Capucines qui poussent sur les murs de la ville, Beyrouth, 2017

Hommage à Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste et écrivain

L’ethnologue Danielle Musset, partage avec nous ce portrait de Pierre Lieutaghi décédé il y a exactement un mois.

Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste et écrivain

Naturaliste, ethnobotaniste, écrivain, Pierre Lieutaghi nous a quittés le 14 novembre dernier.

Observateur attentif de la nature, attaché à connaître l’histoire et les usages des modestes herbes comme des plus grands arbres, Pierre Lieutaghi, était peu à peu devenu la référence incontournable de l’ethnobotanique. Son immense savoir, il le puisait aussi bien auprès des vieux paysans de haute Provence que dans ses lectures des philosophes de l’Antiquité ou des médecins de la Renaissance.

Et pour les amateurs de jardins, au-delà de ses ouvrages qui restent des mines d’informations, il reste le concepteur et l’âme des jardins du prieuré de Salagon, en haute Provence.

Libre parcours

Né en Bretagne d’une mère bretonne et d’un père d’origine chinoise, il y passera une partie de son enfance. C’est là que commence au cours de promenades, son initiation au monde des plantes et de leurs usages. Pierre Lieutaghi part ensuite à Paris où il restera une dizaine d’années, développant son intérêt pour les sciences naturalistes et se consacrant surtout à la peinture et au dessin.

Il travaillera quelque temps au Museum national d’histoire naturelle dont il fréquentera avec passion la bibliothèque où il découvrira les textes fondateurs de la médecine botaniste avec Jacques Daléchamps1, Pietro Mattioli2, et d’autres encore.

En 1965, il part vivre en haute Provence et c’est là qu’il publiera son premier ouvrage, Le livre des bonnes herbes, chez l’éditeur Robert Morel, qui avait lui aussi quitté la ville pour s’installer près de Forcalquier. Ce premier livre est un véritable succès.  Il devient une sorte de manuel pour les gens voulant revenir aux usages de la flore et apporte une notoriété inattendue à son auteur.

Pierre Lieutaghi poursuit son travail d’écriture avec Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux, toujours aux éditions Robert Morel (en 1969), véritable somme à la fois botanique et ethnobotanique couvrant le domaine européen. Travail riche et ambitieux qui sera réédité en 2004 par les éditions Actes sud. Il publie à la même époque un ouvrage beaucoup moins connu, L’environnement végétal, précurseur de la démarche écologiste, terme qu’on n’utilisait pas alors, où il nous alerte sur les problèmes qui menacent notre environnement.

Bien qu’installé en haute Provence, Pierre Lieutaghi reste attaché au Museum d’histoire naturelle à Paris où il participe aux séminaires d’ethnobotanique et d’ethnozoologie organisés par Jacques Barrau3 et suit les cours d’André-Georges Haudricourt4. C’est d’ailleurs Jacques Barrau qui lui fait découvrir le terme « ethnobotanique » qu’il ignore jusqu’alors.

En 1981, la création de la Mission du patrimoine ethnologique au Ministère de la Culture va susciter de nombreuses recherches sur l’ethnologie de la France. C’est alors que Pierre Lieutaghi est sollicité par la Fédération nationale des foyers ruraux pour réaliser une vaste enquête sur la médecine populaire par les plantes. Sur la base d’un questionnaire qu’il a lui-même conçu, les membres de l’association EPI (Etudes populaires et initiatives) qu’il a créée en 1979, vont partir enquêter en haute Provence. Malgré les défauts de cette enquête (pas d’enregistrements, absence de formation des enquêteurs…), elle donnera lieu à une exposition accompagnée d’un catalogue, Les simples entre nature et société, toujours d’actualité. Par la suite, Pierre Lieutaghi exploitera les données concernant les plantes dépuratives des cures de printemps et ce sera l’ouvrage, L’Herbe qui renouvelle, édité par la Mission du patrimoine ethnologique, qui propose une analyse approfondie et savante de la médecine populaire par les plantes. Quant à l’ensemble des données des enquêtes, elles seront reprises plus tard dans l’ouvrage Badasson et compagnie en 2009.

