Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel

La ville de Bilbao en Biscaye (Pays Basque, Espagne) a accueilli du 13 au 16 octobre derniers un congrès international sur le Patrimoine Culturel Immatériel organisé par l’association Txoke! association pour la promotion des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible.

L’objectif était de croiser les regards et les pratiques des acteurs de son collectage, de la sauvegarde de ses archives jusqu’à sa restitution au large public. Le colloque regroupait trente cinq experts des archives sonores (archivistes, scientifiques, documentalistes, enquêteurs) de cinq nationalités différentes et issus d’institutions publiques et privées. Les actes de ce colloque devraient être publiés au premier semestre 2011.

J’y étais invité pour présenter la collection sur la mémoire orale arménienne des Bouches du Rhône réalisée en partenariat avec l’association Paroles Vives, la phonothèque de la MMSH et les Archives Départementales des Bouches du Rhône en 2008. Je devais également présenter le Portail du Patrimoine Oral, projet du pôle associé FAMDT, soutenu par la Bibliothèque Nationale de France. Ce portail moissonne auprès de cinq centres partenaires de la FAMDT  leurs notices descriptives d’archives sonores et  audiovisuelles. En octobre 2010, il proposait l’accès en ligne à plus de 80 000 notices.

Je n’ai pu malheureusement participer à ce colloque que deux demi-journées, les 13 et 14 octobre. Il faut saluer la qualité d’organisation de telles rencontres où il nous est possible de présenter nos travaux, échanger sur nos méthodologies et conceptions théoriques mais où il nous est aussi donné de relativiser nos approches et de visiter les structures qui gèrent et génèrent de l’archive sur le patrimoine immatériel.
Suite aux présentations de travaux de collectages aussi divers que l’ethnographie des communautés féminines de Ténès-Chlef, la tradition en danger des conteurs de la place Djemaa el Fna ou des campagnes de collectages en territoires basques (espagnols ou français) ou breton, les institutions de diverses nationalités (espagnoles, françaises, allemandes, mexicaines) ont présenté leurs collections et leurs moyens de conservations. Ainsi, une image plurielle de l’archive sonore s’est dessinée. Evidemment, chaque fonds ainsi identifié attire le regard et la curiosité. On a envie d’aller voir plus près, d’écouter, d’aller plus loin, peut-être même de rencontrer les collectionneurs, les informateurs… Reste toujours en suspens la question de la diffusion au public ; mais l’ensemble des participants au congrès se rassemblent autour de la même idée : il faut sauvegarder et documenter ces archives. La consultation est  à venir.
L’origine institutionnelle de chaque intervenant a proposé d’autres points de départ pour un chantier de sauvegarde et de restitution vers le large public ou un public spécialisé ; mais aussi d’autres partis pris, d’autres moyens et d’autres partenariats. Somme toute, les positions de chacun sont légitimes et pas si éloignées finalement. De nouveaux axes de travaux peuvent émerger de telles rencontres car chaque procédure connaît des limites, pas toujours budgétaires. Le travail en réseau représente un gain de temps, de nombreuses solutions aux problèmes techniques, juridiques, éthiques que peut soulever l’archive du patrimoine immatériel. La pluralité des acteurs peut s’avérer complémentaire : le tissu associatif se présente dynamique et innovateur, là où l’institution publique apporte stabilité dans le temps et dans les outils utilisés. D’autant que le statut de l’archive sur le patrimoine immatériel n’a pas toujours et partout des défenseurs et que son usage est parfois sujet à caution ou au moins à questionnement.
Il est à souhaiter que de tels échanges se reproduisent souvent au niveau européen. Celui-ci a gagné son pari ; les actes en rendront compte et, pourquoi pas, de prochains chantiers en partenariat.

Crédit photographique : Pont Biscaye – Bilbao – Février 2009 et Arbol imperfecto – Février 2009, Photographe : Chiara Abbate.  Les images sont sous Creatives Commons.

pont biscaye



Citer ce billet
Corinne Cassé (2010, 18 novembre). Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suwt

Une réflexion sur « Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.