Consulter les archives d’Annie-Hélène Dufour, demain

Au printemps 1980, alors qu’elle est installée au Brusc pour mener une enquête de terrain, l’ethnologue Annie-Hélène Dufour confie à ses carnets :

J’aime me promener dans ce pays avec un d’ici. J’ai l’impression de le découvrir, de le saisir (sinon de le comprendre) pour lui-même et non pour moi-même, c’est à dire pour ce qu’il est – Bien sûr je sais qu’il est aussi multiple que sont multiples et différents ceux qui l’habitent, mais… Disons que cette médiation donne, à ce que je vois, une épaisseur “historique” (hi hi !) autre que la mienne propre. Le plaisir que j’éprouve à m’y promener seule existe aussi mais tout ce que je vois, sens, entends… est connoté différemment, fait référence à un code qui est le mien, c’est-à-dire, renvoie au bout du compte à moi-même, à ce que je connais déjà et même si je découvre quelque chose d’absolument inconnu où je ne dispose de rien pour l’appréhender ou je ne dispose pas de mes mots et mes termes à moi. (Carnet 1980-1984, page 21) – le texte est transcrit tel quel sans modification des coquilles ou erreur d’orthographe.

Aujourd’hui, au moment où le fonds de l’anthropologue va être confié aux serveurs du CINES pour une conservation sur “le long terme”1,  ces archives peuvent être parcourues en ligne et consultées à la médiathèque de la MMSH. La métaphore de la promenade, telle qu’Annie-Hélène la raconte, nous a paru correspondre à notre travail d’archivage et illustrer le cheminement désormais facilité, à travers les archives de la chercheure – demain, dans 100 ans, et plus tard encore…

Rendre accessible le fonds Annie-Hélène Dufour et le conserver sur le long terme est ainsi, pour l’équipe du secteur archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH, une façon de proposer aux futur·e·s utilisateur·trice·s une promenade sur les terrains de cette anthropologue.  La balade peut se faire seul ·e ou accompagné·e des témoins qu’elle a observés ou interrogés, de son regard à elle, de celui des chercheur·e·s et des enseignant·e·s avec qui elle a travaillé, ou de celui des archivistes qui ont organisé les documents.  Cette promenade traverse non seulement les terrains que l’anthropologue a observés mais aussi les résultats de ses recherches, sa méthodologie, ses engagements, ou encore l’histoire de l’Université d’Aix-Marseille et de la recherche et de l’enseignement de la discipline qui s’y sont développés2.

Entrer dans le contenu d’un fonds de chercheur·e prend du temps et le Secteur archives de la recherche – Phonothèque a employé quelques 15 ans pour traiter les archives d’Annie-Hélène Dufour.  Au fil de ces années, l’anthropologue nous a accompagnées et soutenues dans nos réflexions épistémologiques, qu’il s’agisse d’entreprendre la création d’une collection photographiques dans MediHal, de se poser les  questions juridiques et éthiques3 pour placer ces archives dans la dynamique de la science ouverte, de s’interroger sur ce qui doit être conservé – et en contrepoint éliminé – d’un fonds issu de la recherche ou bien encore d’appréhender sa méthodologie sur le terrain pour l’indexer au mieux.

boites rangées salle 11Les archives d’AH Dufour rangées dans des boîtes neutres salle 11 sur le site de la MMSH

Dans une conférence de 2001 prononcée après qu’elle eut décidé de déposer ses archives à la MMSH4, Annie-Hélène Dufour reprenait, dans le plan de son intervention, le schéma de la vie de la donnée, de la collecte à sa conservation en continuant par la vie des archives et de ses usages qu’elle dessinait ainsi :

Processus données anthropologue
Tableau publié par Annie-Hélène Dufour en annexe de l’article « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain »

Le récit de la vie des données du fonds Annie-Hélène Dufour, celui des archivistes, est raconté dans le plan de gestion de données mis à jour pour ce dépôt au CINES. Il ne peut toutefois pas retracer les différents usages accomplis ou qui doivent encore se faire au fil des consultations – des différents chemins de promenade de chacun·e -, même si certains sentiers sont balisés5. Aujourd’hui l’ensemble du fonds physique et numérique est consultable sur le site de la MMSH et ses parties numériques et numérisées – les archives sonores et audiovisuelles, les carnets de terrain, une partie de ses photographies et des textes papiers -, accompagnées de la documentation de contextualisation du fonds6 et de  l’export XML EAD de son traitement vont être déposés sur les serveurs du CINES.

Notes extraites d’un carnet de terrain d’Annie-Hélène Dufour

Bonne route !

