Campasuchitl, fleurs des morts, Morelia, 6 novembre 2017

Appel à contribution, AFAS : Voix du Sud

Pour le numéro 49 de Sonorités. Bulletin de l’AFAS  qui aura pour titre Voix du Sud (Guyanes, Amérique latine, Caraïbes, Afrique de l’Ouest) : Quand la parole fait foi et l'oral office d'écriture de l'histoire,  un appel à contribution est lancé en langue anglaise et française. Le dossier est dirigé par  Jean Moomou, professeur à l’université de Guyane et Anakesa Apollinaire, professeur à l’université des Antilles.

Voix du Sud (Guyanes, Amérique latine, Caraïbes, Afrique de l’Ouest) : Quand la parole fait foi et l’oral office d’écriture de l’histoire

Version française de l’appel à contribution

English version

« L’oralité n’est-elle pas mère de l’écrit, à travers les siècles comme dans l’individu lui-même ? Les premières archives ou bibliothèques du monde furent les cervelles des hommes. Par ailleurs, avant de coucher sur le papier les pensées qu’il conçoit, l’écrivain ou le savant se livre à un dialogue secret avec lui-même. (…). Rien ne prouve a priori que l’écrit rende plus fidèlement compte d’une réalité que le témoignage oral transmis de génération en génération. (…) C’est dans les sociétés orales que non seulement la fonction de la mémoire est la plus développée, mais que ce lien entre l’homme et la Parole est le plus fort. Là où l’écrit n’existe pas, l’homme est lié à sa parole (…) » [Hampate Bâ Amadou, « La tradition vivante » dans Histoire générale de l’Afrique, Paris, EDICEF UNESCO (coll. « Présence africaine »), 1999, p.192].

Cette pensée d’Amadou Hampâté Bâ questionne délicatement notre rapport à la parole et à l’écriture de l’histoire, et nous pousse à une profonde réflexion dans nos approches, pour écrire et décrire soi et l’autre, notre monde et le sien, notre espace et le sien.

Pour saisir cette réalité, ce numéro proposera un dossier de huit articles consacrés aux Voix du Sud. Au cœur de l’histoire orale, le dossier mettra l’accent sur la mémoire, c’est-à-dire les souvenirs individuels ou collectifs des expériences vécues ou transmises (oralement ou par le biais d’un support écrit) aux générations successives, et socialement partagés par un groupe [LAVABRE Marie-Claire, « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales, 2007]. Cette mémoire s’avère particulièrement importante dans les sociétés de tradition orale, en Afrique de l’Ouest par exemple, comme dans les sociétés et cultures des Amériques (dont les Guyanes et les Caraïbes). Dossier résolument pluridisciplinaire, il accueillera des textes portant sur le verbe des « gens du Sud », en tant que témoins-spectateur(trice)s ou témoins-acteur(trice)s et sur les usages dont il fait l’objet dans les recherches en sciences humaines et sociales.

Les contributions pourront s’inscrire dans les axes suivants :

– les espaces abritant des sociétés dont la pratique de l’oralité, comme mode de conservation et de transmission des savoirs et des savoir-faire, reste encore majeure.

– la parole des « taiseux », voire des « incomptés » [RANCIERE Jacques, La mésentente, Paris, Galilée, 1995, p.60, 159] de l’histoire académique, mais qui, dans leur société, sont de véritables porteurs/teuses de mémoires et dont la parole oriente le destin des groupes, parfois des individus. Les mouvements sociaux des sociétés du Sud, la Cancel Culture (en relation avec la « pensée décoloniale »), le mouvement social de Mars-avril 2017 en Guyane et le mouvement antivax, en Guadeloupe (2020-2021), tous relayés intensivement sur les réseaux sociaux, peuvent être considérés comme des manifestations claires de l’importance de ces voix ignorées. Ces mouvements révèlent comment les discours émanant de la base, souvent ignorés par les structures traditionnelles de pouvoir, peuvent avoir un impact significatif sur le cours des événements. Un autre exemple marquant est celui des mobilisations chiliennes de 2019. Le collectif chilien, « Las Tesis », a créé une chorégraphie accompagnée de la chanson « Un violador en tu camino ». Ce mouvement a transformé les cris individuels des femmes chiliennes face à la répression exercée par l’État en un cri global pour la défense des droits des femmes, mettant en lumière la puissance de la parole collective.

