Les photographies d’un chercheur : l’Algérie vue à travers les yeux d’André Raymond

La collection photographique d’André Raymond (1925-2011) fait partie du fonds d’archives du chercheur, légué par sa femme en 2015 à la Médiathèque de la MMSH. Il y a rejoint les fonds de l’IREMAM1 dont André Raymond a été le fondateur en 1986. Dans le cadre de mon stage d’un mois au sein du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH2, j’ai été chargé d’indexer puis de téléverser une partie des photographies de la collection d’André Raymond sur la plateforme en ligne MediHAL3.

Ayant été coopérant en Tunisie, André Raymond a voyagé à de nombreuses reprises au Maghreb ainsi qu’en Libye et en Égypte, entre les années 1950 et 1990.  Cela  lui permettait de concrétiser les observations qu’il avait faites précédemment, de dépasser les documents écrits pour mieux saisir la réalité des hommes et des femmes habitant les villes qu’il étudiait. Son ancien directeur de thèse, l’orientaliste anglophone Albert Hourani estimait ainsi qu’en parcourant les territoires par l’oeil du photographe « Le lecteur aura l’impression que cet historien n’a pas seulement étudié des documents mais s’est promené dans les rues des villes en utilisant tous ses sens, et surtout la vue. Dans son œuvre, il se préoccupe de l’aspect extérieur des villes, des gens qui y habitaient et des endroits où ils vivaient et où ils travaillaient. »4

La partie de la collection que j’ai eu à traiter comprenait plus de 250 photographies d’Algérie, autour de trois villes emblématiques : Tlemcen, Constantine et Alger5. Ces photographies s’intéressent bien entendu aux bâtiments, à l’architecture, mêlant des lieux remarquables et connus de tous (palais, mosquées, casbahs) à des sites plus anonymes comme des maisons ou d’autres bâtiments sans histoire.  Raymond a  choisi de développer ces images sous forme de diapositives qu’il utilisait sans doute plus facilement lors de ses cours ou de ses conférences pour illustrer son propos6.  Ma mission était de les indexer sur un tableur dans lequel chaque image était nommée, décrite et se voyait attribuer des mots-clés. Les inscriptions laissées par Raymond sur les diapositives ont été des plus utiles car elles fournissaient pour la plupart le nom des lieux concernés, leur localisation.

Toutefois, des doutes pouvaient subsister notamment pour les lieux les plus méconnus ou lorsque plusieurs orthographes étaient possibles pour un même endroit, ou encore en ce qui concerne les rues et autres places qui ont changé de nom à l’indépendance du pays en 1962. J’ai ainsi adopté une démarche de croisement des sources, des références.7 Il s’agissait tout d’abord de travaux universitaires qui m’ont permis de mieux identifier les noms des endroits photographiés par André Raymond et leur localisation au sein de la ville. Cela a été le cas notamment pour Constantine avec un article qu’il a publié en 1987 dans la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée  : « Les caractéristiques d’une ville arabe ‘moyenne’ au XVIIIe siècle. Le cas de Constantine ».8 Dans cet article, qui comprend une carte de Constantine, A. Raymond indique, pour chaque toponyme, les coordonnées de la carte (lettre suivie d’un chiffre) qui sont, par ailleurs, inscrites sur certaines de ses diapositives ; on peut penser qu’il utilisait ces images pour illustrer ses cours. Sa consultation nous a aussi permis d’obtenir la traduction de certains noms de quartiers ou de mosquées en français.  Google Maps nous a été utile pour localiser plus précisément les lieux de prise de vue et éliminer certains doutes grâce à l’application Street View. Cela nous a permis de voir, comme si nous étions sur place, les lieux visités par André Raymond il y a plusieurs dizaines d’années, d’en constater les évolutions, les transformations. Ces visites virtuelles nous ont fait éviter certaines confusions, lorsque des lieux étaient similaires, notamment à Constantine, « villes des ponts suspendus », où certains ponts pouvaient être confondus, nous amenant à un travail de comparaison entre les images de A. Raymond et celles offertes par Street View pour mener à bien le travail d’identification. Facebook a également été un réservoir d’informations dans le but de mieux identifier certaines rues ou passages, en retrouvant des photographies prises à une époque proche de  la sienne. On peut mentionner les comptes : « Discover Algeria », « Alger à une certaine époque », « Constantine Images et sociétés », « Constantine Online ». Un site web sur les activités sismiques nous a aussi servi pour une photo en particulier : « Quartier de Kar Chara après un tremblement de terre ». Là où les autres photographies de Constantine semblaient dater des années 1950 celle-ci pourrait plutôt dater des années 1980 car le dernier séisme notable à Constantine a eu lieu en 1985. Enfin, la recherche de schémas nous a permis de mieux cerner les termes architecturaux spécifiques au monde arabo-islamique, notamment en ce qui concerne les mosquées et leurs minarets.