Synthèse des accès

Instrument de recherche : la description du fonds et l’accès aux documents numériques est disponible sur Calames, le portail national des archives de l’enseignement supérieur : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/FileId-17607

CV HAL d’Annie-Hélène Dufour : https://cv.archives-ouvertes.fr/annie-helene-dufour

Plan de gestion des données du fonds : https://nakala.fr/10.34847/nkl.eef91t84

Catalogue collectif de France (CCFR) de la BnF : https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/006FRFONDS-130012305-Neo

Photographies sur MédiHAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=annie-h%C3%A9l%C3%A8ne+dufour&submit=&rows=30&authFullName_s=Annie-H%C3%A9l%C3%A8ne+Dufour

Sélection de carnets sur la plateforme Transcrire, certains sont encore à transcrire n’hésitez pas à participer à ce projet collaboratif, comme les notes à Prali (1980: https://transcrire.huma-num.fr/scripto/3

Billets publiés sur le fonds Annie-Hélène Dufour dans ce carnet : https://phonotheque.hypotheses.org/tag/annie-helene-dufour

 

Crédits :

Couverture et page extraites du carnet de terrain AHD-C-24, fonds Annie-Hélène Dufour, Secteur Archives de la recherche de la médiathèque SHS de la MMSH, 2022, CC-BY

Photographie des boites d’archives du fonds Annie-Hélène Dufour,  salle 11 de la MMSH, 1er septembre 2022, CC-BY

Tableau publié par Annie-Hélène Dufour en annexe de l’article « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Sonorités n° 4, 2002, p. 13-24, CC-BY (En ligne] https://journals.openedition.org/afas/2494?file=1



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2022, 1 septembre). Consulter les archives d’Annie-Hélène Dufour, demain. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svhx

  1. Nous avions annoncé la fin du traitement archivistique du fonds en 2019 mais trois années ont été encore nécessaires pour le clôturer complètement. A l’automne 2022 les fichiers numériques et l’XML-EAD correspondant au traitement du fonds seront versés au Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES) et conservés sur le long terme. Les documents non numérisés et les fichiers numériques seront toujours consultés sur place, à la MMSH. Nous profitons de la note pour rappeler que “long terme” est un euphémisme pour “éternité” ou “pérennité” que les informaticiens rechignent à utiliser. En effet, ils ne savent pas vraiment jusqu’à quand les fichiers et les métadonnées pourront être (re)lus malgré les transferts de formats que le dépôt au CINES implique. []
  2. Nous vous renvoyons par exemple aux prises de notes des cours suivis par Annie-Hélène Dufour entre 1982 et 1984 (cote AHD-9-S-02) à l’Université de Provence, qui donnent à lire les enseignements au sein du département de sociologie de Christian Bromberger, Danielle Dossetto, Claude Martel, Pietro Clemente, Jean-Noël Pelen, Jean-Marie Carlotti, Nicole Seyer, Georges Ravis-Giordani, Rolande Bonain, Anne-Marie Topalof, Ingrid Calmettes, Marcel Chapuis, Philippe Pastel, Bruno Martinelli, Alain Collomb, PJ Solinas, Daniel Fabre, Robinski (pas de prénom), Thomas Schippers, Pierre Nora et Françoise Zonaben, Jean Benoist, ME Handman, Christiane Souriau, Kurumi Sujitan, Cirese (pas de prénom),, Jacques Le Bras, Prieto (pas de prénom), Jean Viard, Corneille Jeste, Bernard Ganne, Anne-Marie Richard, Roger Cornu, Michel Marié, Asen Balikci, Allette Geirsdorffer, Serge Collet, Max Caisson, Ch. Pociello, C. Korosec, Anne Markovitz, Alain Hayot. Dans cette longue liste on retrouve les noms de Christian Bromberger et Georges Ravis-Giordani qui ont été les enseignants auxquels se réfère la malicieuse Annie-Hélène sur le cahier de notes dont nous avons numérisé la couverture en “Image à la une”. []
  3. Ainsi, les données confidentielles qui ont pu être repérées dans les archives papier ne sont pas accessibles au public, tous les entretiens ont été écoutés pour vérifier si des informations personnelles n’étaient pas divulguées, les carnets de terrain mis en ligne ont été relus avant d’être accessibles sur Transcrire. []
  4. “L’ethnologue et l’enregistrement de terrain”, Sonorités, n° 4, 2002, p. 13-24, [En ligne] https://journals.openedition.org/afas/2407. []
  5. Par exemple, pendant le confinement, les archives d’Annie-Hélène Dufour ont été utilisées par des enseignantes d’anthropologie pour palier l’impossibilité des étudiants de se rendre sur un terrain pour effectuer leur collecte. C’est parce qu’aimablement l’enseignante nous en a informées que nous en avons eu connaissance. Nous ne pouvons pas savoir comment l’archive sera utilisée, cette liberté d’usage est signalée par les licences qui accompagnent le traitement : seule la citation des sources est nécessaire pour réutiliser les documents de ce fonds. []
  6. Nous indiquons ici la production du fonds par la chercheure et les documents de son traitement archivistique par les équipes de la phonothèque puis du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque SHS. []
  7. Le catalogue du fonds – ou instrument de recherche – est rédigé avec le standard international EAD, et de ce fait interopérable et moissonné par le portail France Archives. Le fonds est également visible sur d’autres portails nationaux et internationaux des archives ouvertes tels que HAL, MédiHAL, Nakala, Isidore, Europeana, Clarin, Portail du patrimoine oral, CCFR. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.