Les films de Jean Pierre Olivier de Sardan : où les voir ?

Anthropologue franco-nigérien, Jean-Pierre Olivier de Sardan1 est originaire du Languedoc. Après des études en sciences politiques et en anthropologie en France à la fin des années 19502 Il consacre sa thèse de doctorat en ethnologie à l’étude du changement social chez le peuple Wogo au Niger.

Tout au long de son parcours, le chercheur s’est intéressé à divers domaines de recherche : l’anthropologie de l’action, les services publics, la santé, le développement, la corruption et la gouvernance. Dans son travail de terrain, en grande majorité sur l’Afrique de l’Ouest, Jean-Pierre Olivier de Sardan s’implique pour que la recherche anthropologique puisse avoir des effets sociaux ou au minimum puisse être une source pour l’action publique.

Présentation des films de Jean-Pierre Olivier de Sardan

Entre 1967 et 1992, Jean-Pierre Olivier de Sardan réalise des films et des séquences vidéo montées, dans le cadre de ses recherches anthropologiques. Il tourne dans trois régions du monde : la région Tillabéri au Niger où il réalise trois films entre 1967 et 1971, la France où il réalise 3 films entre 1973 et 1988 entre Paris et le Sud de la France et enfin la région des Grands-Ponts en Côte d’Ivoire où il réalise 2 films entre 1991 et 1992.

Les deux premiers films réalisés par le chercheur sont en lien avec ses premières recherches sur les sociétés Songhay-Zarma : La bouche déliée3 réalisé en 1970, reconstitue avec les habitants des villages de Kokomanimé et Tessa un mariage selon la tradition Wogo tel qu’il se pratiquait dans les années 1950 ; Sassalé réalisé en 19724, montre les rapports sociaux entre les paysans pauvres et les chefs locaux selon les anciens rôles tenus par chaque groupe humain, ceux de captifs et ceux de maîtres. Il faut ajouter, en 1970, le tournage par Jean Pierre Olivier de Sardan du jeu de Dilli qui porte sur un jeu de damier appelé Dilli en langue zarma5.

En 1974, il réalise La vieille et la pluie. Dans ce film, le chercheur montre la tradition d’un village touché par la sécheresse. Les habitants demandent ainsi à la vieille Wissiliwey de renouer avec la tradition c’est-à-dire d’organiser un yenendi, culte de possession pour faire venir la pluie, mais la population est loin d’être unanime car la pratique est contradictoire avec l’islam.

En parallèle de son terrain au sein des sociétés Songhaï-Zarma, Jean-Pierre-Olivier de Sardan continue ses recherches en région Occitanie dans le sud de la France, en Lozère et en Camargue. En 1985, il réalise le film Faudrait pas nous prendre pour des indiens – le pays derrière la fête6 puis en 1987 le film Le Jaune et le Noir tourné en Camargue7. Dans ce film, le chercheur retrace une journée de la fête votive de Saint Laurent d’Aigouze, dans le Gard, qui se déroule sur 10 jours dans les années 1980. Ajoutons sur le terrain français, le film La Goutte d’or8 réalisé à Paris en 1973 qui met en scène les enfants du quartier de la Goutte d’Or dans le 18e arrondissement de Paris.

En Côte d’Ivoire, il réalise deux films : Un matin une pirogue9 en 1991 montre le travail des pêcheurs de Grand Lahou, une petite ville située sur le littoral de la Côte d’Ivoire ; Saint joseph le crocodile10 montre les pratiques d’un guérisseur de Grand Lahou et met en évidence les modifications induites par l’arrivée du christianisme.

Dépôt des archives audiovisuelles à la MMSH 

Pour préserver et valoriser son travail de recherche, Jean-Pierre Olivier de Sardan sollicite en avril et en septembre 2017 l’équipe de la Phonothèque11 de la MMSH, et y dépose une partie de ses archives de terrain, composées de cassettes audio, bandes son et documents papiers, et propose une collaboration scientifique avec le LASDEL –  Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local pour que les données soient mises en partage. Une convention est en cours de signature qui va permettre qu’une copie numérique des documents archivés, accompagnée de leur traitement archivistique soit partagée en ligne. Aujourd’hui, ces archives  sont décrites et cataloguées sur la plateforme Calames12.

Accès aux films 

Certains films de Jean-Pierre Olivier de Sardan peuvent être visionnés sur la plateforme du CNRS Images, d’autres sur YouTube.