Constantine – Quartier de Kar Chara après un tremblement de terre, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04427123

 Maintenant que la démarche suivie a bien été explicitée, nous pouvons revenir sur quelques images parmi les plus marquantes que j’ai eu à traiter pour chacune des trois villes susmentionnées.  Les photographies de Tlemcen présentent un certain nombre de Funduq, lieu similaire à un caravansérail où les voyageurs peuvent passer la nuit, se restaurer, et éventuellement stocker leurs marchandises. Les quartiers photographiés par André Raymond sont souvent désignés par le nom de l’édifice qui s’y trouve tel que le quartier de la mosquée Sidi Snoussi. Outre les mosquées, on peut citer parmi les bâtiments notables le palais El Mechouar construit par les sultans zianides en 1248. Des scènes insolites sont également représentées dont quelques-unes avec des enfants dans une ruelle. Enfin, onze photographies ont été prises dans la Mansourah, commune de la wilaya de Tlemcen située à l’ouest de la ville éponyme et qui abrite des vestiges datant du XIVe siècle (remparts, mosquée, minaret).

Tlemcen- Funduq Sidi Mansur, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04411365

 

Tlemcen – Mansourah, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04413173

Tlemcen – Quartier de la mosquée Sidi Snoussi, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04411397

Les images prises à Constantine présentent bien entendu des vues de ou prises depuis les nombreux ponts qui font partie du patrimoine de la ville, parmi eux les ponts Sidi M’Cid (1912) ou El Kantara (1863). Parmi les autres sites notables photographiés par A. Raymond on peut citer les palais de Salah Bey (1771-1792) et Ahmed Bey (1835), les Mosquées Al-Akhdar (1743) et Suq El Gazl (1730) ainsi que la mosquée et medersa9 El-Kettani (1776). Encore une fois, des clichés de lieux plus anonymes, dans la Casbah, sont capturés, ils nous donnent à voir des commerces, des échoppes, mais aussi des évolutions technologiques avec par exemple un certain nombre d’images dans lesquelles on retrouve des antennes râteaux servant à capter la télévision. Parmi les prises de vue singulières se distingue une image de carreaux de faïence à motifs floraux dans le palais de Salah Bey, ce type de photographies sera plus présent dans les clichés sur Alger.

Constantine – Quartier de Sidi M’Cid, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04416059

 

Constantine – Palais de Salah Bey, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04426970

Les photographies d’Alger sont essentiellement localisées dans la Casbah avec notamment des vues surplombantes sur les toits de la ville mais aussi des images du port et en particulier de l’amirauté. André Raymond nous offre également de nombreuses vues sur les célèbres mosquées de la ville : celle de la pêcherie et de Ketchaoua près de la place des Martyrs (ex place du gouvernement), la mosquée Safir au milieu des toits de la Casbah, la Grande Mosquée d’Alger mais aussi des mosquées plus anonymes comme la mosquée Ali Bitchin. Son exploration d’Alger est aussi l’occasion de découvrir des palais aussi divers et variés que celui du Dey (XVIe siècle), le palais Dar Aziza (XVIe siècle) à travers notamment des vues de ses carreaux de faïence ou de sa cour intérieure, à l’instar du palais Dar Mustafa Pacha (1798-1799). Près de ces lieux emblématiques, on retrouve des lieux plus insolites comme cette maison dans la rue des Lotophages près du palais du Bastion (1576-1798), ou des clichés qui figent les traditions locales comme par exemple la fête de l’Aïd avec une photographie de moutons dans la Casbah.

