Cérémonie pour JP Sainton

Hommage à Jean-Pierre Sainton au lycée Gerville-Réache, Basse-Terre, Guadeloupe

Mercredi 6 mars 2024, en hommage à Jean-Pierre Sainton et en présence de sa famille, une cérémonie s'est tenue au lycée Gerville-Réache où il avait enseigné et donné plusieurs conférences. L'historienne Michelle Zancarini-Fournel lui a rendu hommage et nous a donné l'autorisation de reproduire son discours prononcé ce jour-là, nous la remercions de ce témoignage.

Interrogé à Pointe-à-Pitre le 28 novembre 2015 par Véronique Ginouvès dans le cadre du projet de recherche Histinéraires, Jean-Pierre Sainton précise : “la Guadeloupe est “mon terrain, mais pas mon enclos”1. Et telle la chèvre de Monsieur Seguin, il a oeuvré, tout en pratiquant une histoire à la fois individuelle et collective, pour faire mouvoir les frontières de la discipline et agrandir le territoire de l’historien dans trois directions : une extension du domaine de l’histoire, l’écriture d’une micro-histoire sociale avec un travail précis sur archives, un examen des liens entre écriture de l’histoire et militantisme.

1- Extension du domaine de l’histoire : à l’anthropologie dans un premier temps . Dès 1997 avec sa thèse de doctorat consacrée à la question de la couleur, celle des “Grands nègres” au tournant du siècle des XIXe et XXe siècles2, il écrit une histoire anthropologique du politique. Il a dirigé Histoire et civilisation de la Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, petites Antilles) : en 2004, le premier tome étudie la construction des sociétés antillaises des origines amérindiennes à 1685, jusqu’au choc de la colonisation ; en 2012, le tome 2, présente les structures économiques et des cadres sociaux de l’habitation esclavagiste marchande d’un long XVIIIe siècle.

Extension dans un second temps à la littérature.  Outre un réexamen du rôle d’Aimé Césaire écrivain et homme politique, Jean-Pierre Sainton s’intéresse en 2019 à la conception de l’histoire d’Édouard Glissant dans Le Discours antillais en analysant sa démarche d’écriture “De l’histoire vécue au prophétisme historique“.

2- Écriture d’une micro-histoire au “ras du sol” :  en s’appuyant sur les sources, les archives, il construit une micro-histoire sociale, et à l’aide de bases de données pratique une histoire des réseaux. Un exemple la publication en 2021 d’une prosopographie des “géreurs du domaine sucrier du Galion (Martinique) durant l’entre-deux-guerres”, co-dirigée avec Clara Palmiste et Christelle Lozère3.

Son souci pour l’épistémologie de la discipline entrecroisait histoire sociale et histoire politique comme il l’a démontré en 2012 dans La décolonisation improbable ; cultures politiques et conjonctures en Guadeloupe et en Martinique (1943-1967).

3- Scruter les rapports entre écriture de l’Histoire et militantisme. Le 27 février 2023, Jean-Pierre Sainton était venu présenter dans la salle 121 devant la classe de prépa son livre Rosan Girard : Chronique d’une vie politique en Guadeloupe publié en 1993 (et réédité en 2021), livre qui avait marqué – selon ses propres dires ce jour-là – une césure fondamentale entre ses écrits de militant et ses travaux d’historien.

En 1985, Jean-Pierre Sainton avait co-signé avec Raymond Gama le premier ouvrage consacré à la mémoire de Mé 67, à propos de cet événement majeur des luttes sociales et politiques en Guadeloupe “un livre militant” disait-il lors de la réédition en 2011.

1967 est aussi le sujet de son dernier texte publié aux éditions Libertalia en 2022 « Mai 67. Comprendre ce qui s’est passé » (p.17-48) où il produit une synthèse remarquable, distanciée et sensible, qui intègre toutes les informations archivistiques et autres comme les témoignages des sources orales4.

