carnets Gast

Écrits autobiographiques dans les carnets de recherche : l’exemple de Marceau Gast

La Médiathèque de la MMSH conserve à la fois les ouvrages de la bibliothèque du chercheur Marceau Gast1 et ses archives de terrain, conservées et décrites par le secteur archives de la recherche de la médiathèque2. Au moment du dépôt de ses archives à la phonothèque Marceau Gast a exprimé son désir de faire vivre et de perpétuer sa recherche par la numérisation de ses collections constituées dans le Sud du Sahara, au Yémen et dans le Queyras. Historien moderniste3, intéressé par les archives, j’ai travaillé dans le cadre d’un stage à la Médiathèque au classement des carnets découverts dans le dernier dépôt.  J’ai découvert un anthropologue qui écrivait avec assiduité, qu’il s’agisse de son terrain, de données générales, de ses contacts mais aussi de son introspection et ses attentes. Plusieurs ne sont d’ailleurs pas toujours associés à ses recherches, le premier a été ouvert en 1945, le dernier en 1987. Ils retracent quarante-deux années de vie que j’ai essayé de vous présenter dans ce billet.

Lors du stage, la mission était d’organiser les carnets en fonction des thématiques et des dates et de les reconditionner (mise en boite neutre, retrait des trombones et agrafes, dépoussiérage). Les papiers colorés étaient un guide pour déterminer le rangement en fonction des trois thématiques du plan de classement. Dans la première catégorie figure, les carnets qui sont directement liés à l’action sur le terrain. Ensuite, il se trouve les carnets nommés informations générales. La dernière catégorie correspond au for privé.

 

La vie d’un chercheur : retracer un parcours de recherche

Au cours de la lecture des carnets de l’ethnographe, la vie du chercheur se dévoile. L’expédition se prépare et un long travail en amont débute. Marceau Gast précise ainsi les différents rendez-vous qu’il doit prendre, les séminaires auxquels il a participé, en somme toute une nébuleuse se construit autour de sa recherche. Il griffonne rapidement sur une page, le nom d’un auteur et un livre à lire et les musées à visiter. Une idée, lui vient à l’esprit, il s’empare alors du carnet, d’un stylo et écrit sa question à poser à l’un des informateurs ; il organise également ses prises photographiques à venir et inventorie et trie celles qu’il a réalisées ; il prépare un film sur les artisans du Queyras. La lecture montre de façon concrète et solide, l’étendue d’une préparation et d’une restitution du voyage et de la recherche.

Pour illustrer nos propos en amont, voici un carnet qui contient une liste de photographies à prendre, MGA021_CART1.

Partir coûte cher. Marceau Gast tient les comptes et mentionne différents produits à acheter. Il s’agit de nourriture et de fournitures pour le matériel comme des piles ou des bobines pour les enregistrements. Les dépenses sont alors indiquées.

Les deux images proviennent du carnet de terrain MGA021_CART9, nommé octobre-novembre 1970 Tamarasset à Dépouiller.

Il achète aussi des sucreries. Celles-ci ne sont pas seulement destinées à sa gourmandise, on apprend au fil de la lecture qu’il les distribue aux enfants. Ces emplettes nous renvoient au principe de don et contre-don exprimé par Marcel Mauss (1870-1950)4 et que l’on retrouve tout au long des carnets. Pour remercier ses témoins il offre régulièrement des cadeaux5, des bonbons mais aussi du thé, du café, des aliments variés ou des photographies qu’il a tirées.

Pour remercier les enfants, Marceau Gast distribue des bonbons. À un autre informateur il donne un chewing-gum. Les deux premières pages sont issues du carnet Ahaggar mission mars 1964 (MGA021_CART11), la dernière du carnet portant le titre Aix-Bamako en 1987 (MGA021_CART22).

