Où trouver la Tunisie aux ANOM ?

Les Archives nationales d’outre-mer conservent et communiquent des archives qui peuvent intéresser les chercheur·e·s de la MMSH, une sélection est présentée dans ce carnet sous la rubrique Anom.

De nombreux fonds évoquent la Tunisie aux Archives nationales d’outre-mer. Devant cette abondance, je mettrai en avant d’abord les fonds d’archives privés. Pour le 19e siècle, citons le fonds d’une compagnie de chemins de fer : la Compagnie des chemins de fer de Bône-Guelma et prolongements, ex-Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens (cote : 156 AQ). Ce fonds concerne essentiellement la Tunisie, car la ligne Alger-Tunis a été inaugurée en 1886, la ligne Sousse-Kairouan est ouverte en 1888. Autre type d’archives privées, le journal de la campagne de Tunisie, journal rédigé par le capitaine Humbert en 1881 (cote : 103 Apom).

Pour le 20e siècle, le fonds du général Ducrot affecté à la résidence de Tunis en 1940 (20 Apom), le fonds du P. Déjeux sur la littérature tunisienne (87 Apom), un petit fonds de l’Eglise protestante de Tunis de 1885 à 1949 (218 Apom) peuvent être des sources abondantes. Mais aussi le fonds Souriau, du CNRS (qui a mené des missions en Tunisie après 1962), ou le fonds Le Tourneau, savant professeur, qui a amassé une documentation sur la vie politique et l’enseignement, la question tunisienne, Bourguiba, le collège de Moulay-Idris, l’oeuvre scolaire de la France en Tunisie, et sur l’artisanat (7 Apom). Le fonds Cuny, qui s’occupait de mise en valeur agricole en Tunisie (138 Apom)… Et encore les Amitiés africaines, association d’entraide aux anciens soldats nord-africains, reconnue d’utilité publique en 1938, qui gérait des domaines immobiliers en Tunisie (119 Apom) ; n’oublions pas les photographies prises par Suzanne et Edmond Bernus (224 Apom). Le fonds Saumagne concerne l’archéologie en Tunisie et les débuts du christianisme (128 Apom). Le fonds Cohen-Hadria (51 Apom), socialiste tunisien, est un cas rare d’archives d’homme politique tunisien. Elie Cohen-Hadria adhère au Parti socialiste en 1925 et entre au journal Tunis Socialiste dès 1928.  Engagé dans les Forces françaises libres, il reprend sa place au journal en août 1945, fut secrétaire fédéral (1950-1956), et joua un rôle dans les négociations en vue de l’indépendance tunisienne.

C’est dans les fonds d’archives publiques relatifs à l’Algérie que vous découvrirez aussi des informations sur la Tunisie. Parmi ces fonds pour le 19e siècle, le fonds des Bureaux arabes du Constantinois  concerne la frontière algéro-tunisienne et les débuts du protectorat de la Tunisie ; la série H du gouvernement général de l’Algérie vous parlera d’abord des conflits, suscités par des frontières mal définies et par les incursions de tribus, puis, après l’établissement du protectorat, des problèmes d’’état civil des migrants algériens en Tunisie (et réciproquement) ; plus tard, des rapports politiques transmis par la résidence générale de Tunis au gouvernement général (25 et 26 H).

Côté archives publiques du 20e siècle, plusieurs fonds d’archives sont pertinents. Le ministère des Colonies décernait l’ordre du Nichan Iftikhar, une décoration tunisienne, les dossiers de proposition des personnalités sont conservés de 1920 à 1935. Le ministère chargé de l’Algérie avait des dossiers (cote 81 F) sur les relations entre la France et la Tunisie, les réfugiés au Maroc et en Tunisie, le contrat entre Electricité-Gaz-d’Algérie et l’Omnium tunisien d’électricité, et surtout, sur l’aide de la Tunisie au FLN. Les archives de la Banque d’Algérie concernent certaines succursales de la Banque en Tunisie. La préfecture de Bône s’occupait des autorisations d’entrée en Tunisie entre 1956 et 1958. Le cabinet militaire du gouverneur général de l’Algérie (cote GGA 3R) traitait des affaires concernant la Tunisie voisine.

La Statistique générale de la Tunisie est conservée en bibliothèque des ANOM pour les années 1913-1938 et 1940-1956. Après l’indépendance, deux années sont encore conservées, 1959 et 1960 (cote : A1010). Vous y trouverez chaque année de nombreux chiffres concernant les hôpitaux en Tunisie, la santé, la justice tunisienne et française, les condamnations, les prisons, la scolarisation, l’agriculture, le commerce, l’industrie, les salaires, et même les grèves. Le catalogue de la bibliothèque des ANOM vous guidera vers de nombreux autres titres.

En conclusion, il faut explorer plusieurs instruments de recherche sur le site des ANOM, en saisissant Tunisie dans la barre de recherche (en recherche libre), mais de belles surprises vous attendent.

Sur la Tunisie, le secteur archives de la recherche de la MMSH a mis en ligne en 2023 plus de 800 photographies prises par André Raymond documentées sur Calames / Medihal avec le soutien du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Crédit photographique de l’image “à la une” :  Chiffres statistiques officiels sur la Tunisie (FR ANOM A 1010)



Citer ce billet
Isabelle Chiavassa (2023, 21 novembre). Où trouver la Tunisie aux ANOM ? Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svk3

Isabelle Chiavassa

Archiviste-paléographe, actuellement conservatrice en chef aux ANOM, plusieurs postes d'archiviste occupés à Paris, Marseille et Aix, 28 articles publiés et 3 autres sous presse.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.