Fonds André Raymond (1925-2011) - Algérie - Vue sur la Mosquée Safir et la structure urbaine autour du port d'Alger

L’Algérie au coeur des archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH

Au moment de la création de la MMSH, en 1997, des fonds de chercheuses et de chercheurs jusqu’ici dispersés au sein de plusieurs laboratoires ont été réunis à la Médiathèque offrant ainsi une opportunité unique de croiser dans un seul lieu des sources issues de diverses disciplines, qui ont traversé les technologies du début du 20ème siècle à nos jours : papiers, calques, cartes, plaques de verre, diapositives, négatifs et tirages, bandes et cassettes analogiques puis, dès les années 2000, Minisdics et DAT, films sur tous supports, disquettes, vidéodisques ou fichiers numériques natifs. Une grande part de ces archives témoigne des activités, des tâtonnements, des processus de réflexion, des données utilisées dans les publications sur le terrain algérien, sur lequel historiens, sociologues, anthropologues, politistes, linguistes, musicologues, historiens de l’art, ont travaillé. Les archives constituées forment aujourd’hui un fonds considérable, cohérent et en grande partie inédit sur la Méditerranée et tout particulièrement sur l’Algérie. Les fonds sur l’Algérie correspondent à environ 80 mètres linéaires sur un ensemble de 600 mètres linéaires, et à une quinzaine de collections.

Au-delà d’une compréhension du processus réflexif des chercheurs, de la contextualisation de leurs terrains et de l’intérêt des données recueillies ou produites, ces archives apportent également un savoir original sur l’histoire des sciences, la façon dont les réseaux et les laboratoires se sont constitués localement mais également à l’échelle de la Méditerranée et, parfois, au-delà. En effet, certains fonds sont associés à des laboratoires antérieurs à la création de la MMSH.  Par exemple, Bruno Etienne (1937-2009) a dirigé le Centre de recherche et d’étude des sociétés musulmanes, le CRESM, laboratoire fondateur de l’IREMAM, ou encore, Anne Roche, professeure de littérature,a appartenu au GDR 093 qui a donné naissance à l’UMR TELEMMe. Dans le fonds homonyme de son ouvrage, écrit avec Marie-Claude Taranger, Celles qui n’ont pas écrit1, se trouve une petite cinquantaine d’heures d’entretiens enregistrés par des étudiants dans le cadre de ses enseignements auprès de personnes qui ont vécu en Algérie avant la guerre d’indépendance et auprès de soldats appelés. Sur ces derniers, une partie des entretiens a été réalisée par Anne Roche, elle-même, et tous ont été utilisés2 pour la rédaction d’un article publiés sous le titre «”Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé”»3.

Naturellement, celles ou ceux qui ont fait don de leurs archives –directement ou par leurs ayants droit – sont aussi issus de laboratoires de la MMSH. L’IREMAM est certainement le laboratoire le plus présent. Trois exemples en témoignent avec les fonds de Marceau Gast (1927-2010), d’André Raymond (1925-2011) et de François Chevaldonné. Marceau Gast, directeur de recherche au CNRS rattaché à l’IREMAM4, a choisi de déposer la totalité des sources qui documentent son expérience professionnelle en Algérie. Ses archives ne se limitent pas aux sources de sa thèse sur l’alimentation ou à ses travaux sur les coffres kabyles ; elles recueillent aussi des documents inédits concernant ses activités au sein des centres sociaux créées par Germaine Tillon ou encore des milliers de photographies – qui ne sont pas encore toutes numérisées5. Parmi les 10 000 diapositives qui témoignent des recherches sur les villes ottomanes d’André Raymond, directeur de l’IREMAM entre 1986 et 1989, une centaine a été réalisée en Algérie6. Enfin, début 2022, les archives de François Chevaldonné, directeur de recherche au CNRS, ont été données à la Médiathèque. Si elles ne sont pas encore classées, une partie d’entre elles avait déjà été archivée sur le Web car son exposition « 100 000 réfugiés. 1955-1962 : un exode algérien à la frontière ouest » avait été archivée sur la WayBack Machine en 2003 (Voir : https://web.archive.org/web/20181203152655/http://pisrsh.mmsh.univ-aix.fr/centmille.htm.)) , avec le soutien du pôle Image, son, pratiques du numérique. La convergence de ces archives est assez remarquable puisqu’un autre fonds, plus récent, de l’IREMAM, vient les rehausser, transformant le collecteur en témoin. Lors du programme de recherche sur les « Coopérants au Maghreb du milieu des années 1950 à la fin des années 1970 »7, François Chevaldonné, Bruno Etienne et André Raymond ont été interviewés par Jean-Robert Henry, Sébastien Denis et François Siino. Leurs récits font désormais partie des archives.

