Tombe de Lokman Slim assassiné le 3 février 2021

Assassinat de Lokman Slim, An II #JusticeForLokman

Deux ans déjà  et pourtant Lokman Slim est toujours vivant. Les médias parlent toujours de lui, de ses projets d’archivage de la mémoire du Liban, de la maison d’édition qu’il avait co-fondé avec sa soeur, de l’enquête qu’il menait sur l’explosion des silos du port de Beyrouth, et pourtant il n’y a toujours aucune information sur les meurtriers, aucun indice n’a été révélé, rien ! pas la moindre information ou avancée depuis le 3 février 2021, ce sont les journalistes qui informent la famille et pas la justice ou les enquêteurs.

Mais l’un des traits de caractères de Lokman Slim était sa ténacité, alors tant pis si certains évitent de parler de la violence de son meurtre et des responsables présumés1, nombre de médias ne se taisent pas, pas plus que les citoyens2. La vérité finira par surgir. Pendant ce temps, le travail de la fondation UMAM Documentation and Research co-créée avec Monika Borgmann, continue son puissant travail de fourmi. Le coeur de leur travail est ainsi caractérisé par Monika Borgmann au moment où le prix franco-allemand des droits de l’homme et de l’État de droit lui a été remis :

The core of our work is in our title: documentation. We have been guided and always followed evidence and materials, and this is what has led us to compile our archives, an ever-growing collection of different versants of Lebanese heteroclite collective memory. We always refer to our archive as being a “citizen archive,” meaning that it has an open access for everybody, out of our conviction that archives can be an invaluable tool for dealing with the past, to better understand the present, and to see a path for a better future.

Lokman continue de nous parler et nous raconter son histoire du Liban à travers les archives collectées à UMAM, les créations qui les utilisent ou les revisitent. L’année dernière deux magnifiques expositions se sont tenues, chacune issue de discussions ardentes avec Lokman Slim ; l’une documentée et attachante sur le cinéma dans la ville de Tripoli, Tripoliscope par Nathalie Rosa Bucher et l’autre, prodigieuse et troublante, Memory of a Paper City – Mémoire d’une ville de papier, par Alfred Tarazi.

A très vite pour de nouveaux projets, Lokman !

A lire : une sélection d’articles (plus de 300) “Pour Lokman Slim” est accessible sur une base Zotero. Si vous souhaitez y participer, vous êtes bienvenu·e·s !

 

Crédits photographiques : The tomb of Lebanese intellectual Lokman Slim at the UMAM documentation center in Beirut, who was assassinated in 2021, 22 novembre 2021, Roman Deckert, Wikipedia Commons, CC-BY-SA.



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2023, 3 février). Assassinat de Lokman Slim, An II #JusticeForLokman. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svj0

  1. Je pense par exemple à un documentaire qui vient d’être diffusé sur la chaîne Arte, qui propose une forme d’histoire récente du Hezbollah soporifique et à sa gloire, alors que d’autres au même moment  racontent une réalité bien différente. []
  2. Il suffit de noter dans la bibliographie en ligne le nombre de témoignages de lecteurs de L’Orient le jour. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.