Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type « Sraoui ». Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale » ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-‘Uns, 2004. 243p. []

Une réflexion sur « Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.