Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie

Issue d’une formation en Langues Étrangères Appliquées j’ai eu l’occasion, le temps d’une vacation, de présenter le travail de la phonothèque de la MMSH lors des quatre journées de la Fête de la science. Nous imaginions des publics multiples (scolaires, familles ou curieux) et nomades, qui devaient recevoir un message rapide et clair avant de passer à un autre stand. Avec l’équipe de la phonothèque, nous avions préparé dans ce sens des posters et un scénario pour présenter des enquêtes de terrain sur le thème de l’eau. J’ai eu un peu de temps, avant le lancement des ateliers pour découvrir les documents, mais je me demandais comment j’allais pouvoir m’approprier ces archives sonores et transmettre aux visiteurs tout l’intérêt de la source orale dans les sciences humaines et sociales. J’ai vite remarqué que la curiosité du public était aiguisée lorsque j’évoquais les récits des anciens : cela les plongeait dans leurs propres souvenirs. Deux petites filles se sont mises à chanter spontanément les comptines méditerranéennes de leurs mamans, une autre a tenté de traduire un poème algérien que son grand père lui raconte inlassablement depuis sa naissance. L’écoute a été aussi l’occasion pour les enfants de s’interroger sur la façon dont leurs grand-parents vivaient dans leur jeunesse et sur leurs savoirs qui étaient peut-être à découvrir. Nombre d’entre eux ont évoqué à cette occasion leurs origines familiales et les savoir-faire transmis (recettes de cuisine, remèdes naturels, chants, contes, expressions dans les langues d’origines). Au milieu de l’effervescence de la fête de la science, à l’écoute des chants des anciens, certains enfants refusaient de quitter leur casque. Captivé par les enregistrements sur le terrain des Cévennes et la sérénité du débit, du rythme des conteurs et des chanteurs traditionnels, un petit garçon ne voulait pas laisser sa place aux autres visiteurs. Devant l’insistance de ceux qui se pressaient pour écouter et de sa maman, il a quitté à regret ce bond dans le temps. Pour moi la fête de la science aura été une occasion unique de rencontrer en un seul lieu un panorama dynamique de la recherche sur la région marseillaise, mais aussi de découvrir et faire découvrir les archives sonores dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Une belle aventure !

Auteur : Mélanie Avella



Crédits photographique : 24 octobre 2010, dernier jour à la fête de la science et  inauguration de la fête de la science, chorégraphie de Léda Atomica le 21 octobre 2010.

photographies de V. Ginouvès.



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2010, 27 octobre). Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suwo

Une réflexion sur « Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.