Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.