LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille (Cote D2364 – N°2126. Enregistré le 19 octobre 2007 à Marseille  par Johana Lees. Durée : 2h).

Ecouter l’enquête en ligne

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 avec l’objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Dans l’entretien présenté ici à l’écoute, l’informatrice, âgée de 81 ans, raconte l’histoire de sa famille et de celle de son époux de la fin des années 1920 jusqu’à sa retraite. Elle raconte l’exode et les longues marches subies, l’arrivée en France en 1930 avec un contrat de travail en Ardèche dans les filatures de soie, leur installation à Marseille et les déménagements fréquents, les difficultés pour obtenir des papiers et la vie dans la clandestinité. Elle raconte également comment sa famille est devenue française tout en transmettant aux générations suivantes les racines de leur culture arménienne. Dans sa famille, personne n’a jamais participé à la vie associative arménienne en France : ils se disent non  »arménophile » mais fier  »d’être arméniens ».

Cette enquête (comme l’ensemble du corpus sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône) est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH.

 

Crédits photographiques : Jeune femme en costume traditionnel arménien à Artin [Armenian woman in national costume, Artvin], photographiée entre 1905 et 1915 par Sergeĭ Mikhaĭlovich (1863-1944), collections de la bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droits connues.


4 réflexions sur « LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille »

  1. Merci Véronique pour cette diffusion par petites touches!
    Pourrais-tu réparer les liens vers le contexte de la collecte pour l’entretien de lundi? Il serait utile en effet d’en savoir plus sur cette collecte, sa méthode et son contexte, notamment car le chapeau introductif de l’entretien est coupé et apparemment l’anonymat a été choisi mais il reste tout de même beaucoup de noms de personnes et de lieux dans l’entretien, ce qui nous ramène à la question de la réalité d’un « vrai » anonymat: est-ce possible et à quel prix pour l’intégrité et l’écoute de l’entretien? Et les enquêtés doivent-ils être méconnaissables seulement pour le grand public ou bien aussi pour leur famille, voisins et connaissances partageant la même vie culturelle?
    Myriam

  2. Merci pour l’intérêt porté à la diffusion de nos archives sonores dans le cadre de l’Open Access Week, cela nous oblige à un exercice un peu nouveau. Merci aussi pour le lien cassé que je viens de réparer. Pour le la question de l’anonymat, je vais laisser répondre Corinne Cassé directrice du projet mais simplement avant sa réponse, je voulais signaler que dans le cadre du programme d’enquête « Mémoire orale des Armémiens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône » tous les témoins ont souhaité que leurs entretiens soient diffusés, tous les enregistrements ont été écoutés avec attention pour vérifier qu’aucune information confidentielle était susceptible de leur porter atteinte. La méthodologie du projet est d’ailleurs téléchargeable sur la base Ganoub ou sur carnet de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/18
    Dans le cas de cette dame, elle n’a pas souhaité l’anonymat. L’introduction manquante est sans doute dû à la jeunesse de l’enquêtrice qui réussit toutefois (il me semble) un très bel entretien.
    Très bonne écoute !

  3. L’identification du témoin dans l’univers de l’archive sonore est une question centrale. De même qu’une archive papier doit être contextualisée pour être comprise entièrement. Par ailleurs l’anonymat est un droit inaliénable et fondamental. Pour autant ce peut être une notion subjective. Tout d’abord il ne peut être question de garantir l’invisibilité de la personne témoignant : elle est de fait identifiée comme « ayant vécu telle ou telle expérience ».
    Partons d’un premier point : si le témoin décrit une ou plusieurs expériences auxquelles il a participé, même de loin, ou dont il a été simplement témoin, toutes ces expériences mises bout à bout composent son portrait humain et l’identifient comme appartenant à telle ou telle communauté d’expériences. De fait il est déjà un peu identifié. Et il en est conscient au moment où il dépose. En tout cas, la démarche de présentation et d’explications sur le contrat de cession de droits doit lui permettre d’aborder cet aspect avec le collecteur. Il est de la responsabilité du collecteur de s’assurer que la personne s’engage dans une démarche de témoignage public en toute connaissance de cause. Le témoin sait qu’il expose une partie de ses expériences et donc de sa vie. Il autorise l’exploitation de l’archive lorsqu’il comprend et accepte la portée pédagogique ou informative de son témoignage. De fait il sait très bien qu’il sera potentiellement identifiable par cette communauté d’expériences. Et c’est à lui, et à lui seul, de décider du statut de témoignage de sa parole, aux yeux (aux oreilles) de cette communauté ou pas (dans un premier temps) et aux oreilles des autres, de ceux qui n’ont pas vécu les mêmes choses. C’est cette question qui pourrait être envisagée comme douloureuse pour le collecteur. Les témoins, eux, franchissent facilement ce pas, contre toute attente, et assument. Les autres refusent de témoigner tout simplement. De mes expériences d’enquêtes orales ethnographiques, j’émets l’hypothèse que l’anonymat n’est pas demandé pour échapper à l’identification : il est demandé par pudeur par le témoin qui ne désire pas que son nom apparaisse comme « monsieur ou madame Untel(le)-expert de tel sujet ». C’est aussi une façon de protéger les autres membres de sa famille d’un rapprochement trop facile avec ce témoignage déposé. C’est mon ressentit et il serait très intéressant de demander aux personnes, pendant l’enregistrement, ce que cette question d’anonymat évoque pour elles, et quelle est leur position.
    Mais bien sûr, il n’est pas question d’aseptiser un discours déposé, en enlevant tout ce qui contextualise une parole sans quoi nous serions dans un tout autre schéma de production d’information, plein de généralités, de poncifs, un entretien complétement fictif, voire suspect.
    Merci Myriam d’avoir posé cette question ici. Je rappelle que la méthodologie et le contexte de cette collection d’enquêtes est accessible au format pdf depuis la notice corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

    1. Merci à toutes les deux pour vos réponses, il me reste maintenant à réécouter l’entretien en sachant qu’il n’est pas anonyme!
      Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse Corinne. Et cet échange montre, je crois, l’importance de laisser une trace consultable de la méthodologie et du contexte de toute enquête, comme cela a été fait de manière exemplaire pour la collecte dont il est ici question.
      Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.