Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []

3 réflexions sur « Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.