Dans la soixantaine d’entretiens réalisés auprès d’anciens coopérants, pour la plupart alors jeunes universitaires ou chercheurs en sciences sociales, trente-cinq d’entre eux témoignent de leur vie professionnelle en Algérie. Comme une nouvelle séquence mémorielle, ces entretiens gardent trace d’un moment où le flux des rapatriés et militaires qui regagnent massivement la métropole à l’issue d’une guerre impitoyable croise celui de milliers de jeunes diplômés qui traversent en sens inverse la Méditerranée. Les archives constituées autour de cette guerre donnent à lire un héritage historique complexe. Elles sont sources de représentations multiples et originales, que les témoignages oraux viennent enrichir, multipliant pour chaque témoin les facettes de cette mémoire. Il peut s’agir de ceux qui ont participé à la guerre du côté de la France, comme les entretiens enregistrés par Sandrine Marrou8 auprès d’appelés de la région de Toulouse dans le cadre de sa Maîtrise dirigée par Robert Ilbert en 1999 ou ceux réalisés auprès de Harkis par Grégor Mathias dans le cadre de son Diplôme d’études approfondies sous la direction de Jean-Louis Triaud, en 19999. Des témoignages de celles et ceux qui se sont engagés du côté de l’Algérie indépendantiste pendant la guerre sont également présents à travers les entretiens recueillis par l’historienne Hélène Bracco, auprès des Européens en Algérie indépendante (28h) ou des civils et des militaires qui ont désobéi pendant la guerre d’indépendance (12h)10.

A propos de la France pendant la période coloniale, de la guerre et de son actualité, il ne faut pas oublier que la Médiathèque de la MMSH donne accès à la totalité des archives de l’Inathèque de l’Institut français de l’audiovisuel. Rappelons à cette occasion le projet européen dans lequel la MMSH a été impliquée entre 2008 et 2012 dans le cadre de la COPEAM (Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen) à la demande des détenteurs d’archives audiovisuelles de la région méditerranéenne qui a donné jour au projet Med-Mem « Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » mené par Maryline Crivello (TELEMMe). Au-delà des archives de la télévision et de la radio française, ce projet a permis de donner accès de façon contextualisée à des documents originaux comme le dossier réalisé par Karima Dirèche (TELEMMe) sur le thème « La question coloniale et postcoloniale algérienne »11.

Enfin, une des particularités du secteur archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH, est d’avoir pu bénéficier – à travers les membres des différents laboratoires – d’échanges fructueux avec des chercheur·e·s franco-algérien·ne·s ou algérien·ne·s qui ont fait don de plusieurs fonds issus de terrains algériens. Ces fonds d’archives nous donnent une remarquable opportunité d’appréhender le passé de l’Algérie autrement que par son passé colonial. Celui de Fanny Colonna (1934-2014), dont la carrière s’est déroulée entre l’Algérie et la France, est particulièrement représentatif12. La sociologue franco-algérienne a d’abord été assistante au Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne à l’Université d’Alger en 1967 avant d’entrer au CNRS comme attachée de recherche et elle est devenue directrice de recherche en 1987. Une grande partie de ses archives – photographies, enregistrements, papiers – se réfère à la région des Aurès (2 ml). Fanny Colonna a également fourni à la Médiathèque l’opportunité d’un dépôt d’un ensemble de documents collectés par le chercheur français Joseph Desparmet (1863-1942) sur la littérature orale populaire qui ont été encore peu exploités. Ce fonds, qui reste encore à découvrir, a été présenté par Kamel Chechoua (IREMAM) dans le cadre d’un séminaire à la MMSH sous le titre « Joseph Desparmet et la résistance culturelle populaire et lettrée dans l’Algérie coloniale » et il vient de publier aux éditions Bouchène, un recueil d’articles (398p.) qu’il introduit  sous le titre Joseph Desparmet. L’état d’esprit des Algériens au début du XXe siècle. Recueil d’articles 1910-1937.