Un partenaire précieux du Musée de Salagon

1981, c’est aussi la création, à Mane, du Musée de Salagon qui s’appelle alors Conservatoire du patrimoine ethnologique de haute Provence5. Installé dans un monument historique (église romane et prieuré Renaissance), le Conservatoire est entouré d’anciennes terres agricoles. Pierre propose d’y créer, dès 1985, un petit « jardin des simples et des plantes villageoises » sur la base des enquêtes de l’EPI et dont il définit les parterres et leur contenu. Une centaine de plantes de la pharmacopée populaire locale y sont présentées, classées en fonction de leurs lieux de cueillette (de la maison à la colline). Devant le succès de ce jardin modeste et précurseur, il propose d’imaginer un jardin médiéval tout en précisant qu’il ne s’agit pas de la reconstitution d’un jardin qui aurait existé sur le site mais d’une création à visée pédagogique. Ce jardin dont il explicite les visées et le contenu dans un ouvrage qui fait référence, Jardin des savoirs, jardin d’histoire (éditions Alpes de Lumière) est le premier digne de ce nom en France. Pour en définir le contenu, Pierre Lieutaghi a fait un énorme travail de recherches en archives et de bibliographie de façon à éviter erreurs et contresens et a aussi rédigé les textes synthétiques des cartels. Ce petit bijou de jardin, très apprécié du public, a largement servi de modèle pour des créations ultérieures un peu partout en France.

Puis, il a l’idée de créer un Jardin des Temps modernes comme suite au jardin médiéval. Grâce à l’aide de divers ministères, on peut alors faire appel à des paysagistes qui en dessineront la structure sur la base d’un contenu élaboré par Pierre. Le jardin est créé en 1998. Des défauts de conception demanderont au chef jardinier nommé cette année-là, de reprendre le tracé du jardin. Par ailleurs, l’expérience des visites et le constat du comportement des plantes sur le terrain, pousseront Pierre Lieutaghi et l’équipe de Salagon à revoir certains thèmes ou à modifier le contenu de certains parterres. Aujourd’hui, ce jardin devenu adulte, présente les plantes par grandes aires géographiques et propose un parcours à la découverte de la flore mondiale.

Il y aura aussi en 2004 la velléité de créer un Jardin du chêne blanc, témoin majeur des divers paysages associés à cet arbre en haute Provence, mais devant la difficulté à gérer un tel jardin, on y laissera les plantes vagabonder à leur gré. En reste cependant un ouvrage passionnant, Jardins du chêne blanc, édité par Actes sud, avec l’aide de l’Europe, en 2005. Quant au Jardin de senteurs, créé dans les années 1990 pour illustrer une exposition sur la lavande et les plantes aromatiques en Provence, il ne cessera d’évoluer jusqu’à sa rénovation totale en 2010 par le chef jardinier, François Tessari.

Ainsi, les jardins de Salagon sont devenus célèbres car ils ont été les premiers à tenter de présenter les plantes dans leurs relations avec les sociétés et l’histoire, tentative qui n’est pas allée sans aléas et difficultés, par exemple lorsqu’il s’est agi de trouver les variétés exigées par le propos scientifique ou de faire cohabiter dans un même espace des plantes illustrant un même thème mais ayant des exigences différentes en termes d’arrosage, de sol, d’ensoleillement, etc.

La création d’un Index seminum permet à Salagon d’échanger des plantes avec le monde entier. Actuellement, on compte plus de 1700 variétés et espèces en culture dans les jardins qui ont obtenu en 2005 le label « jardin remarquable », décerné par le Ministère de la culture.

Le séminaire d’ethnobotanique

Pierre était généreux de son savoir, heureux des rencontres et des discussions qu’il pouvait avoir avec tous ces amoureux des plantes, nombreux dans notre région. Stages, publications, expositions, répondaient à cette volonté de partage. Et constatant à la fois l’intérêt grandissant du public pour l’ethnobotanique et l’absence de véritable cursus universitaire sur le sujet, l’équipe du musée décide avec Pierre de mettre en place, en 2001, un séminaire d’ethnobotanique ouvert au grand public. D’abord consacré au domaine européen, le séminaire concerne aujourd’hui le monde entier. Très fréquenté par des fidèles comme par des étudiants nouveaux venus, le séminaire est un rendez-vous incontournable de l’automne à Salagon. Un conseil scientifique de 6 membres en définit les thèmes et en garantit la teneur. La publication des actes de chaque séminaire constitue année après année une espèce d’encyclopédie des savoirs constitués autour de l’ethnobotanique. Ce séminaire se poursuivra désormais sans Pierre, en l’espérant fidèle à sa philosophie de partage des connaissances.

Ethnobotaniste et écrivain

L’ethnobotanique pensée par Pierre Lieutaghi, loin de se réduire à une liste de plantes et d’usages (comme certains pourraient le croire), est avant tout une réflexion sur la société et ses rapports à la nature. Ses livres reflètent ainsi une vision et un usage du monde. Comme il le dit dans son ouvrage La plante compagne, il s’agit d’un « dialogue neuf où le savoir savant, s’il est vraiment ouvreur des chemins favorables à la vie, laissera caracoler devant lui la poétique végétale, la libre puissance de création des plantes dans les saisons comme dans les pensées »6.

