Fonds Emile Laoust (1876-1952) - Exposition coloniale Paris 1931 - Pavillon du Cameroun et du Togo

L’exposition coloniale de 1931 vue à travers les archives d’Emile Laoust du Général Dassonville

Dans le cadre d’un stage au sein du secteur archives de la recherche / phonothèque de la Médiathèque de la MMSH  j’ai eu comme mission d’analyser et de mettre en ligne des plaques de verre numérisées de la collection Emile Laoust (1876-1952), orientaliste et linguiste français spécialisé dans le monde berbérophone. Ce dernier a consacré de nombreux travaux aux dialectes berbères d’Algérie et du Maroc. Mais avant de partir pour l’Afrique  Emile Laoust (1876-1952) avait visité l’exposition coloniale à Paris de 1931 et j’ai découvert à cette occasion cet événement. La grandeur des édifices et le nombre important de visiteurs m’ont amené à me poser plusieurs questions : combien le gouvernement français avait-t-il dépensé pour la construction des pavillons ? Comment a-t-il réussi à sensibiliser et mobiliser autant de visiteurs à une époque où les réseaux sociaux n’existaient pas ? Et qu’est-il advenu des pavillons après la fin des expositions ?

Actuellement en formation de niveau master 2 en Histoire, je travaille sur un mémoire qui a pour sujet Les routes à l’époque coloniale française au Togo, et cette mise en ligne m’a beaucoup intéressé.

J’ai pris connaissance de l’exposition coloniale à travers principalement deux ouvrages qui m’ont aidé à documenter les images qui étaient simples à analyser parce qu’elles étaient principalement architecturales : le guide officiel de l’Exposition coloniale internationale à Paris en 1931, texte de A. Demaison (consultable à la bibliothèque de la Médiathèque sous la cote 320 MAH) et Voyage dans l’empire coloniale français, de Feriel Ben Mahmoud, édition  Place des victoires, Paris, 2007 (cote 8-38662).

J’ai également découvert comme la technologie avait aussi son importance au début du XXème siècle, puisque Emile Laoust proposait une forme de diaporama pour présenter ses images.  Il y avait deux itinéraires, un pour les photos prises de jour, l’autre pour les photos prises la nuit. Les images reprennent le trajet du plan qu’il a tracé, avec des itinéraires de jour et de nuit, de la porte d’honneur jusqu’aux ponts d’eau, incluant des photos nocturnes.

Fonds Emile Laoust (1876-1952) - Exposition coloniale Paris 1931 - Plan de l'itinéraire de visite de l'exposition coloniale de jour et de nuit
Fonds Emile Laoust (1876-1952) – Exposition coloniale Paris 1931 – Plan de l’itinéraire de visite de l’exposition coloniale de jour et de nuit

Finalement, je n’ai pas continué avec les voyages africains d’Emile Laoust mais puisque je reconnaissais désormais les paysages de l’exposition coloniale, l’équipe d’archivistes m’a confié la tâche de mettre en ligne les plaques de verre d’Achille Dassonville qui lui aussi était à Paris en 1931.

Achille Fernand Hector Dassonville (1890-1962) était un militaire, peintre et amateur de photographie. Il a officié durant la guerre du Rif au Maroc (1921-1926) et a constitué un fonds de photographies stéréoscopiques sur plaques de verre entre 1920 et 1935.
Les photographies de l’exposition coloniale à Paris sont principalement celle des différents pavillons, avec différentes perspectives et angles de vue, du plus éloigné au plus rapproché.

A gauche, la photographie d’Émile Laoust du pavillon du temple d’Angkor  (hal-04510990, Licence Ouverte – etalab) et à droite la photographie d’Achille Dassonville pavillon du temple d’Angkor  (hal-04523292, Licence Ouverte – etalab).

A gauche, la photographie d’Émile Laoust du pavillon de la Guadeloupe  (hal-04510849 , Licence Ouverte – etalab) et à droite la photographie d’Achille Dassonville du pavillon de la Guadeloupe  (hal-04529154, Licence Ouverte – etalab).

A gauche, la photographie d’Émile Laoust du pavillon de l’AEF (hal-04511463,  Licence Ouverte – etalab) et à droite la photographie d’Achille Dassonville du pavillon de l’AEF (hal-04529183,  Licence Ouverte – etalab).

A gauche, la photographie d’Émile Laoust du pavillon cambodgien (hal-04510867,  Licence Ouverte – etalab) et à droite, la photographie du pavillon cambodgien (hal-04529193, Licence Ouverte – etalab) d’Achille Dassonville.

J’ai appris à lire au-delà de l’image principale. En effet, une photographie peut comporter plusieurs plans structurant l’image des lignes ou niveaux de regard qui superposent : premier plan (partie tout devant de l’image), deuxième plan, (scène plus large), arrière-plan (partie plus éloignée, située tout derrière). La photographie est ainsi découpée en plusieurs zones de profondeur, permettant de guider le regard du spectateur et de restituer un effet de dimension (3D) aux objets et sujets photographiés. Cette capacité à décrypter les différents éléments présents dans une image m’a permis d’enrichir mon vocabulaire, en particulier pour décrire des images d’architecture.

L’analyse des photographies d’Emile Laoust et d’Achille Dassonville lors de l’exposition coloniale de 1931 offrent une perspective enrichissante sur les dynamiques de l’époque coloniale, mettant en lumière tant les aspects architecturaux que les implications politiques et culturelles de cet événement majeur. Ces photographies constituent ainsi des témoignages précieux permettant de mieux comprendre cette période de l’histoire. Leur mise en ligne en libre accès sur la plateforme d’archives ouverte MédiHal sous la licence Etalab permet au monde académique mais aussi à toutes les personnes intéressées par cette période et cet événement de les réutiliser. Bon voyage dans le temps !

Crédit de l’image “à la une” : Fonds Emile Laoust (1876-1952) – Exposition coloniale Paris 1931 – Pavillon du Cameroun et du Togo, licence Etalab



Citer ce billet
Théo Midodji Agbo (2024, 5 avril). L’exposition coloniale de 1931 vue à travers les archives d’Emile Laoust du Général Dassonville. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6ej

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.