Une famille palestinienne à la maison [A Fellahin bed], New York : American Stereoscopic Company, manufacturers and publishers, c1901 June 18, n°LC 2006679627

15 mai 2024, 76 ans de Nakba : des archives pour écouter l’histoire palestinienne

Les archives d'Eric Rouleau  (1926-2015) traversent l'histoire palestinienne qu'il s'agisse de ses dossiers constitués lorsqu'il était journaliste1 puis ambassadeur ou de  ses enregistrements sonores, réalisés au fil de sa carrière, recueillis lors de conférences de presse, ou secrètement transmis par des membres actifs pour les droits humains.  Le Secteur archives de la recherche - Phonothèque de la Médiathèque de la MMSH est encore au tout début du traitement de ces archives, mais une série d'enregistrements ont d'ores et déjà été analysés et catalogués. Pour cet anniversaire de la Nakba, nous vous présentons deux entretiens réalisés par Eric Rouleau : le premier est une conversation avec Yasser Arafat (1929-2004) où sont abordées les questions clés du conflit israélo-palestinien et notamment les tentatives politiques et diplomatiques pour parvenir à une solution pacifique, le second est une entretien biographique auprès d'Abou Iyad (1933-1991) qui fait le récit de son exil de Jaffa à Gaza peu après le massacre de Deir Yassin. Les deux notices sont accessibles sur Calames, pour des raisons juridiques les fichiers sonores ne sont pas en ligne.
Entretien 1