Nous arrivons au cœur de l’action. Marceau Gast sur son terrain s’appuie sur un réseau nécessaire à la survie de sa mission et de son expédition. En véritable intendant, il doit gérer le coucher, les différents nécessaires pour la toilette et pour l’habillement. Des amis partagent avec lui et l’aident dans sa quête. Nous pouvons citer l’instituteur Barrère, qui lui offre souvent le gîte et le couvert et lui transmet même des courriers lorsque que le chercheur est en France et qu’une question lui brûle les lèvres. Quotidiennement, Marceau Gast note le déroulement de ses journées. On l’imagine le soir se remémorer sa journée. Il mentionne à la fois ses découvertes, ses entretiens, les photos qu’il a prises. Il est peu probable que toutes nous soient parvenues, car il arrive souvent qu’il juge l’une d’entre-elles mauvaise. Ces carnets sont mouvants, le chercheur annote, biffe, compile différentes informations jusqu’à parfois retranscrire un carnet, dans sa totalité. Ces carnets étaient vivants, ils sont désormais figés dans le temps et nous permettent de retracer le parcours à la fois physique, émotionnel et intellectuel du chercheur. Beaucoup d’informations ont été supprimées par le chercheur lui-même : les feuilles arrachées en gardent trace, sur les carnets cousus nous pouvons compter la pagination, sur les carnets à spirale les anneaux métalliques ont retenu les bribes de papier.

Au sein des anneaux se trouve des résidus de papiers arrachés par le chercheur. Le carnet bleu est sous la côte MGA021_CART04. Marceau Gast n’a pas indiqué de titre. Il est fort probable que ce carnet soit un  momento.

 

Faire une histoire des émotions et du goût au travers des carnets de terrain

 Au-delà de ces éléments formels6, ces carnets nous dévoilent, sans entrer dans l’intimité du personnage, une personnalité. Ainsi, lors de son décès, plusieurs hommages ont été publiés, et nous ont délivré leur version de l’ethnologue en fonction de leur parcours de vie commune. Je n’ai jamais rencontré Marceau Gast mais après ces lectures, voilà ce qu’il m’a semblé le représenter dans l’évolution de goûts et de des rapports à sa recherche.

Dès la jeunesse, une volonté de comprendre l’humanité

Marceau Gast écrit en 1947 un journal intime qui lui sert de référence sur l’avenir, il y mentionne ses réflexions et ses rêves. À ce moment-là, il se forme au métier d’enseignant et pratique un tour des différentes écoles en Algérie pour mieux l’appréhender. Il a déjà le goût de l’organisation. Il questionne beaucoup la pratique pédagogique et envisage même de révolutionner cette dernière. Il est également déjà aventurier dans l’âme et rêve de visiter différents pays. Surtout, il questionne son rôle dans la société, et s’intéresse à la philosophie. Il écrit déjà au Marceau Gast qu’il sera dans quelques années. Instituteurs auprès des sociétés nomades, il puise dans ce métier son désir de comprendre l’organisation socio-politique, matrimoniale et économique des différentes tribus Touaregs.

En 1947, Marceau Gast écrit sur son avenir et indique une partie de ses espoirs futurs. L’ensemble du carnet repose sur la dualité entre présent et futur. Ce carnet  antérieur à la carrière du chercheur, n’a pas de côte et sera remis à la famille de Marceau Gast avec d’autres documents.

 

Crainte et doute

 Il n’est pas toujours facile de s’affirmer dans le monde de la Recherche, c’est du moins ce que nous enseigne Marceau Gast. Le chercheur inscrit ses doutes et ses craintes dans les carnets. Le plus souvent, il s’agit de craintes temporelles. Il se demande, s’il l’aura le temps de terminer sa recherche et sa mission dans le temps imparti. Les soucis financiers ne sont jamais loin, ils le contrarient beaucoup. Une des raisons pour lesquelles, on retrouve dans les carnets de nombreuses listes de dépenses liées à ses missions allant de l’alimentation au matériel de la recherche. Une autre inquiétude le taraude : il souhaite être reconnu pour son travail et craint les critiques. Lui-même s’impose un rythme effréné pour publier et découvrir de nouvelles lectures. Cela se retrouve principalement au moment de la publication de sa thèse dans le carnet de terrain nommé, Missions Dakar, Ahaggar, Idélès : 1967-1968-19707.