Dans cette ère de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), il devient impératif d’aborder les études de l’oralité sous divers angles et de relever les défis méthodologiques qui en découlent. Comment rendre compte de la complexité des discours oraux dans un monde numérisé ? Comment garantir la représentativité de ces voix dans un paysage numérique souvent inégal et polarisé ?  Ces interrogations soulèvent des enjeux fondamentaux pour la recherche contemporaine, nécessitant une réflexion approfondie sur les approches méthodologiques à adopter.

–  les discours des acteurs individuels et collectifs étudiés au prisme de différentes méthodologies d’analyse, notamment le positionnement du chercheur à l’égard de ses enquêtés, la manière de problématiser tel ou tel objet de recherche suivant que le chercheur est « du dedans » ou « de l’extérieur » etc.

– les atouts et les difficultés que les contributeurs ont pu rencontrer dans leur rapport à leur terrain d’étude, sans oublier la façon dont ils l’ont investi, en même temps que les ruses qu’ils ont déployées pour contourner les obstacles ainsi que les stratégies mises en place et les opportunités méthodologiques exploitées

L’ambition de ce numéro est de faire entrer le lecteur sur le terrain de l’oraliture qui relève la parole au rang des preuves d’une écriture historique valable.

Modalités de soumission

La proposition de contribution est à envoyer sous forme de résumé de 500 mots maximum, en français ou en anglais, sur fichier Word ; en Times New Roman, police 12, interligne simple. Elle comportera le titre et cinq mots clés. Elle inclura les noms, prénoms, institutions de rattachement de l’auteur/l’auteure ou des auteurs, ainsi que l’adresse mail. Les règles de bibliographie et le protocole de rédaction sont explicité ici : https://journals.openedition.org/afas 2451

Critères de sélectivité :

  • Importance des matériaux empiriques et du travail de terrain ;
  • Explicitation des apports spécifiques des sources orales à la connaissance du sujet

Calendrier :

Les résumés sont à transmettre au plus tard, le 15 juin 2024. Ils sont attendus simultanément aux adresses mail suivantes : voixdusud48@yahoo.com, contactafas@gmail.com

Parution prévue en 2025.

Comité scientifique

Bogumil Jewsiewicki : Historien, professeur des universités, émérite, Université Laval, CELAT, Canada.

Hebe Mottos : Historienne, professeure des universités, Directrice du LABHOI, Université Federalé de Juiz de Fora et de Fluminense, Brésil.

Myriam Cottias : Historienne, directrice d’études, CNRS, EHESS.

Isabelle Hidair : Anthropologue, professeure des universités, INSPE, Université de Guyane, MINEA.

Anakesa Apollinaire : Ethnomusicologue et musicologue, professeur des universités, directeur de recherches, Université des Antilles, CRILLASH.

Moomou Jean : Historien, professeur des universités, INSPE, Université de Guyane, MINEA, GRENAL, IMAF.

Tidjani Alou Antoinette : Professeure de littérature française et comparée, Université Abdou Moumouni, directrice du Laboratoire pour l’Étude, la Recherche, la Pratique et la Valorisation des Arts et de la Culture (LERVAP).

Nicolas Thierry : Géographe, maître de conférences, INSPE, Université de Guyane, MINEA.

Marie-Magdelaine Loïc : Maître de conférences en études anglophones, INSPE, Université de Guyane, MINEA.

Fafard Marie-Félide: Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, INSPE, Université, MINEA

Victorien Lavou Zoungbo, Professeur des universités, études hispaniques, Université de Perpignan, GRENAL.

Délide Joseph, Docteur en histoire et civilisations (EHESS), enseignant contractuel, Université de Guyane, Ciresc.

Villegas Roxana: Maîtresse de conférences en civilisation Hispano-américaine et Traduction. Département LEA, Université des Antilles, CRILLASH, membre associé ERIMIT U. Rennes 2.

 

Crédits photographiques : Campasuchitl, fleurs des morts, Morelia, photogr. V. Ginouvès, 6 novembre 2017, CC-BY-NC



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2024, 17 mars). Appel à contribution, AFAS : Voix du Sud. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1kb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.