Voitures sur la place de la Kasbah à Tunis

La datation des archives photographiques d’André Raymond par l’automobile

Les archives d’André Raymond ont été léguées à la médiathèque de la MMSH en 2015 par son épouse, en vue de rejoindre le fonds de l’IREMAM1, dont il est le fondateur. Ce fonds d’environ 30 mètres linéaires est composé de fiches de lecture, plans, tirés à part et photographies. Dans le cadre de mon stage, il m’a été confié la tâche de documenter et mettre en ligne sur la plate-forme Medihal2 une série de ses photographies réalisées en Tunisie, que le secteur des archives de la recherche avait évalué, au départ, à la période à laquelle il était enseignant (en 1958). En réalité, ses photographies ont été prises à des moments différents de sa carrière des années 1950 au début des années 2000. André Raymond, dans le cadre de ses recherches en urbanisme ottoman, a réalisé de nombreux clichés d’édifices funéraires et religieux de la Kasbah de Tunis, érigés entre le XIVe et le XVIIIe siècle.

Ce corpus ne peut se comprendre sans se pencher sur les archives papiers du chercheur, lesquelles devaient initialement aider à compléter les descriptions sur la plateforme Medihal. Or, en l’état actuel, le classement de ce fonds ne permet pas de fournir une contextualisation de la production de ces photographies, ni d’indications sur les prises de vues. André Raymond étant un chercheur aux méthodes de travail rigoureuses, il documentait pourtant avec soin et précision ses travaux. À titre d’exemple, des tirages contacts de ses photographies à Tunis en 1983 et 1984 ont été retrouvés, accompagnés de la localisation exacte de chaque cliché, sans pouvoir l’associer à une production scientifique précise. Or, au moment où j’ai commencé à mettre en ligne les photographies sur la plateforme Medihal, la collection d’André Raymond était toujours en cours de numérisation et je n’avais reçu que quelques images. Sans documentation précise dans son fonds imprimé et sans les indications inscrites sur les diapositives, j’ai dû reconstituer le contexte de prise de vue de chaque photographie. Je me suis donc appuyée sur les éléments présents sur les photographies, comme les automobiles.

Voitures sur la place de la Kasbah à Tunis
Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-03979170

La proposition de 1958 apparaissait, à première vue, cohérente car elle s’inscrivait dans son second séjour à Tunis. Ceci, à un moment où les appareils photo portatifs à pellicule permettaient de prendre de nombreux clichés facilement et en couleurs. Toutefois, à l’étude, certains éléments ont fait émerger des doutes, puis des certitudes quant au caractère parfois erroné de cette datation. Cette remise en cause induit de nombreux changements de perception et d’angle d’étude de ce fonds. En l’occurrence, ces photographies aujourd’hui documents d’archives, rendent notamment possible l’étude de la conservation de ces ouvrages dans un contexte de décolonisation3.

Ces photographies donnent à voir, non seulement les ouvrages en eux-mêmes, mais aussi le contexte urbain et social dans lequel ils s’insèrent. Il émerge du fonds des scènes de rues représentatives des tendances et nouveautés du moment, notamment en termes de styles vestimentaires, ou de parc automobile. Les clichés du mausolée de Sidi Qasim font poindre les premiers soupçons, au travers des tenues des individus présents. Cet homme en tennis et pull à capuche, ou le second en survêtement typique des années 1980, semblent peu représentatifs du style vestimentaire que l’on pourrait s’attendre de voir dans une Tunisie des années 1950. Cependant, ces suppositions ne peuvent dépasser le stade de simples hypothèses, dans la mesure où aucun élément ne peut être apporté pour les valider.

Homme en sweatshirt et tennis devant le mausolée Sidi Qasim Al Jazili à Tunis
Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-03972213
Homme en survêtement dans la cour du mausolée de Sidi Qasim Al Jazili à Tunis
Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-03972130

Elles représentent tout de même une première piste de discussion de cette datation, accentuant la recherche d’indices qui pourraient, quant à eux, se voir certifier. Ainsi, les photographies du mausolée d’Ahmed Khodja apportent enfin des pistes plus probantes de temporalité. La présence d’une pimpante Renault 5 jaune au premier plan pose une borne de départ en 1972 (date du début de sa production). Cette fois-ci, l’étude d’autres images d’archives aidant à reconnaître le modèle et un rapide tour sur la fiche technique de la Renault 5 constituent des preuves irréfutables.

