Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=615&s=17&v=9&c=4461&id=235535

L’association Archivi del Sud ne se contente pas de collecter, numériser, structurer et mettre à disposition des documents sonores enregistrés sur le terrain. Depuis sa création elle se préoccupe aussi de valoriser et diffuser ces enregistrements. En effet, à quoi peut bien servir l’investissement gigantesque dans la sauvegarde et le catalogage des documents sonores si les enregistrements de terrain demeurent cachés au plus grand nombre ou ne sont accessibles qu’à ceux qui possèdent les clés du savoir ? Le projet « De l’archive à la scène » appartient à cette dynamique : faire sortir de la boîte à archive le patrimoine culturel pour qu’il puisse nourrir le plus grand nombre.


http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&s=17&v=9&c=4461&id=240947

Pour cela l’association a inventé un nouveau moment de convivialité, à l’image des veillées où se transmettaient les histoires après les rudes journées de travail agricoles : Le fiabe a merenda. Les fables ne se racontaient pas au goûter mais peu importe, c’est une façon d’écouter et de grignoter comme à la veillée, car la cuisine appartient, elle aussi à la joie du partage et aux souvenirs. Voilà comment depuis, Archivi del Sud parcours le monde en racontant les archives qu’elle engrange depuis des années, au moment du goûter. Pourtant le mot même de « goûter » n’existe pas en sarde : en Sardaigne on peut prendre le petit-déjeuner (immulzare), le repas de midi (bustare) et celui du soir (chenare) mais le goûter est une invention moderne qui a échappé à la langue sarde. Alors comme pour nous dire que les traditions sont là pour être bouleversées, dans les Fiabe a merende, entre chaque récit, le conteur offre un goûter à ceux qui l’écoutent. Après l’histoire de Pauleddu, le petit berger qui déclenche une tempête pour avoir recherché l’origine d’un chant merveilleux qu’il entend la nuit et qui émane d’une fée, le premier goûter est constitué de « Crêpes di pane carasau con formaggio peccorino grattugiato ». Le pain carasau, en Sardaigne est le pain que les touristes appellent « carta da musica », un pain très fin cuit deux fois, qui se conserve longtemps dans les biasses de cuir de bergers. Il a pris le nom de carta da musica car il est si dur et si fin qu’il est possible de le faire sonner comme un tambourin. Il semble qu’en parlant de pain on s’éloigne des archives sonores mais pas du tout, le pain a une place importante dans la société rurale sarde et souvent dans les histoires il est question d’enfants qui ont faim, leur curiosité et leur astuce les poussent à rechercher le moindre quignon. D’ailleurs, outre la carta da musica, il y a toute une diversité de pains en Sardaigne et le meilleur est toujours celui qui a un levain naturel. L’occasion d’écouter le deuxième conte, récit de la légende du levain découvert par la fille de Sainte Anne, la petite Mariedda qui l’a vole à la vieille  sa sabia Sibilla. Le second goûter qui suit son histoire est celui des paysans, à base de tranches de pain accompagnées d’huile d’olive, de tomate et de sel. Les oreilles et les estomacs sont donc déjà bien garnis lorsque débute le récit de Saint Antoine et de sa ruse pour récupérer du feu en Enfer. Il faut bien que les hommes puissent se réchauffer, cuire leur nourriture et le pain bien entendu. Car voilà déjà la Terza merenda, le délice de Ricotta e miele. La Ricotta des bergers, douce et blanche comme la neige, posée sur un morceau de pain carasau et sur laquelle le miel est délicatement déposé, formant une dentelle sucrée…

Ce délicieux spectacle produit par l’association Archivi del Sud a traversé la Sardaigne depuis 2006, à travers de nombreuses villes et village mais aussi des festivals, dont le magique Festival del racconto Mille e un Nurraghe.  Il est une façon magnifique de faire vivre les contes en les rattachant à la vie quotidienne, aux joies et aux échanges qu’ils peuvent générer. Pour ne pas se priver de continuer à écouter, la revue de l’association, Contos, raconte cette aventure et propose une carte postale sonore, créée par Enzo Favata musicien sarde où l’on peut saisir un instantané de l’île, des bruits du travail agricole aux ambiances de fête (où l’on entend – encore ! – les Mamuthones) en passant par la voix des conteurs. A chaque spectacle, les contes changent, les goûters demeurent ! Enedina Sanna est celle qui transmet inlassablement depuis la création de cette association, qui a toujours oeuvré pour que le patrimoine immatériel ne soit pas enfoui dans des boîtes d’archives, qu’il se promène, qu’il chante, qu’il danse, qu’il mange et nous repaisse… Enedina Sanna viendra nourrir vos oreilles des contes sardes en langue française au Festival des conteurs de Francette Orsoni, le 26 et 29 novembre 2010 : n’hésitez plus à faire un goûter !

Crédits photographiques : Orgosolo, murales  2007/02/06, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=235535 et Pane carasau par Maisto Alberto, 2007/10/17, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=240947Images sous Creative Commons



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2010, 4 novembre). Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suwq

Une réflexion sur « Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.