Titre :
Yasser Arafat et Eric Rouleau s’entretiennent à Damas dans les années 1980 en abordant les questions clés du conflit israélo-palestinien et notamment les tentatives politiques et diplomatiques qui pourraient permettre de parvenir à une solution pacifique
Résumé de l’entretien :
L’entretien débute par une question directe d’Eric Rouleau sur le refus de l’OLP de valider la proposition d’une charte visant à un accord politique israélo-palestinien. Yasser Arafat répond que l’intention du Front Démocratique pour la libération de la Palestine est de modifier cette charte pour qu’elle précise le programme politique du peuple palestinien et favorise une reconnaissance mutuelle et la coexistence pacifique entre les État palestinien et israëlien. Il rappelle dans ce cadre les positions de dirigeants israéliens tels que Menahem Begin (1913-1992), Ariel Sharon (1928-2014) et Yiṣḥaq Rabin (1922-1995) qui, malgré la reconnaissance par l’OLP des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité et le droit d’Israël à exister, ont refusé de reconnaître l’OLP ou de négocier avec elle. Même si l’OLP reconnaissait les résolutions 242 et 338 et le droit d’Israël à exister, ils ne seraient pas reconnus puisqu’aucune négociation directe n’a eu lieu. Il rappelle que Shimon Peres a donné des dizaines de déclarations indiquant qu’il ne négocierait pas avec l’organisation, considérant que le seul groupe représentant les Palestiniens était le roi Hussein (1935-1999) et tout groupe qui rejoindrait sa délégation. Cette attitude démontre, selon lui, les véritables intentions des dirigeants israéliens, qui rejettent le droit des Palestiniens à l’autodétermination et à l’indépendance, et utilisent l’obstruction pour s’emparer des terres. En outre, Yasser Arafat évoque les difficultés rencontrées dans la lutte armée, soulignant que malgré les obstacles géographiques et d’armement, la Résistance palestinienne a persisté, s’inspirant d’exemples historiques comme l’Algérie. La Namibie est également évoquée, en référence à la résistance contre l’occupation sud-africaine. Il souligne l’importance de la lutte politique et diplomatique, parallèlement à la lutte armée, pour faire avancer la cause palestinienne. Il insiste sur le fait que la Résistance palestinienne prend en compte l’opinion publique israélienne, cherchant à dialoguer avec des forces démocratiques israéliennes non expansionnistes pour explorer des solutions politiques. Des tentatives de négociations secrètes ont même eu lieu, reflétant une volonté d’ouverture au dialogue malgré les défis.
Éric Rouleau interroge Yasser Arafat sur les avantages qu’il y aurait à créer un gouvernement provisoire non lié au contexte qui permettrait de mettre en place un véritable programme gouvernemental, avec un rôle politique et diplomatique. Il pourrait participer à des conférences de paix, et ne serait pas accusé d’être lié à certaines organisations palestiniennes. Mais selon Yasser Arafat ce gouvernement serait confronté aux mêmes problèmes qui se posent actuellement à l’OLP. Il rappelle qu’Israël est un membre des Nations Unies reconnu, sans frontières définies et que cela n’a pas empêché les Nations Unies de la reconnaître.
Éric Rouleau l’interroge ensuite sur la date future du Conseil national, lui demande s’il apportera des solutions et comment l’organisation envisage la stratégie à venir. Pour Yasser Arafat la lutte armée est celle qui s’annonce maintenant car leur peuple a essayé la lutte politique et diplomatique entre 1948 et 1967. Il ajoute “Nous étions oubliés après cela, et quand le Conseil de sécurité en novembre 1967 s’est souvenu de nous, nous étions devenus un groupe de réfugiés”. Il évoque l’expérience d’autres peuples dont l’indépendance n’a pu se faire que par la lutte. A la lumière des résultats de la guerre et de l’invasion du Liban mais aussi de l’extermination des Palestiniens au Liban [Note de l’archiviste : référence au massacre de Sabra et Chatila] il indique que la lutte ne peut prendre une seule forme. Elle doit combiner le front militaire, le front politique et le front intellectuel [Des bruits indistincts à l’extérieur, gênent la compréhension].
L’entretien met en évidence les efforts constants des Palestiniens pour gagner le soutien international et avancer vers une solution politique, tout en faisant face à des obstacles considérables, notamment le refus d’Israël de reconnaître les droits fondamentaux du peuple palestinien et de s’engager dans des négociations significatives.
