Embarquez pour L’Île aux Podcasts

Le 10 novembre s’est tenue la restitution du projet L’Île aux Podcasts au MucemLab. C’est dans ce cadre historique (cour de la commande du fort Saint-Jean) que nous avons été invitées à mettre le cap et voyager dans les profondeurs de l’intime.

L’Île aux Podcasts, c’est la rencontre d’une dizaine de jeunes sur l’île du Frioul pour une résidence d’écriture de podcast documentaire, une formation multilingue de cinq jours autour de projets faisant résonner la petite histoire et la grande, à la croisée des cultures sonores de l’Europe et de la Méditerranée. Chacun·e part d’une histoire, souvent personnelle et/ou familiale, pour interroger plus largement nos manières d’être au monde, de nous raconter. Un participant se pose par exemple la question de la virilité au regard des masculinités algériennes. Ça veut dire quoi être un homme aujourd’hui en Algérie ? Une participante choisit elle de s’intéresser aux réfractaires de l’armée, ceux qui n’ont pas refusé de rejoindre une guerre en particulier mais l’idée même de l’institution militaire. Deux autres cherchent à élucider les mystères de leurs grands-pères respectifs, l’un ayant été jeune docker à Marseille et l’autre officier allemand dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Outre ces récits passionnants qui se dessinent et que l’on a envie d’entendre plus en détail, ce qui fait la richesse de L’Île aux Podcasts, c’est aussi sa multiculturalité. En effet, ce projet, porté par la société de production 13 Prods avec le soutien de la fondation Heinrich Böll et l’Office franco-allemand pour la Jeunesse et la Délégation interministérielle à la Méditerranée, était ouvert aux candidat·es originaires de France, d’Allemagne et d’Algérie. La formation a été animée par six intervenant·e·s venu·e·s des trois pays : Mehdi Ahoudig, auteur et réalisateur de documentaires sonores ; Franck Haderer, réalisateur sonore ; Hélène Servel, journaliste indépendante ; Leïla Beratto, journaliste et réalisatrice ; Justine Perez, journaliste, autrice et productrice de podcasts  et Annika Erichsen, documentariste et traductrice.

L’intérêt de créer un espace interculturel est de favoriser le partage et l’échange autour de ces vécus, ces émotions si profondes mais qui ne sont finalement pas si individuelles que ça. L’injustice, l’engagement, la curiosité, la honte ou encore la transmission intergénérationnelle sont des sentiments universels.

Que chaque participant·e réussisse pleinement dans son projet. Vivement la prochaine escale à L’Île aux Podcasts !

Restitution animée par Maxime Ruiz et Justine Perez.

Participant·e·s : Rawiya Abdoulkarim, Saphia Arezki, Tiziri Belaribi, Eva Boser, Vincent Bruckmann, Anna Feiereisen, Margot Geay, Meriem Guernane, Reslane Lounici, Meret Reh et Léna Rosada

Billet écrit par Adèle Werner, assistante archiviste en alternance au sein du Master 2 Archives numériques à ENSSIB, et Mara Bertelsen, stagiaire archiviste en Licence professionnelle d’archives orales et audiovisuelles au CNAM

© Dans le cours du MucemLab, photogr. M. Ruiz, 6 novembre 2023



Citer ce billet
Ceux qui passent à la phonothèque (2023, 20 novembre). Embarquez pour L’Île aux Podcasts. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svk2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.