Le secteur Archives de la recherche de la MMSH les a documentés.13 Ils sont catalogués sur Calames et soit librement accessible, soit consultable sur site à la demande. Pour chaque film est indiqué le contexte de production, les intervenants dans sa réalisation, la description du contenu, ainsi que les informations relatives aux droits d’utilisation. Un soin particulier est apporté à la contextualisation de ces réalisations dans l’intention de faire comprendre la démarche du chercheur à travers ses archives.

La consultation sur place des films conservés à la phonothèque et au secteur Archives de la recherche est ouverte à tout public sur rendez-vous. Lorsque les droits le permettent, la notice fournit un lien permettant de regarder en ligne la version numérique des films.

Trois films de Jean-Pierre Olivier de Sardan sont accessibles sur le site CNRS Images : La bouche déliée, Sassalé et La vieille et la pluie. Le CNRS Images conserve les originaux et leur notice renseigne sur le support, la durée, le contenu et la version de ces objets vidéo.

Avec l’accord de Jean-Pierre Olivier de Sardan, nous avons placé sur Internet Archive le film Le jeu de Dilli qui n’a jamais été diffusé dans les circuits commerciaux :

Trois films de Jean Pierre Olivier de Sardan sont aussi accessibles sur la plateforme YouTube :

Saint-Joseph le crocodile  

Le jaune et le Noir

Faudrait pas nous prendre pour des Indiens- le pays derrière la fête

Bonnes projections !

Astou Ndoye SECK
Master 1 Histoire, civilisation, patrimoine, Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Bibliographie

Matteo Cialone et Véronique Ginouvès. 2020. « Quand les archives sonores nous chuchotent leur histoire : création et organisation d’une phonothèque de recherche à travers ses différents acteurs ». Géolinguistique, no 20 (décembre). https://doi.org/10.4000/geolinguistique.2151.

“Jean-Pierre Olivier de Sardan” (consulté en le 3 juin 2022) Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Jean-Pierre_Olivier_de_Sardan&oldid=192477237.

« Les carnets de la phonothèque | A propos d’archives sonores et audiovisuelles ». s. d. Consulté le 06 juin 2022. https://phonotheque.hypotheses.org/.

Marie-Dominique Mouton, 2008. « Les ethnologues et leurs archives. Passion, possession et appropriation ». Journal des africanistes, no 78-1/2 (mars) : 221 ‏33. https://doi.org/10.4000/africanistes.2542.

Jean-Pierre Olivier de Sardan et Ghislaine Gallenga. 2019. « Le commun face à la corruption : l’anthropologie du service public à travers le prisme de l’Afrique : entretien avec Jean-Pierre Olivier de Sardan (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local) ». Anthropologie et Sociétés 43 (2): 171 ‏79. https://doi.org/10.7202/1067025ar.

Crédit : Image extraite du film La bouche déliée, fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan, auteur Jean-pierre Olivier de Sardan, production CNRS Images https://images.cnrs.fr/video/405



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2022, 7 juillet). Les films de Jean Pierre Olivier de Sardan : où les voir ? Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svht

  1. Jean-Pierre Olivier de Sardan est directeur d’études à l’EHESS – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, directeur émérite au CNRS – Centre national de la recherche scientifique et professeur associé à l’université Abou Moumouni de Niamey []
  2. Jean-Pierre Olivier de Sardan obtient son diplôme à l’institut d’études politiques de Paris en 1961 puis une  licence de sociologie en 1963 à La Sorbonne. []
  3. Consultez la notice sur Calames []
  4. Consultez la notice sur Calames. []
  5. Consultez la notice sur Calames. Notez que le titre a été forgé par les archivistes de la MMSH au moment du catalogage car le film n’a pas été diffusé dans les circuits de production []
  6. Consultez la notice sur Calames. []
  7. Consultez la notice sur Calames []
  8. Consultez la notice sur Calames. []
  9. Consultez la notice sur Calames []
  10. Consultez la notice sur Calames. []
  11. puis, à partir de septembre 2021, du secteur Archives de la recherche []
  12. Pour la partie audiovisuelle, il s’agit de 100 cassettes audio, 34 bandes magnétiques sur bobine, 4 cassettes VHS, 3 DVD, 457 fichiers nativement numérique []
  13. Un financement de catalogage rétrospectif de l’ABES a permis de soutenir le projet pour la description sur le le portail national des archives de l’enseignement supérieur et de la recherche Calames, la TGIR* Huma-Numa a facilité le partage et le stockage des données et va nous permettre de mettre e place la sauvegarde sur le long terme, le service de valorisation d’Aix-Marseille Université nous ont soutenu pour rédiger la convention qui va nous permettre de partager les données avec le LASDEL []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.