Dakar crainte et doute
Illustration des propos précédents. Marceau Gast peaufine l’écriture de son ouvrage et craint les “critiques perfides”. Retranscription : “Bou-Hanifia le 29/12/66
Je ne me suis jamais senti aussi angoissé que maintenant qu’il me faut corriger mon travail et le présenter d’une façon définitive, décisive pour l’édition. C’est maintenant que se joue pour moi la vraie partie auprès du public et pour cette raison je dois apporter le maximum de clarté et de
précision à mon travail. Capot-Rey m’a fait des critiques essentielles très pertinentes et qui
appellent de nombreuses corrections et précisions. C’est déjà l’opinion
d’un spécialiste avec des réactions telles que pourront en avoir les
Monteil, Monod et autres spécialistes du Sahara. Il me faut coûte que
coûte arriver à présenter un excellent travail à l’abri des critiques perfides
et imparables. Après quoi je pourrais avoir une plus large audience et un
champ d’expérience plus grand.

D’ailleurs, en ce qui concerne ses informateurs, il n’hésite pas à faire des enquêtes sur les témoins et fait le choix de ne travailler qu’avec ceux en qui il a confiance parce que sa recherche prime sur tout. Si cela est nécessaire, il se tourne vers d’autres témoins, si bien, que les carnets apportent sur un même thème, des approches différentes comme par exemple sur la thématique du mariage, du contrat et de la dot qui en découle.

Un amoureux de l’Algérie

La recherche sur l’alimentation de Marceau Gast a été novatrice, elle puise certainement dans son goût pour la bonne chère. L’alimentation prend alors une place considérable dans son travail, mais aussi dans l’aspect quotidien de sa recherche. Ainsi, lors des repas copieux, il précise toujours la qualité du repas, le couscous semble être son repas préféré ou en tout cas il est toujours apprécié, il note les différentes recettes peut-être pour tenter de les reproduire chez lui.

Cette image sert d’exemple dans les propos précédents. Marceau Gast commente son repas du midi. Il s’agit du carnet concernant la mission en Idelès en octobre 1973 : MGA021_CART18
Ici, au hasard de différentes recettes, apparait le couscous, de par les quantités il s’agit sans doute d’un repas de mariage, MGA021_CART18

D’autres thématiques transparaissent, les animaux locaux par exemple. Il note ses photographies de chameaux, d’insectes et d’autres animaux. Ce n’est pas la thématique principale des carnets de terrain, mais la tentative d’étudier ces animaux est fortement présente
Il montre surtout un attachement révélateur au terrain qu’il étudie Un cahier illustre en particulier cet amour pour l’Algérie. Il s’agit du carnet écrit en 1962, alors qu’il se rend dans le pays et qu’il est rejeté par ses habitants en tant qu’Européen. C’est un véritable traumatisme. Il a peur et craint de ne pouvoir plus retourner dans ce pays. Il a alors un avis mitigé sur l’indépendance algérienne. Non pas qu’il s’oppose à l’indépendance bien au contraire, mais il est envahi par une nostalgie et une dualité identitaire, exprimant son attachement au pays. Il aime tout : les habitants, les routes, la cuisine, les animaux, les massifs montagneux, la géologie…. Où qu’il aille, l’Algérie lui manque.