Alger – Vue surplombante sur les toits de la ville, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04106832

Alger – Maison dans la rue des Lotophages près du Palais du Bastion, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04430018

Alger – Moutons de l’aïd près de la Mosquée Sidi Abdallah, Photographie d’André Raymond, fonds IREMAM/Médiathèque MMSH, licence Etalab, hal-04431267

Le travail sur les archives photographiques d’André Raymond m’aura permis de développer de nouvelles capacités d’analyse de l’image qui sans nul doute viendront compléter celles acquises au cours de mon cursus universitaire. En outre, cette mission m’a amené à constater que le travail d’archiviste, s’il a ses spécificités par rapport à celui d’historien, se rapproche de la démarche d’enquête propre à tout chercheur. En effet, comment peut-on comprendre l’apport de ces images à la recherche sans prendre connaissance du contexte historique qui les entoure, mais aussi de l’aspect des lieux photographiés dans le présent ? C’est un tel esprit qui a animé ma démarche de recherche et d’indexation de ces photographies, en veillant toujours à les replacer dans leur environnement et à obtenir un minimum d’informations au sujet des lieux représentés pour faire véritablement « parler » ces sources iconographiques.

Le fonds photographique d’André Raymond sur le Maghreb a été numérisé grâce à un financement du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR) obtenu en 2023.

Lucas DULERMO, étudiant en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine ; Parcours 2 le monde moderne et contemporain à Aix-Marseille Université.

Merci à Brigitte MARINO, CR CNRS, Iremam, pour ses conseils et la relecture de ce billet.

Pour citer cet article : Lucas DULERMO, « Les photographies d’un chercheur : l’Algérie vue à travers le fonds André Raymond », Archives de la recherche et Phonothèque, mis en ligne le 28 février 2024 [En ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/44380#more-44380,

 



Citer ce billet
Lucas DULERMO (2024, 28 février). Les photographies d’un chercheur : l’Algérie vue à travers les yeux d’André Raymond. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx4q

  1. Les travaux de l’Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans s’appuient sur différents champs des sciences humaines et sociales, au Maghreb, au Proche et Moyen Orient et dans le monde musulman. []
  2. Ce billet de blog reprend en substance les propos que j’ai tenus lors d’une présentation de fin de stage, réalisée devant les archivistes de la MMSH et des chercheurs de l’IREMAM, le 16 février 2024 à la Médiathèque de la MMSH []
  3. MédiHAL est une archive ouverte qui permet de déposer des données visuelles et sonores (images fixes, vidéos et sons), produites dans le cadre de la recherche scientifique. Ces données sont stockées dans un dépôt sécurisé, avec copies des fichiers et de leurs métadonnées. Elles sont ensuite libres d’accès dans le respect de la propriété intellectuelle des auteurs. []
  4. HOURANI, Albert, “L’œuvre d’André Raymond”, In Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°55-56, 1990. « Villes au Levant », p. 18-27. []
  5. Même si une grande partie de la carrière d’André Raymond s’est faite au Proche et Moyen Orient, le Maghreb y a également tenu une  place importante puisqu’il a enseigné en Tunisie dès 1949 puis y est retourné en tant que coopérant. Un entretien réalisé le 1er avril 2010 par François Siino et Jean-Robert Henry, revient sur cette période de sa vie : http://calames.abes.fr/pub/ms/Calames-2023050115513894137 (Cote : PH-100052). []
  6. Dans le cas des diapositives sur l’Algérie, elles ont été numérisées sur la plateforme technique de la Médiathèque par Christian Champaloux. []
  7. Une telle démarche avait également été adoptée par Léa Toumi, étudiante en Master 1 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques à AMU. Elle avait envisagé une datation de ces archives “par l’automobile”en recourant notamment à des sites d’amateurs. []
  8.   RAYMOND, André, « Les caractéristiques d’une ville arabe  moyenne’ au XVIIIe siècle. Le cas de Constantine ». In Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°44,1987. Berbères, une identité en construction, pp. 134-147. []
  9. Une medersa est un établissement d’enseignement religieux musulman []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.