Vue diachronique de la place de la Castre à Cannes

Achille Dassonville et l’arbre familier dans les Alpes-Maritimes

Les archives photographiques d’Achille Dassonville (1890-1967) ont été données à la médiathèque de la MMSH. en 2022, par Isabelle Dassonville et numérisées grâce à un financement obtenu auprès de la Direction culturelle des affaires régionales. Ce militaire ayant officié durant la guerre du Rif au Maroc (1921-1926) a constitué, des années 1920 à 1940, un corpus de 895 photographies sur plaques de verre. Elles sont d’abord traitées par l’archiviste Ouijdane Hachimi dans le cadre d’un stage de Master 1 financé par le programme ANR PICCHPolyvocal Interpretations of Contested Colonial Past. Ce programme européen vise à mettre en valeur des documents qui offrent un regard nouveau sur le passé colonial1. Jusqu’ici, peu de trace de l’arbre dans les Alpes-Maritimes, nous en convenons.

Vue panoramique de la ville de Moulay Idriss Zerhoun avec au premier plan, deux enfants
Vue panoramique de la ville de Moulay Idriss Zerhoun avec au premier plan, deux enfants – hal-03982437

En réalité, ce fonds est loin de ne comporter uniquement des photographies du Maroc colonial ; il est composé d’une grande quantité de clichés pris en Jordanie, en Syrie, ou encore en Égypte. Achille Dassonville n’a pas non plus manqué de garder des souvenirs de sa France natale, notamment des villes d’Antibes et de Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Ses photographies donnent à voir le Fort Carré et le Château Grimaldi (Musée Picasso depuis 1966) à Antibes et le Château de la Castre à Cannes. Il est possible qu’Achille Dassonville les ait photographiés car il s’agit de réalisations architecturales très liées à l’exercice de la guerre. Au vu de sa qualité de militaire dans l’armée de Terre, ce regard photographique n’aurait rien de saugrenu. Par la même occasion, Achille Dassonville a aussi immortalisé la composition végétale des endroits qu’il visitait.

Vue diachronique du Fort Carré d'Antibes
Vue diachronique du Fort Carré d’Antibes : 1925 ca. – 2023 – hal-04050305

De fait, ces photographies peuvent être étudiées sous le prisme d’une histoire de l’arbre en ville, durant le siècle qui vient de s’écouler. Il est très probable qu’Achille Dassonville ait pris ces photographies durant la première moitié de la décennie 1920. Ci-dessus, la statue du Poilu2 n’est pas encore dressée ; elle n’a été inaugurée que le 3 juillet 1927. Pour comprendre les décors végétaux de ces clichés, mes camarades et moi3 nous sommes inspirées de la méthodologie de la chercheuse Annie-Hélène Dufour (1947-2002). Cette ethnologue est spécialisée dans l’étude de l’arbre en Provence. Elle s’est penchée sur les perceptions de l’arbre par les habitants et la manière dont il était traité par les pouvoirs publics. Pour ce faire, elle compile de nombreuses cartes postales anciennes et mène des enquêtes photographiques dans le Var et les Hautes-Alpes.

Désormais bien armées pour comprendre les enjeux liés au au végétal dans les villes, nous décortiquons peu à peu les photographies. La place de la Castre est celle qui semble le moins changée. Au sommet de la colline du Suquet, elle se situe dans une partie de la ville plutôt à vocation pittoresque, à l’inverse d’une Croisette branchée aux alignements de palmiers singuliers de l’image paradisiaque que veut renvoyer la Côte d’Azur. Dès lors, seuls un grand pin et quelques autres conifères peuplent cet espace. Des arbres typiques du paysage du littoral méditerranéen, car peu consommateurs en eau.

Vue diachronique de la place de la Castre à Cannes
Vue diachronique de la place de la Castre à Cannes : 1925 ca. – 2023 – hal-04050263

À l’inverse, le Fort carré d’Antibes est désormais presque entièrement caché par une végétation dense. Il s’agit d’un ouvrage défensif érigé au XVIe siècle sous Henri II, à la frontière d’Antibes avec le Comté de Nice. Dans les années 1920 le décor végétal est composé d’une végétation basse. En 1997, le Fort est acheté par la ville, tandis que son espace alors laissé en friche est acquis par le Conservatoire du Littoral4. Il intègre le réseau Natura 2000 quelques années plus tard5. Il est aussi classé en ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique; un projet français lancé en 1982). Aujourd’hui il dispose d’une végétation très dense composée d’oliviers et de plantes typiques du paysage méditerranéen (jasmin, ciste cotonneux, camelée…). De nombreux panneaux à visée didactique jalonnent le sentier longeant cet espace végétal, pour sensibiliser les randonneurs à sa richesse et sa préservation.