Éric Rouleau pose ensuite une question mais elle est inaudible car le micro est trop distant. Elle concerne les otages de Ma’alot-Tarshiha. Une discussion s’ensuit sur les détails de l’opération et le rapport qui a suivi rédigé par une commission formée par le gouvernement israélien. Éric Rouleau évoque ensuite la position de Ruhollah Khomeyni (1902-1989) et donne l’exemple algérien où la classe politique d’élite a contribué à la victoire politique et au soutien mondial de leurs causes. Il veut démontrer ainsi que la résistance armée n’est pas toujours celle qui fonctionne. Yasser Arafat répond qu’il ne sacralise pas le fusil, le recours aux armes est une réponse lorsque les droits des peuples sont bafoués. Sans l’usage des armes, le monde aurait oublié la cause palestinienne. Il reprend l’exemple de 1967, et de la résolution 242 du Conseil de sécurité : les Palestiniens n’étaient mentionnés que comme des réfugiés. La mobilisation, à ce moment-là, a permis de changer les choses. Il revient sur les exemples de l’Algérie et du Vietnam. Il compare les rapports de force. Sur le terrain, ils étaient en faveur de la France mais la victoire a été politique, et de même pour le Vietnam, ce sont les interactions politiques qui ont conduit au retrait américain. En conséquence, l’arme est seulement un levier, la lutte syndicale mais aussi la politique, et la diplomatie sont nécessaires. Après une coupure Yasser Arafat lit deux nouvelles de Radio Israël et de Radio Monte Carlo en lien avec la guerre au Liban.
Après une nouvelle coupure, il revient sur les positions des forces américaines et israéliennes et leurs conditions pour déployer leurs forces à Beyrouth.
Yasser Arafat mentionne ensuite la communication qui a été faite auprès de l’opinion publique israélienne en avril 1974, publiée dans des journaux israéliens, américains (Washington Post) et libanais (An-Nahar et Al-Orient) s’ adressant aux forces démocratiques de la société. Mais l’appel a été minimisé et il n’y a pas eu de réponse. D’autres appels ont été lancés, non seulement en 1974, mais aussi en 1977 et 1979, pour insister sur le dialogue avec toutes les forces démocratiques israéliennes, mais il n’ont jamais été entendus. Il évoque des noms de journalistes, hommes politiques, intellectuels et activistes en Israël ou à l’international, qu’il a rencontré ou dont il connaît les activités, et qui ont essayé de faire passer ce message comme Aryeh Eliav, Yossi Sarid, Itzhak Ben-Aharon, Amnon Kapeliouk, Paul Jacobs, Shlomo Avineri ou Mordechai Gur.
La conversation va vers la fin. Les deux hommes évoquent les négociations secrètes qui ont eu lieu à Paris et Prague avec des Israéliens non communistes [Note : l’enregistrement semble avoir été coupé]. Yasser Arafat revient sur l’invasion israélienne du Liban, il donne les noms de personnalités israéliennes et signale un incident mais l’enregistrement est peu audible. A ce propos, il raconte une crise où Ariel Sharon est accusé d’être le plus grand commandant sanguinaire et où ce dernier répond par l’insulte. Éric Rouleau lui demande ensuite quelle est la personnalité israélienne qu’il souhaiterait rencontrer. La réponse de Yasser Arafat est directe, il souhaite strictement travailler avec une personnalité non expansionniste qui reconnaît le droit du peuple palestinien à la vie. Les deux hommes plaisantent ensuite, Éric Rouleau promettant de lui amener Menachem Begin et après quelques minutes, la conversation s’interrompt.
Commentaire sur l’entretien : Les deux hommes, Yasser Arafat et Eric Rouleau, semblent bien se connaître. [Point de vue de l’analyste : les coupures qui sont repérées dans l’entretien sont peut-être liées à une complicité entre les deux hommes qui les engagent implicitement à ne pas enregistrer d’informations confidentielles pour que le cadrage de l’entretien reste officiel].
Date : Sans doute enregistré dans les années 1980
Langue : arabe (dialecte palestinien)
Support : 1 cassette audio. 1h 15min (nombreuses coupures)
Durée : 1h 15min
*****
Entretien 2
Titre :
A la fin des années 1970, Eric Rouleau s’entretient avec Abou Iyad (1933-1991), alors numéro deux de l’OLP et réfugié au Liban, qui fait le récit de son exil de Jaffa à Gaza peu après le massacre de Deir Yassin
Résumé de l’entretien :
Abou Iyad partage ses souvenirs et ses réflexions avec Eric Rouleau sur des événements marquants de l’époque de la Nakba en 1948, notamment les massacres de Deir Yassin et Jaffa et leurs conséquences sur la population palestinienne. Abou Iyad évoque tout d’abord son sentiment d’une défaillance arabe et d’une déception envers les pays arabes, en particulier envers l’Égypte. C’est d’ailleurs une époque où certains Arabes ne considéraient pas Jérusalem comme une ville arabe. D’après lui, à la fin du Mandat britannique, la balance ne penchait pas en faveur des palestiens. Abou Iyad décrit le massacre de Deir Yassin comme un événement abominable. D’après lui, cette horreur a été transmise par les médias occidentaux avec une insistance qu’il soupçonne d’être exagérée pour provoquer la panique, une “opération de la terreur” poussant vers un déplacement massif de la population. Selon lui, cela a également permis de diviser les communautés et de déplacer les populations musulmanes loin des régions chrétiennes. C’est ce massacre qui a été la cause de la décision de sa famille d’émigrer : elle a dû être prise en quelques jours en raison de la peur et de la pression. Le 13 mai 1948, jour de leur exil, Abou Iyad se souvient de la tragédie et du chaos qui régnaient, des familles séparées, et des personnes désespérées tentant de monter sur les bateaux pour s’échapper au plus vite. L’image d’une femme inconsolable, montée sur un bateau déjà en route qui avait oublié l’un de ses enfants sur la berge lui est restée marquée. La femme était avec ses deux autres enfants, elle hurlait et a plongé sans savoir nager. Son mari, resté calme jusqu’ici, a voulu la sauver. Il a plongé à son tour ; mais il est mort lui aussi. Il compare la situation “au jour du Jugement” (Yawm al-qiyāmah), même s’il n’est pas sûr que ce jour puisse exister. Une fille et un fils sur le bateau, un fils sur la berge, devenus subitement orphelins. Il n’a jamais su ce qu’ils étaient devenus. Mais l’histoire lui inspiré une pièce de théâtre qu’il a écrite, plus tard, en se remémorant cette scène.