Comme le laissent entrevoir ces lignes, Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste de renom, est peut-être et d’abord, un écrivain, à la prose souvent lyrique.

Depuis une dizaine d’années, Pierre s’était un peu affranchi de son image de spécialiste incontournable en ethnobotanique pour développer d’autres centres d’intérêt et se consacrer davantage à un travail d’écriture. Il s’était tourné, ces dernières années, vers d’autres créations : romans (Elio ; Montée des eaux) ou réflexion philosophique (La surexplication du monde), tous publiés aux éditions Actes sud.

Ses livres sont autant de témoignages de son savoir, que des appels à regarder le monde avec humanisme et bienveillance. Ce sont aussi les ouvrages d’un écrivain et d’un poète de talent.

Aujourd’hui, il nous reste à lire et relire ses textes7 et à continuer d’explorer la richesse de sa pensée qui continuera de nous accompagner au fil de nos vies et de nos engagements.

Danielle Musset, Décembre 2023

Bibliographie des ouvrages de P. Lieutaghi consacrés à l’ethnobotanique :

LIEUTAGHI Pierre 1966, Le livre des bonnes herbes, Arles, Actes Sud, Arles, réédition 1996. 528 p.

LIEUTAGHI Pierre, GARCIN Gilles 1983, Les simples entre nature et société, Mane, Editions Etudes populaires et initiatives, 159 p. (disponible http://ethnobotanique-epi.org/)

LIEUTAGHI Pierre, 1991, La plante compagne. Pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, rééd. Arles, Actes sud, 1998.

LIEUTAGHI Pierre, 1992, Jardin des savoirs, jardin d’histoire, Mane, Les Alpes de Lumière, n° 110/111

LIEUTAGHI Pierre, 2004, Le livre des arbres, arbuste et arbrisseaux, Arles, Actes sud. Rééd. de 1969.

LIEUTAGHI Pierre, 2005, Jardins du chêne blanc, Arles, Actes sud, 119 p.

LIEUTAGHI Pierre, 2009, Badasson et compagnie, Arles, Actes sud, 713 p.

LIEUTAGHI Pierre et MAGNAUDEIX Irène, 2013, Salagon, les jardins. Promenade commentée au fil des parterres, Mane, Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence,

LIEUTAGHI Pierre, 2017, Une ethnobotanique méditerranéenne, Arles, Actes sud, 778 p.

MUSSET Danielle et LIEUTAGHI Pierre, 2017, Le Musée de Salagon. Comment Salagon est devenu un haut-lieu de l’ethnobotanique, La Garance voyageuse n°120, décembre 2017, p. 21-25.

Les actes des différents séminaires sont en vente à la boutique du Musée de Salagon ou se commandent en librairie : https://boutique.musee-de-salagon.com/fr/35-ethnobotanique

Cet article a aussi utilisé des données figurant dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH :

“L’ethnobotaniste Pierre Lieutaghi retrace son parcours et ses liens avec le musée de Salagon et ses jardins, entretien de Pierre Lieutaghi avec Véronique Ginouvès”, enregistré à Mane, le 28 août 2020, De l’association Alpes de Lumière au Musée de Salagon, points de vue sur les collections sonores par leurs collecteur·trice·s, MMSH, cote : PH- 6220, [En ligne] : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-2023082220561060811

 

 

Crédits de l’image “à la une” : Les capucines poussent dans interstices des murs de la ville, photographie V. Ginouvès, Beyrouth, mai 2017, CC-BY-NC.

 

  1. Jacques Daléchamps (1513-1588), médecin, botaniste, philologue et naturaliste français, auteur de Historia generalis plantarum. []
  2. Pietro Andrea Mattioli (1500-1577), botaniste et médecin italien, originaire de Sienne. []
  3. Agronome, botaniste et anthropologue qui a été directeur de laboratoire au Museum d’histoire naturelle et professeur jusqu’à son décès en 1997. []
  4. Linguiste réputé, agronome, technologue et ethnobotaniste à la personnalité originale et au savoir immense. []
  5. Créés à l’origine à l’initiative de l’association Alpes de Lumière et installés au prieuré de Salagon, propriété du département des Alpes de Haute-Provence, le musée et les jardins sont désormais gérés par le Conseil départemental 04 depuis janvier 2000. []
  6. Voir le 4ème de couverture de l’ouvrage. []
  7. La plupart des ses livres ont été réédités par les Editions Actes sud. On en trouve la liste sur wikipedia. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Lieutaghi. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ceux qui passent à la phonothèque (14 décembre 2023). Hommage à Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste et écrivain. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/svk8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.