Transcription : Le 29/6/ Mon travail sur alimentation se situe sur une crête sociale séparant deux mondes : l’ancien, celui que mon travail a pour objet, le nouveau, celui de l’Algérie de demain qui pulvérisera certainement le précédent. il m’est donc encore plus urgent désormais d’aller vite et de titrer des conclusions avant toute transformation radicale et spectaculaire comme Il semble que veuille promouvoir le FLN. il me faudrait donc dès mon retour de mission ici commencer à mettre en forme mon travail, à en tirer les lignes de force, le plan, les structures. le 1er juillet 62 Du vent. de la chaleur chaine au vote Nouvelle tracassante Ben Bela en dissidence prêche à nouveau la rébellion. Si la guerre continue tout est fichu, nous n’avons plus qu’a partir avec armes et bagages si l’on peut. Mon travail est interminable pour le mener à bien il me faudrait passer un an ici dans de bonnes conditions. Des petits séjours comme je les ai pratiqués jusqu’alors ne me permettent que des bribes de travail je suis encore en bons rapports avec pas mal de gens mais jusqu’à quand cela pourra-t-Il durer ?

 

transcription : Mercredi le 4 juillet Toujours à Tam. Hier c’était la fête du pays bruits défilés en auto klaxonnant tatata-titi comme algérie française. Femmes qui essayait de défiler de jouer du Tam-tam mais le but n’y était pas. Défiler devant qui et pour qui Le cap. Thuet m’a conduit en jeep à travers les rues quelques mauvaises photos, des gosses rouspétant, furieux devant l’objectif, l’exaltation est loin d’être totale. Depuis le matin chaque maison avait son drapeau rutilant vert blanc avec croissant et étoile rouge pour un Français cela serre un peu le cœur tout de même. L’envers du décor : les 2 pelotons méharistes de l’adrar en dissidence avec armes et bagages, les Touareg massés autour de Tam qui font ilougane avec des petits drapeaux verts et blancs, les gens assez gênés de nous dire bonjour à nous Français et malheureux pour nous : les plus lucides et francophiles sont inquiets pour l’avenir inquiets au sujet de leur travail de la reconversion des activités. Autres nouvelles des gens attendent massées au-delà de tit le jour consacré de l’indépendance c’est-à-dire demain jeudi 5 juillet fête officielle pour toute l’Algérie. Les habitants savent qu’ils doivent recevoir quelqu’un ou des personnalités. Ils ne savent lesquelles Serait-ce pour elles que tout le monde s’est préparé à défiler. Lundi après midi travailler chez Si Dahmane de 4h à 7h30. Fructueux conversation avec Moulay Fardjala sur le pays les Touareg qui [illisible] pas du tout, limite du Tamesna révélation étonnante de Si Dahmane à propos de idebnan servant d’habitation aux gens l’été la nuit quand il fait chaud en montagne cf. Fiches
L’inquiétude de Marceau Gast est perceptible en Algérie en 1962. Il craint pour sa vie mais surtout pour sa recherche. Transcription de l’image 3 : Je sens donc que plus que jamais le temps me presse, et décidément mon intuition était bonne au départ quand je suis venu ici je ne suis pas assuré de pouvoir revenir librement à l’avenir.

 

Aimer sa recherche

L’attachement à la recherche est souvent difficile à percevoir et abstrait pour les apprenants. Les carnets de Marceau Gast le donne à lire. Paradoxalement, cela est moins perceptible dans les carnets de terrain que dans les carnets qui servent à l’organisation préalable à l’expédition. À l’exception du temps consacré à la préparation intellectuelle et matérielle de la mission – qui à mes yeux est considérable, mais impossible à quantifier -, les carnets reflètent la pensée constante de Marceau Gast à sa recherche. Les idées fusent : des pages de calcul reviennent sur une construction puis une idée soudaine le pousse à cesser les calculs pour écrire une idée, poser une question … son esprit abrite en permanence sa thématique d’étude, comme témoin de la liminalité du chercheur. Même dans la sphère domestique, l’aspect professionnel est présent. Il profite du temps qu’il a en métropole pour lire différents travaux et assister à de nombreux colloques. Finalement, la recherche pour M. Gast est une partie intégrante de lui-même.

