre, ou encore sa correspondance avec des confrères et amis, rendent ses archives vivantes et méritent d’être découvertes.

 

Crédits photographiques :
« Maisons de la ville de Ibb ». Carnet de terrain de Lucien Golvin (1908-2002), 20 novembre 1977, p. 35, fonds Lucien Golvin, LGO-Yemen-C-01-035, CC-BY-NC
Fonds Lucien Golvin conservé à la Médiathèque de la MMSH, photographies prises par Véronique Ginouvès et Emilie Groshens en mars 2022, CC0

  1. Je suis Quentin Bettinger, mon sujet de mémoire porte sur la symbolique des couleurs dans l’Empire mongol, XIIIe et XIVe siècles []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.