archives de la télé du liban

Les archives de la télévision et de la radio du Liban bientôt accessibles ?

Lorsqu’en mai 2019 s’est tenu à Beyrouth le colloque international intitulé Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie1, Mireille Maurice, déléguée régionale de l’INA Méditerranée, avait présenté les archives télévisées et radiodiffusées conservées en France au sein de l’Institut national de l’audiovisuel, et les collaborations en Méditerranée, illustrées en particulier par le programme Med-Mem2. L’idée de construire un projet pour donner accès aux archives concernant le Liban sur des sites comme celui de la bibliothèque nationale, qui aurait pu accueillir et sécuriser un accès pour la recherche, avait germé. Mais tout s’est interrompu après les événements que l’on sait, la révolution du 19 octobre 2019 et la violente crise économique et politique qui a suivi, l’explosion du Port de Beyrouth le 4 août 2020, et le 4 février 2021, l’assassinat de celui-là même qui  modérait la table ronde lors de ce colloque, Lokman Slim.

L’accès aux archives au Liban est complexe. Si la bibliothèque nationale a ré-ouvert ses portes le 4 décembre 20183, ce n’est pas le cas de celles des archives nationales, toujours fermées, voire introuvables et c’est sans doute pourquoi, plusieurs structures au Liban archivent des données de formats divers et sur de multiples thématiques, ainsi la fondation UMAM Documentation et Recherche,  co-fondée par Lokman Slim et Monika Borgmann, collecte et met à disposition du public depuis 20 ans des archives historiques ou encore la fondation AMAR créée par Kamal Kassar, recueille des archives de la musique arabes.

Voilà qu’un nouveau morceau du puzzle des archives libanaises pourrait s’ajouter à ces ensembles avec celui des archives de la télévision et de la radio. En effet, entre 2022 et  2023, l’INA s’est impliqué dans la mise en œuvre d’un projet original sous le titre « Sauvegarde, numérisation et valorisation du patrimoine des médias libanais »4 en collaboration étroite avec le ministère de l’information du Liban, sous la direction du Ministre Ziad Makari, et ses établissements sous tutelle. Une convention a été signée en avril 2022 entre ce ministère, la direction de Télé-Liban, l’ambassade de France au Liban et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) pour faciliter cette collaboration. Un inventaire (encore non publié) a été réalisé qui liste les photographies, les vidéos et les bandes sonores de Télé-Liban5, Radio Liban6, l’Agence nationale d’information7 et la Direction des études et des publications libanaises8. Vaste programme qui a été certainement en partie troublé par le cambriolage de la salle des archives de l’Agence nationale d’information libanaise à la fin du mois de février 2023, quand, outre des serveurs et des ordinateurs, des photographies numérisées  ont été emportées – autour de 10% du fonds avait été déjà numérisé, il faudra recommencer. Dans ce projet, que nous ne connaissons qu’à travers divers articles de presse cités dans ce billet, l’INA ajoutera peut-être dans l’escarcelle les émissions télévisées françaises sur le Liban au moins de la période du Mandat, comme cela a été fait pour l’Algérie qui, en 2008, a récupéré une partie des archives filmées durant l’ère coloniale. Certaines, plutôt embarrassantes, montreront le regard colonial que la France pouvait porter sur ce pays mais bien au-delà, ces sources devraient pouvoir être lues, entendues et partagées par les libanaises et les libanais comme par tous les publics.

A très bientôt pour vous informer sur les liens qui permettront l’écoute et la visualisation de ces archives qui, nous l’espérons, seront en libre accès.

Image “à la une” : extraite d’un tweet du 27 juin 2023  du compte twitter Ina audiovisuel et photographie la rencontre à Beyrouth avec Osman Majzoub (à dr), ancien Directeur des archives de Télé Liban, et son successeur Alfred Akar. Osman Majzoub. Avec leurs équipes, ils ont dès le début des années 2000, entamé la sauvegarde et la numérisation de milliers d’heures de programmes : https://web.archive.org/web/20230709094825/https://twitter.com/Ina_audiovisuel/status/1673592195033575424

 

 

 

 

 

 

  1. Le colloque, qui s’est tenu du 28 au 30 mai, était co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. []
  2. Le programme Med-Mem – Partager les Mémoires Audiovisuelles de la Méditerrannée a été financé par le Programme EUROMED Héritage IV  entre 2008 et 2012. Il réunissait 20 partenaires dont 14 télévisions de la Méditerranée  – mais aucune libanaise – avec l’objectif de favoriser la numérisation des collections audiovisuelles.  Il a développé un portail, en libre accès, offrant une sélection d’archives vidéos, soit près de 4000 documents, bientôt hors ligne en raison de l’abandon de la technologie Flash à la fin de l’année 2020. . Malheureusement, l’arrêt de la technologie Flash à la fin de l’année 2020 n’a pas permis la maintenant du site. []
  3. Malheureusement l’explosion du port du 4 août 2020, la bibliothèque nationale du Liban a dû de nouveau fermer. Elle a reçu depuis le soutien de plusieurs bibliothèques nationales dont celle de la France.  La BnF a en effet obtenu du Ministère de la Culture un fonds d’urgence de 70 000 € pour la  soutenir et mettre en place un atelier de conservation préventive et curative. []
  4. Ce programme a été financé par la France à hauteur d’un demi-million d’euros, sur vingt-quatre mois et mis en œuvre par l’INA. []
  5. Un premier canal avait été créé dans les années 1950, mais Télé-Orient a été créée en 1977 et elle est devenue Télé-Liban en 1962. Elle est la seule chaîne de télévision généraliste publique du pays et diffuse des contenus en arabe, anglais et français. []
  6. En 1938 est créée Radio Orient, renommée en 1960 Radio Liban. La station de radiodiffusion généraliste multilingue travaille aujourd’hui en partenariat avec la station française RFI, qui complète ses programmes quotidiens. Environ 90% des fonds de radio sont déjà été numérisés. []
  7. L’ANI est la source d’information officielle des autorités et des administrations libanaise ; elle a été crée en 1961. []
  8. La direction des études et des publications , créée en 1961,  a pour mission de documenter les relations mutuelles entre l’État, la presse et l’opinion publique. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Véronique Ginouvès (7 juillet 2023). Les archives de la télévision et de la radio du Liban bientôt accessibles ? Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/svjn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.