Il devait, dans un numéro de la revue d’histoire politique Parlements en 2025 consacré aux « Politisations nationalistes outre-mer depuis 1962 » – écrire un article auquel il tenait beaucoup sur « La longue marche du nationalisme guadeloupéen : du GONG au LKP (1963-2023) » afin, proposait-il à la direction de la revue de « retracer l’évolution de soixante ans de nationalisme guadeloupéen, en mesurant son échec politique et idéologique au regard de son infusion culturelle et sociale. »

Jean-Pierre Sainton n’a jamais séparé la recherche de l’enseignement qui à ses yeux se nourrissaient mutuellement. Cheville ouvrière de la construction du campus de Camp Jacob, extension du pôle Guadeloupe de l’Université des Antilles, il a créé un master d’histoire patrimoniale en Martinique et un de sciences humaines et sociales en Guadeloupe. Il a toujours accordé, selon le professeur d’histoire Gilles Delatre5 un soutien indéfectible et bienveillant aux classes préparatoires de ce lycée.

Il a été et reste un grand historien, protagoniste d’une histoire totale, humaine, ouverte au sensible, compréhensive, où la Guadeloupe et les Caraïbes, occupent toute leur place en connexion avec une histoire régionale, nationale et transnationale.

Voir les vidéos de la cérémonie : “En présence de la famille de l’historien JeanPierre Sainton, décédé en août 2023, la salle 121 du lycée Gerville-Réache est sortie de l’anonymat”, Karib’Info, 6 mars 2024 https://www.karibinfo.com/news/guadeloupe-une-salle-jeanpierre-sainton-au-lycee-gerville-reache-de-basse-terre

Photographie “à la lune” : Les gwokas jouent pendant la cérémonie célébrée avec les proches de Jean-Pierre Sainton à Basse-Terre, photographie de Jean-Claude Zancarini, 6 mars 2024, CC-BY-NC.

Un premier hommage à Jean-Pierre Sainton a été publié sur Les carnets du Secteur archives de la recherche & phonothèque sous le titre : “Jean-Pierre Sainton nous a quitté, les ailes mémorielles résonnent, 3 décembre 2023, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svk5

  1. Jean-Pierre Sainton et Véronique Ginouvès, Jean-Pierre Sainton, professeur d’histoire contemporaine à l’Université des Antilles, raconte son parcours de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, en insistant sur son intérêt pour la pédagogie, Pointe-à-Pitre, 2015 (coll. « Entretiens enregistrés dans le cadre de l’ANR Histinéraires », archivé au sein du secteur archives de la recherche, Médiathèque, MMSH) [En ligne] http://calames.abes.fr/pub/ms/Calames-20214301443827810. []
  2. Les nègres en politique : couleur, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe au tournant du siècle, thèse de doctorat en Histoire sous la direction de Jean-Luc Bonniol, soutenue en 1997 à Aix-Marseille 1, en partenariat avec Université de Provence, faculté des lettres et sciences humaines. []
  3. Jean-Pierre Sainton, Clara Palmiste et Christelle Lozère (dir.), “Croisées d’images et de figures sociales en Guadeloupe et en Martinique au cours du premier vingtième siècle : Actes de la
 2e journée d’études REZO-Antilles (30 octobre 2019, Fort-de-France), Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n° 189, mai–août 2021. Voir les deux articles en ligne sur le site Érudit écrits avec Jessica Pierre-Louis, “Les géreurs du domaine sucrier du Galion (Martinique) durant l’entre-deux-guerres” et “Prosopographie des géreurs du Galion au début du XXe siècle“. []
  4. Guadeloupe-Mai 67 sorti au printemps 2023 (Éditions Libertalia) est le dernier ouvrage auquel Jean-Pierre Sainton a participé. Elsa Dorlin (philosophe, Université Toulouse-Jean Jaurès-MCTM) qui a dirigé l’ouvrage où est publié l’article de JP Sainton, avec Mathieu Rigouste (chercheur indépendant, militant), a donné, le 21 février dernier, une conférence en Guadeloupe organisée par la Société d’histoire de la Guadeloupe, le groupe de recherche Mondes Caraïbes et Transatlantiques en Mouvement (MCTM- groupe basé au LC2S, CNRS-Université des Antilles, et à la FMSH-Paris) et l’université Toulouse-Jean Jaurès-ERRAPHIS en hommage à JP Sainton. []
  5. Gilles Delatre est Professeur d’histoire et de géographie pour les classes préparatoires aux grandes écoles au Lycée Gerville-Réache, Basse-Terre, Guadeloupe. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ceux qui passent à la phonothèque (8 mars 2024). Hommage à Jean-Pierre Sainton au lycée Gerville-Réache, Basse-Terre, Guadeloupe. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzly


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.