Ces trois pages montrent la diversité du chercheur, au sein d’un même carnet, il est possible de trouver des calculs, des définitions et des coordonnées. Cela se fait au gré des pensées du chercheur. MGA021_IG06.

Exemple de courrier que Marceau Gast reçoit à la suite de questions. Au moment de la réception, il est en métropole.

Extrait de la Lettre de B. informateur sur place qui répond aux interrogations de Marceau Gast. Ici, il s’agit d’évaluer le coût d’un mariage. Cette lettre se trouve dans le carnet MGA021_CART20.

Les carnets de terrain et les auxiliaires permettent de voir la vie du chercheur à la fois sur le terrain, ses émotions et ses goûts. À la frontière de l’histoire des émotions, nous pouvons observer l’évolution d’un homme en train de se construire. Les carnets sont certes utiles pour connaître la méthode de travail, mais ils permettent aussi d’appréhender le chercheur autrement, de comprendre ses choix, de cerner un fragment de son caractère et de ses émotions. Plus généralement, à travers eux sont mis en lumière du jour, les difficultés et les ressentis d’un chercheur qui souhaite sans cesse améliorer son travail, être reconnu et accepté par le monde académique. Et surtout mes carnets illustrent l’affection qui unit chercheurs et témoins, ou chercheurs et sources.

 

Julien Dionis, étudiant en Master 2 Histoire, Civilisations et Patrimoines, parcours histoire moderne et contemporaine à l’université Aix-Marseille

Pour citer l’article : Julien Dionis, “Écrits autobiographiques dans les carnets de recherche : l’exemple de Marceau Gast”, Archives de la recherche et Phonothèque, mis en ligne le 24/02/2023, https://phonotheque.hypotheses.org/39301.



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2023, 24 février). Écrits autobiographiques dans les carnets de recherche : l’exemple de Marceau Gast. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svj1

  1. Marceau Gast a fait don de sa bibliothèque de chercheur de son vivant et 543 ouvrages sont accessibles dans le catalogue de la bibliothèque. Les ouvrages en doubles ont été transmis à la bibliothèque du CNRPAH – Centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique à Alger, soit plus de 400 titres d’ouvrages et une centaine périodiques. []
  2. Ce fonds a été déposé en plusieurs fois. Marceau Gast (1927-2010) a d’abord déposé ses archives sonores à la phonothèque, puis une partie déposée par la famille a été classée en janvier 2022 et en avril de la même année, l’ancien bureau de Marceau Gast à l’IREMAM a été vidé, complétant le fonds des carnets de terrain dont huit avaient été numérisés et mis en ligne dans le cadre du Consortium des ethnologues sur la plateforme Transcrire : https://transcrire.huma-num.fr/scripto/2/item. []
  3. Me nommant Julien Dionis, je travaille sur les inventaires après décès de la Sénéchaussée et de l’hôpital de la Charité à Marseille. L’objectif est de retracer les biens meubles et immeubles des pauvres de la ville. Ce mémoire de recherche est sous la direction d’Eléonora Canepari. []
  4. Marcel Mauss est considéré comme le père de l’anthropologie française, il théorise le concept de don et de contre-don dans l’ouvrage Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives, 1924-1925 []
  5. Le terme de « cadeau » est souvent utilisé par Marceau Gast, en particulier dans deux carnets. Le premier retraçant le parcours de Aix à Bamako (MGA021_CART22) et le second en Ahaggar (MGA021_CART11) durant le mois de mars 1964. []
  6. H. Claudot-Hawad et S. Chaker « Marceau Gast » dans Encyclopédie Berbère ou le billet écrit par Maryasha Barbé « croiser et connecter les archives : le fonds de Marceau Gast » []
  7. L’image suivante provient du site Transcrire, un outil collaboratif et public qui propose à chacun et chacune de contribuer à la transcription de documents manuscrits provenant de fonds d’archives et numérisés en mode image. Huit carnets de Marceau Gast sont accessibles sur ce site. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.