extrait affiche samba

La fabrique d’une nouvelle transdiscipline : la samba

Mardi 14 novembre s’est tenu à Belo-Horizonte le dernier cours de ce qui pourrait apparaître dans les réseaux académique comme une nouvelle transdiscipline, la Samba1. Un trait d’humour plutôt sérieux puisque la samba croise  dans son étude de nombreuses disciplines de sciences humaines – qu’il s’agisse de l’histoire, la communication, l’archivistique, la musicologie et l’ethnomusicologie, la choréologie, les sciences politiques, la sociologie, l’anthropologie et sans doute d’autres encore – mais surtout elle croise les sciences et la société.

Le matin de ce mardi  14 novembre, à l’UFMG, s’est d’abord tenue une séance d’écoute dans le cadre du cours de licence Som e Sentido. Au cours l’année, dans le cadre de cet enseignement, les étudiant·e·s créent des parcours sonores éditorialisés sous forme de podcasts. Ils se sont promenés dans les  écoles de samba de la ville, mais aussi dans les lieux de religiosité ou les endroits phares de la samba de Beaga2, bref, partout où la samba est jouée, dansée, aimée.  Ce matin là, de nouveaux projets de podcasts étaient présentés à leur professeure Graziela Mello Vianna.  Cinq parcours sonores s’ajouteront aux autres pour illustrer la future carte sonore sambiste de la ville et seront diffusés sur plusieurs canaux. Un travail d’écoute studieux, collectif, où le son est mis en débat pour réussir à proposer un récit compréhensible, audible et captivant pour les futurs auditeur·trice·s. Le cours est aussi l’occasion pour l’enseignante d’aborder les questions plus techniques de la prise de son, qu’il s’agisse des formats de fichiers, du placement des micros, en particulier pour la musique amplifiée ou  le paysage sonore, ou encore celles de l’équilibre des informations, de l’écriture et du récit.

L’après-midi était le dernier des mardis où se retrouvaient les étudiant·e·s de l’UFMG issus de plusieurs disciplines et leurs enseignant·e·s avec les acteur·trice·s du carnaval de Belo-Horizonte, qu’il s’agisse de celles et ceux qui chantent, dansent, jouent de la musique, organisent, ou de simples amateur·trice·s. Le rendez-vous se tenait au bar de l’Âme brésilienne – L’Alma brasileira, 625 de la rue Vincente Risola. Ce cours s’intéresse plus précisément à la réalisation d’une cartographie de la Samba de Beaga et à sa documentation. Malgré la chaleur, un public attentif et curieux a écouté Nonato de Samba, maître de samba expliquer les règles du défilé en compagnie de Maria Elisa Abreu, directrice générale du carnaval de Canto da Alvorada. Tous les deux s’arrêtaient au fil des multiples questions sur le parcours et les fonctions de chacune et chacun dans le défilé, en insistant sur certains sujets aussi divers que le porte drapeau, les marques de bière, les costumes et le nerf de la guerre… son financement.

Les explications étaient parfois ponctuées d’un pas de danse de Léo de Jesus. Les échanges ont duré jusqu’à tard car les questions étaient nombreuses, chacun·e avec ses compétences et ses connaissances, voulait en savoir plus pour mieux connaître et appréhender cette discipline complexe et presque mathématique qu’est la Samba et son défilé au moment du carnaval.

La clôture de la journée s’est bien sûr terminée en musique – car pour bien comprendre une discipline, il faut la pratiquer -, au son des percussions, des guitares et du cavaquinho3, après avoir remercié les organisateur·trice·s et les participant·e·s à cette série de cours qui ont permis de mieux documenter l’incroyable discipline transversale de la Samba de Beaga. L’inscription sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO pourrait être une étape ultime de ce processus.

A suivre…

Si vous voulez partager notre plaisir et découvrir Nonato da Samba chanter la Samba, plusieurs vidéos sont en ligne,

Et pour avoir une idée du côté solaire et joyeux, festive mais aussi très physique, de la Samba ce bref passage où la cuisinière de l’Alma Brasileira qui avait régalé ce soir là le public d’un délicieux riz au porc, lâche ses fourneaux et rejoint Leo de Jesus pour quelques pas de danse.

L'Alma brasileira, 625 rue Vincente Risola



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2023, 17 novembre). La fabrique d’une nouvelle transdiscipline : la samba. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svk0

  1. Actuellement invitée à l’université fédérale du Minas-Gerais, j’ai eu l’opportunité de participer à deux enseignements hors des murs de l’université menés par Graziela Mello Vianna  et Nisio Teixeira de l’UFMG. Précédemment une visite commentée du Museu da Imagem e do Som de Belo-Horizonte  avait été organisée. []
  2. Beaga est la façon courante de nommer Belo Horizonte au Minas-Gerais. []
  3. Instrument à la forme d’une petite guitare à 4 cordes. []

Une réflexion sur « La fabrique d’une nouvelle transdiscipline : la samba »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.