Renault 5 garée devant le mausolée de Ahmed Khodja à Tunis
Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-03981109

Pour mener à bien cette enquête, il m’a fallu m’appuyer sur des ressources en ligne n’émanant plus du corps scientifique, comme j’en ai l’habitude lors de mes recherches, mais sur des sites d’amateurs. Des aficionados d’automobile ont réalisé d’importants travaux de compilation de photographies de voitures anciennes, lesquelles se révèlent très utiles pour les comparer rapidement avec celles présentes sur les clichés d’André Raymond. Ainsi, les blogs StubsAuto et L’Automobile Ancienne constituent par constructeurs, puis par modèles, une base riche de données.

De nombreux risques s’adjoignent rapidement à ce procédé d’identification ; requérant donc une grande prudence. Les constructeurs se calquent souvent sur les mêmes tendances, quitte à produire des séries très ressemblantes. La qualité de l’image d’André Raymond laissant parfois des automobiles dans l’ombre, ou trop loin pour en distinguer les détails, plonge à nouveau dans le doute. À cet égard, les Renault 4cv et les Coccinelles de Volkswagen font apparaître un dos très similaire, portant rapidement à confusion si l’on est pas un fin connaisseur. En outre, il faut aussi être familier avec les versions des modèles en question. Pour prendre l’exemple de la supposée Coccinelle présente ci-dessous, ce modèle fut commercialisé à partir de 1938, mais de quand celle-ci en particulier date-t-elle ? S’évertuer à déterminer de quel modèle il s’agit précisément n’a que peu d’intérêt en tant qu’archiviste, dans la mesure ou cela n’apporterait pas des éléments de datation utiles. Enfin, il ne faut simplement pas perdre de vue le fait que ce corpus ne contient pas nécessairement des clichés réalisés lors de la même session.

Supposée Wolkswagen Coccinelle à côté du premier mausolée de Hussein 1er Bey à Tunis
Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-03981857

Ainsi, travailler sur des archives photographiques nécessite un regard global sur le document. Bien qu’André Raymond avait surtout à cœur de capturer des édifices architecturaux, les autres éléments présents sur ces clichés apparaissent comme autant d’indices et de pistes à la disposition de l’archiviste pour indexer au mieux ces documents. En ce sens, l’étude du parc automobile de ces scènes de rues s’envisage comme un moyen parfois rapide et efficace pour poser une borne chronologique reposant sur un fondement tangible. Elle revalorise, par la même occasion, l’importance des ressources amatrices dans l’établissement d’un discours scientifique.

Le fonds photographique d’André Raymond sur le Maghreb a été numérisé grâce à un financement du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR) obtenu en 2023.

Léa Toumi, étudiante en Master 1 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques à l’université d’Aix-Marseille.

Pour citer cet article : Léa Toumi, “La datation des archives photographiques d’André Raymond par l’automobile”, Archives de la recherche et Phonothèque, mis en ligne le 9 septembre 2023, [En ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/39741,

Publié sur Les carnets de l’IRMC, le 9 mai 2023 https://irmc.hypotheses.org/6645



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2023, 9 septembre). La datation des archives photographiques d’André Raymond par l’automobile. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svj4

  1. Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans. Les recherches de ce laboratoire portent sur tous les champs des sciences humaines et sociales en Afrique du Nord et au Moyen-Orient []
  2. Plate-forme de mise en ligne des archives visuelles et sonores produites dans le cadre de la recherche scientifique. Au-delà de simplement téléverser les photographies dessus, il me faut renseigner toutes leurs métadonnées. C’est-à-dire toutes les informations qui permettent de les documenter et les expliciter, comme leur localisation ou l’identification des éléments présents. []
  3. Certains des bâtiments capturés par André Raymond, à l’instar de la medersa El Achouria, sont aujourd’hui dans un état de délabrement critique. D’autres, comme la Mosquée El-Ksar, bénéficiaient déjà d’opérations de restauration. Il s’agirait ainsi de se pencher sur les politiques patrimoniales mises en œuvre durant les années ayant suivi le retrait de la France en Tunisie. []

Une réflexion sur « La datation des archives photographiques d’André Raymond par l’automobile »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.