Les pancartes éducatives du parc du Fort Carré
Les pancartes éducatives du parc du Fort Carré
Vue diachronique du Château Grimaldi à Antibes
Vue diachronique du Château Grimaldi à Antibes :  1925ca. – 2023 – hal-04050693

Sur les remparts, les cristes marines incrustées sur la façade du musée subsistent et cohabitent aujourd’hui avec de toutes nouvelles jardinières. La ville entend se végétaliser pour se rendre plus agréable et attractive. Pour ce faire, elle a recours à des plantes peu consommatrices en eau, en vue de former des petits jardins méditerranéens. Celui sur la photographie ci-dessous remplace un vaste amas de végétation spontanée composé de figuiers de barbarie et d’agaves. Bien qu’il ne s’agisse que de végétaux, leur disparition m’a personnellement émue. En qualité d’ethnologue, Annie-Hélène Dufour avait justement théorisé l’affect que les habitants pouvaient développer pour les arbres, dans son ouvrage L’arbre familier en Provence. Lorsque des arbres là depuis longtemps sont coupés ou retirés, les habitants du quartier se retrouvent parfois à l’endroit où était planté l’arbre et déposent des objets ou des dessins d’enfants pour garder son souvenir.

Le jardin méditerranéen sec remplaçant les cactus et plantes grasses
Le jardin méditerranéen sec remplaçant les cactus et plantes grasses

Quant au conifère dans la cour du musée, il se trouve aujourd’hui la sculpture de Jupiter et Encelade, d’Anne et Patrick Poirier à la place. La ville d’Antibes fait toujours face à la démultiplication de végétaux spontanés ; ici du lierre qu’elle est souvent amenée à retirer pour assurer la bonne conservation de l’œuvre.

Le lierre incrusté dans la sculpture de Jupiter et Encelade
Le lierre incrusté dans la sculpture de Jupiter et Encelade

En somme, lorsque les photographies du fonds Achille Dassonville rencontrent la méthodologie de l’ethnologue, elles prennent un tout nouveau sens. Grâce à ce projet de groupe, j’ai porté un regard nouveau sur ces décors qui me semblaient familiers, mais dont, tout compte fait, je ne percevais la richesse de leurs décors végétaux. À la fois car c’est la première fois que j’accède à des photographies si anciennes sur ces lieux que je connais, et parce qu’en tant qu’historienne de formation, je n’avais jamais été introduite à l’ethnologie. Le pin, le figuier de barbarie et le lierre se révèlent ainsi acteurs majeurs de la singularité du paysage méditerranéen dans les Alpes-Maritimes. Tantôt protégés par des programmes à l’échelle nationale ou européenne, tantôt façonneurs d’un imaginaire touristique et, demain, remparts contre les dérèglements climatiques6. 

Crédits photographiques : photographies en noir et blanc d’Achille Dassonville, ETALAB. Photographies en couleurs de Léa Toumi, ETALAB.

Léa Toumi, étudiante en Master 1 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques à l’université d’Aix-Marseille.

Pour citer cet article : Léa Toumi, “Achille Dassonville et l’arbre familier dans les Alpes-Maritimes”, Archives de la recherche et Phonothèque, mis en ligne le 16 juin 2023.



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2023, 16 juin). Achille Dassonville et l’arbre familier dans les Alpes-Maritimes. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svjj

  1. Archiviste également en Master 1, et dans le cadre de ce même programme, j’ai traité les photographies du chercheur André Raymond qu’il avait prises en Tunisie des années 1950 à 2000. []
  2. Elle a été sculptée par Henri Bouchard, en vue de rendre hommage aux antibois morts lors de la Première Guerre mondiale. []
  3. Dans le cadre de notre Master 1 d’Histoire, nous réalisons un projet de groupe porté sur la gestion du végétal dans les politiques urbaines des municipalités. Nous utilisons comme sources les photographies d’Achille Dassonville et des cartes postales anciennes qui permettent de reconstituer le décor végétal des villes des Hautes-Alpes, du Var et Alpes-Maritimes au début du siècle dernier. []
  4. Il acquiert de larges portions du littoral pour en assurer la préservation. Cet organisme étatique créé en 1975 n’a pas d’équivalent dans les autres pays. []
  5. Réseau de préservation de la biodiversité à l’échelle européenne promulgué en 1992. []
  6. cf. les jardinières installées sur l’Avenue de l’Amiral de Grasse à la place d’un parking, à la fois pour inciter à délaisser les véhicules privés pollueurs et créer des îlots d’ombre et d’humidité en ville. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.