Fonds Marceau Gast – Un instituteur chez les touaregs – Germaine Tillion (1907-2006) en visite de la classe nomade dans l'Ahaggar dans les années 1950

Deux autres fonds sonores de chercheurs algériens s’ajoutent à ces ensembles, constituant les sources de deux thèses. La première, soutenue en 2001 à Sorbonne-Université (alors Paris IV) renvoie aux travaux de la musicologue Maya Saidani sur la musique du Constantinois (12h). La seconde, soutenue en 1990 à l’Université de Paris-Cité (alors Paris V) par Faouzi Adel (1947- 1999), donne à entendre des hommes et femmes de l’Est Algérien – Constantine, Annaba, Bejaia, Tizi-Ouzou, Batna, Sétif, Biskra – enregistrés dans les années 1988 par le socio-anthropologue. Les témoins évoquent en langues arabe ou française, la formation de leur lien conjugal et décrivent leurs modèles familiaux. La recherche, met l’accent sur l’hétérogénéité des populations de cette région issues de milieux socio-professionnels divers et sur la prégnance de la mémoire de la colonisation des témoins qui font alors face à la crise sociale et économique des années 1980. Au-delà des luttes familiales et individuelles pour assumer les dépenses du foyer, c’est aussi la vie quotidienne, les relations amoureuses et l’éducation des enfants qui se raconte, à travers une Algérie en pleine mutation.

A la lecture de ce bref état des lieux des fonds d’archives conservés à la Médiathèque de la MMSH, se dessine la complexité de ces sources, des usages et des lectures multiples qui peuvent en être faites, historiques et anthropologiques bien sûr, mais aussi sociétales, politiques, économiques, linguistiques, idéologiques, littéraires… Ces archives sont librement accessibles à toutes et tous, dans le respect des règles éthiques et juridiques qui s’y rattachent. L’engagement de la Médiathèque dans la science ouverte offre désormais des ré-usages multiples. L’un des derniers exemples, imprévisible, est Haraka, une œuvre sonore, créée en 2021 par le compositeur Jérémie Nicolas13. Elle vient d’être exposée du 17 au 19 ctobre à la MMSH : au cœur d’un cercle métallique  plongé dans la pénombre, la voix de l’enquêteur tombe du ciel – celle de l’historien Grégor Mathias qui a recueilli les témoignages de harkis – et la réponse est musicale. Elle restitue les récits dramatiques et contradictoires des supplétifs de la guerre, leurs silences, leurs hésitations, les manques au cœur des discours qui expriment l’indicible d’un événement traumatique.14.

Crédits photographiques : Les photographies sont issues des collections du secteur archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH mises en ligne sur la plateforme d’archives ouvertes MédiHal.

“A la une” : Vue sur la Mosquée Safir et la structure urbaine autour du port d’Alger, photographie d’André Raymond, Alger, 1950, licence Etalab, https://media.hal.science/hal-03925583v1

Situation de collecte lors d’une formation destinée à des étudiant·e·s en Master d’ethnomusicologie à Alger, photographie de V. GInouvès, Alger, 4 avril 2017, licence CC-BY-NC https://media.hal.science/hal-03902224v1

Germaine Tillion (1907-2006) visite de la classe nomade de Marceau Gast (1927-2010) dans l’Ahaggar dans les années 1950, photographie de Marceau Gast, 1953, Ahaggar, licence CC-BY-NC-ND, https://media.hal.science/hal-03973443

Ce texte a été d’abord été publié sur la Lettre de la MMSH, n°5, 2023.