Il aborde ensuite leur vie à Gaza, où sa famille, relativement aisée, a dû faire face à des défis économiques et sociaux. Il décrit comment lui et son frère ont dû travailler pour subvenir aux besoins de leur famille, mais aussi toutes les difficultés qu’ils ont dû affronter. C’est aussi l’occasion de revenir sur la propagande qui a contribué à pousser vers l’exode. A Gaza s’étaient montés des groupes qui s’appelaient les “comités nationaux” qui participaient à cette frayeur qui poussait au départ sans vraiment le savoir ou le vouloir. Par exemple, au moment de manifestations, le porteur de microphone dressait un tableau terrifiant du massacre de Deir Yassin, en criant “ils ont violé l’honneur, sont entrés dans les maisons et ont tué les femmes et les enfants, ont creusé des fosses et y ont enterré les gens vivants”. Il évoque également l’idée qui se propage, à ce moment-là, d’une absence de courte durée, que les Palestiniens reviendront bientôt chez eux. C’est cette croyance qui explique selon lui pourquoi la population palestinienne est partie si vite, en laissant derrière elle maisons et biens. L’espoir chevillé au corps de revenir un jour.La conversation porte ensuite (à partir de 31 m 55s) sur la vie d’Abou Iyad, adolescent et jeune adulte. Il travaille pendant un an à réparer des chaises, mais l’argent manque pour subvenir aux besoins de sa famille. Son frère aîné travaille également comme mécanicien. Issus d’une famille aisée, leur mère préférait que leur travail manuel ne soit pas évoqué devant leur père qui s’en attristait. Pour gagner plus d’argent, Abou Iyad se rapproche d’un oncle paternel, propriétaire du café Al-Kamal. Il y travaille après l’école, se sentant humilié après le déclassement social et économique subi. Il doit affronter le regard des autres qui, par conservatisme, n’apprécient pas ce type d’emploi. Pourtant c’est bien grâce à ce travail qu’il a pu continuer ses études et il souligne la nécessité pour les enfants palestiniens d’aller à l’école. Pour lui, l’éducation est essentielle.Un jour, son père a découvert qu’il travaillait au café. L’expérience a été redoutable et très embarrassante pour lui. Son père était en colère contre lui. Mais, face à la détresse de son fils qui va aller jusqu’à une tentative de suicide, il va accepter la situation et contribuer financièrement à ses études. A la fin de ses études secondaires, Abou Iyad part étudier en Égypte soutenu par sa famille.L’enregistrement se termine sur des discussions sur la politique de l’époque et la gratitude d’Abou Iyad envers l’université d’Al-Azhar, où il a séjourné en Égypte (il manque la fin de l’entretien).
Date : enregistré à la fin des années 1970
Langue : arabe (dialecte palestinien). Une femme intervient ponctuellement en dialecte libanais pour clarifier auprès d’Eric Rouleau des expressions du dialecte palestinien ou pour parfois traduire en langue française.
Bibliographie : Cet entretien a sans doute été utilisé pour la publication de l’ouvrage H̱alaf, Ṣalāḥ. Palestinien sans patrie : Abou Iyad, entretiens avec Eric Rouleau. Paris. Fayolle. 1978. 361 p. (Voix arabes).
Support : 1 cassette audio.
Document en relation : Une recherche dans les catalogues arabes et français, n’a pas permis de trouver trace d’une version éditée de la pièce de théâtre d’Aoub Iyas signalée dans la notice. Le titre de l’oeuvre est indiqué sur le site W6an : Jours glorieux (Ayyām Majīda). Le texte raconte l’histoire du départ d’Abou Iyad et de sa famille de la ville de Jaffa par la mer en 1948. D’après les archives consultées par Najla Nahklé-Cerrutti, la pièce a été montée à Chatila en 1980.
Durée : 1h 4min.

La notice sur France Archives

Le traitement de ces archives sonores a pu être réalisé grâce à un stage rémunéré par l’Institut SoMuM d’une étudiante  en M2 de langue arabe à AMU, Luna Sirès. L’écoute et la vérification des noms en hébreu ont été effectuées par Maria-Luisa Langella (IREMAM).

Crédits de l’image “à la une” : Une famille palestinienne à la maison [A Fellahin bed], New York : American Stereoscopic Company, manufacturers and publishers, c1901 June 18, n°LC 2006679627.



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2024, 15 mai). 15 mai 2024, 76 ans de Nakba : des archives pour écouter l’histoire palestinienne. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o6a

  1. Le 13 mai 2024, Gilles Paris a publié dans Le Monde un article qui contextualise les journalistes du journal qui ont écrit sur la Palestine depuis 1945, citant - parmi d'autres - Eric Rouleau. Note : Cet article n'est pas accessible pour les non-abonnés au journal mais peut être lu à travers les bouquets offerts par les bibliothèques municipales ou universitaire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.