L'image en noir et blanc représente une palmeraie dans le Sud algérien.

Coutumes et traditions populaires en Algérie

Les Archives nationales d’outre-mer conservent et communiquent des archives qui peuvent intéresser les chercheur·e·s de la MMSH, une sélection est présentée dans ce carnet sous la rubrique Anom.

Comment percevoir coutumes et traditions d’Algérie au travers des archives conservées aux ANOM ? Aucun fonds d’archives ne leur est consacré spécifiquement bien entendu (encore faudrait-il interroger le sens exact de cette notion de traditions), mais plusieurs fonds permettent de glaner des éléments essentiels. Je donnerai ici quelques exemples.

  •  Artisanat Des fonds comme l’Office administratif, le Fonds expositions et foires du ministère des Colonies, l’Agence économique de la France d’outre-mer, le Commissariat général du Centenaire de l’Algérie en 1930 (1923-1944, GGA 64S), et encore l’Ofalac, le Bureau de l’agriculture de la préfecture de Constantine, contiennent tous des dossiers de mise en valeur de l’artisanat algérien, dans les années 1930-1950. L’administration coloniale tente de mettre en valeur les productions algériennes : figues, dattes, huile d’olive, tapis…
  • Droit et politique  Les règles juridiques locales anciennes obligeaient les hauts fonctionnaires à se confronter à leur application pratique en situation coloniale. Ainsi les coutumes kabyles, énoncées dans des kanouns, coutumes ancestrales se substituant parfois aux lois et aux tribunaux français, comme l’héritage des femmes ou les juridictions maraboutiques (jugements rendus par des djemaâs occultes), ont préoccupé des sous-préfets, comme celui de Tizi-Ouzou. Autre exemple, l’existence des biens habous a occupé les services du gouverneur général, de même que le Beit-el-Mal étudié par Isabelle Grangaud. Ne pas oublier qu’en bibliothèque, des ouvrages des 19e et 20e siècle ont décrit ces règles anciennes, comme le Traité élémentaire de législation algérienne d’Emile Larcher (1923), ouvrage coté aux ANOM BIB AOM 5960, 5899 et 2508. Les Algériens discutaient dans les assemblées locales, les djemâas, dont les délibérations sont parfois conservées comme  à Maillot, la Mizrana, la Sefia, la Calle, le Djurdjura.
  • Désert, pastoralisme et agriculture L’administration coloniale est confrontée aux nomades du désert saharien et à leurs usages, au moins jusqu’en 1920 (série H du GGA), et encore jusqu’en 1962 (archives de l’Organisation commune des régions sahariennes). Vous rencontrerez l’usage des voies commerciales  traditionnelles menant d’Algérie en Afrique occidentale française, les noeuds caravaniers décrits par Bernard Nantet en 2015 (Histoire du Sahara, éd. Tallandier), mais aussi les rezzous, les usages des tribus nomades dans cette série H ; et  l’irrigation (avec les foggaras) dans le fonds de l’OCRS. Les usages en matière de transhumance sont encore prégnants dans les années 1950, comme j’ai pu l’évoquer dans un article paru en 2021 ; les Algériens avaient pour habitude de déplacer leurs troupeaux du Sahara vers les hauts plateaux telliens, coutume qui affleure dans les archives des sous-préfectures.
  • Littérature populaire C’est le fonds des archives du P. Déjeux qui va vous aider ici. Sous la cote 87 APOM 58, il traite de tradition populaire, contes et légendes, comme le personnage de Djoh’a dans la tradition orale arabo-berbère. Sous la cote  87 APOM 59, il a rassemblé des documents sur l’oralité : poésies populaires traditionnelles,  caractéristiques et genres de cette poésie, le Tahwif, le H’awf, les poètes et bardes populaires, les chants nationaux et chants de guerre, le festival de musique traditionnelle, de chants et de poésies ; également sur les musiques algériennes,  genres et  instruments arabes, islam et musique, musique
    Une salle d'art musulman, meublée avec des mobiliers d'art traditionnel musulman, à l'intérieur du musée Stéphane Gsell à Alger
    Salle d’art musulman, Alger, Musée Stéphane Gsell, Brochure imprimée par le gouvernement général de l’Algérie, 1948, page 78

    classique algérienne et tradition andalouse ; enfin les arts traditionnels, miniatures, calligraphie, vêtements, bijoux, costumes ; architecture, sculpture, tapis, céramique ; l’artisanat juif et musulman.

  • Fêtes locales et zerdas On trouve des évocations des zerdas des années 1950 dans les archives des communes mixtes de La Sefia, Palestro, du Haut-Sebaou, ou la sous-préfecture de Tizi-Ouzou. Toujours pour les années 1950, les fêtes religieuses musulmanes sont abordées par le cabinet du préfet d’Alger (1K 680 et 838) ou par le cabinet militaire du gouverneur général (GGA 3R 289 ou 318).

Le présent billet est un survol très rapide de ce que les fonds des ANOM peuvent apporter en matière de coutumes d’Algérie, et au fond d’ethnographie. Il faudrait évoquer également les nombreux dossiers sur les confréries musulmanes ou les marabouts d’Algérie, présents dans plusieurs fonds d’archives. N’hésitez pas à parcourir notre site. En questionnant sur les mots et les lieux de votre choix sous “recherche libre”, vous obtiendrez des réponses dans tous les instruments de recherche actuellement en ligne (entre 800 et 900, pour l’ensemble des colonies).

Crédits : Palmeraie, brochure publicitaire de l’Organisation commune des régions sahariennes, Archives nationales d’outre-mer

Une salle du Musée Stéphane Gsell à Alger, ouvrage imprimé par le gouvernement général de l’Algérie, Archives nationales d’outre-mer, 1948



Citer ce billet
Isabelle Chiavassa (2024, 23 février). Coutumes et traditions populaires en Algérie. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw8p

Isabelle Chiavassa

Archiviste-paléographe, actuellement conservatrice en chef aux ANOM, plusieurs postes d'archiviste occupés à Paris, Marseille et Aix, 28 articles publiés et 3 autres sous presse.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.