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2023, 18 octobre). L’Algérie au coeur des archives de la recherche de la médiathèque de la MMSH. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svjw

  1. Lien vers la collection cataloguée sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-20179115941811. Référence de l’ouvrage : Anne Roche et Marie-Claude Taranger, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Edisud, 1995. []
  2. Lien vers la collection cataloguée sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-20179115935212. []
  3. L’article a été republié en 2017 dans la revue Sonorités introduit par Alice Belgacem : Anne Roche, « “Je vous le raconte volontiers, parce qu’on ne me l’a jamais demandé”. Autobiographies d’appelés en Algérie », Sonorités. Bulletin de l’AFAS, n°43, 2017, pp 6-23, DOI : https://doi.org/10.4000/afas.3027. []
  4. Lien vers la collection cataloguée sur Calames : http://calames.abes.fr/pub/ms/FileId-1566. []
  5. Financé en partie par la Mission de valorisation du patrimoine scientifique d’AMU et par le Consortium des ethnologues (IR* Huma-Num), une sélection des photographies de Marceau Gast est publiée sur la plateforme MédiHal : https://medihal.archives-ouvertes.fr/FMGA. []
  6. Actuellement, les photographies sur la Tunisie, la Lybie et l’Algérie d’André Raymond ont été numérisées. La collection sur l’Algérie l’a été par Christian Champaloux, Médiathèque de la MMSH. Elles sont en cours de mise en ligne sur la plateforme d’archives ouvertes MédiHal : https://media.hal.science/RAYMOND. Le fonds d’archives d’André Raymond, est en cours de traitement sur Calames : http://calames.abes.fr/pub/ms/FileId-4828. []
  7. Lien vers la collection cataloguée sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-202305021654584381. []
  8. Lien vers la collection (16h) cataloguée sur Calames : http://calames.abes.fr/pub/ms/Calames-2021121513121128614. []
  9. Lien vers le fonds (66h) catalogué sur Calames : http://calames.abes.fr/pub/ms/FileId-4850. []
  10. Lien vers le fonds d’Hélène Bracco cataloguée sur Calames : http://calames.abes.fr/pub/ms/FileId-3845. []
  11. Voir : https://web.archive.org/web/20210805234449/http://www.medmem.eu/fr/folder/23/question-coloniale-postcoloniale-algarienne Malheureusement, suite à l’arrêt du développement du lecteur vidéo Flash, les archives du site Med-Mem ne sont plus accessibles dans leur complétude et l’Inathèque n’a pas archivé les vidéos sur ses archives du web. []
  12. Le fonds est en cours de classement, une première description est accessible ici : https://phonotheque.hypotheses.org/34064. []
  13. Jérémie Nicolas, «  Échos d’affect d’effroi : penser des accidents et des incapacités de l’écoute musicale », projet de thèse en Arts depuis le 30 octobre 2019, sous la direction de Anne Sédès et de Joseph Delaplace, Paris 8, https://www.theses.fr/s235800. []
  14. L’installation de l’exposition a la MMSH a bénéficié d’un financement conjoint de la MSH Nord, de Montpellier et de la MMSH. Une première présentation de l’installation sur le site de la MSH Nord avait été faite en 2021. Avant de partir vers le camp de Rivesaltes près de Montpellier, l’exposition a été accueillie à la MMSH et un séminaire a accompagné  cet événement Arts-Sciences sur le thème « Les silences, témoignages du trauma colonial algérien » le mercredi 18 octobre. L’objectif était d’explorer les contours de ces silences multiples et s’interroger sur leur fabrication ainsi que sur leur transmission dans la confrontation et le dialogue d’expériences récentes de recherche et de trois œuvres de création. Le programme est accessible ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.