#IAW2024 : Article pour la revue Archivistes! n° 148 – Dossier “Femmes (in)visibles dans les archives”

Pour célébrer la semaine internationale des archives (#IAW2024) 1, le secteur Archives de la recherche – Phonothèque publie chaque jour, du 7 au 11 juin 2024, un billet illustrant la vitalité des archives à travers les projets de création et d’expérimentation gravitant autour des fonds de la Médiathèque de la MMSH.

En avril 2024, la revue  Archivistes! a publié un numéro spécial sur le thème “Femmes (in)visibles dans les archives” et le Secteur archives de la recherche – Phonothèque de la Médiathèque a proposé un article sur le fonds “Les femmes des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer” qui a été retenu. Les propositions ayant été très nombreuses, la revue a préféré revoir le nombre de caractères à la baisse pour présenter plus de collections. Ce billet vous propose le texte long & le texte court, à lire aussi dans la revue Archivistes! et sur Hal (en cours de publication).

De l’archive sonore à la mise en en scène : les femmes des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer se font entendre

Elles sont filles et femmes d’ouvriers des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer, femmes de ménage ou secrétaires employées des chantiers, souvent immigrées d’Algérie, de Tunisie ou du Sénégal, et racontent leurs conditions de vie, en rapport plus ou moins direct avec l’entreprise des chantiers jusqu’à sa fermeture le 28 février 1989 suite à la crise économique et industrielle. Elles avaient entre 47 et 90 ans quand elles ont été interrogées par l’Association Histoire et patrimoine seynois, entre les années 2000 et 2008, une enquête menée avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances. Vingt ans plus tard, leurs témoignages sont écoutés sur les serveurs de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) par trois comédiennes de la Compagnie Badass fracasse qui décident alors de les représenter sur scène à travers un jukebox interactif.

Le secteur Archives de la recherche / Phonothèque à la Médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) conserve plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées dans le cadre de projets de recherche issus de laboratoires constitutifs de la MMSH ou collectés par des institutions de recherche ou culturelles qui se préoccupent de leur accessibilité et de leur conservation. C’est dans ce cadre que l’association Patrimoine seynois a fait don de 76 entretiens enregistrés auprès de 50 femmes qui racontent l’histoire de la ville de la Seyne-sur-Mer et de ses chantiers navals. Elles ont entre 47 et 90 ans au moment de la collecte réalisée au début des années 2000, soit un peu plus de dix ans après la fin des chantiers.

Ces chantiers étaient avant tout un monde d’hommes, tant du côté des ouvriers que des décideurs, mais les femmes de la ville de la Seyne-sur-Mer, ont aussi vécu de plein fouet cette crise. En portant son attention sur elles, l’enquête de l’association Histoire et patrimoine seynois inverse les regards et saisit l’importance de leur rôle social, politique, économique et familial dans le développement et la vie des chantiers navals. Les 77 entretiens auprès d’un panel très diversifié ont été réalisés dans la première décennie des années 2000, soit à peine dix ans après la fin de l’usine et la destruction des bâtiments. Il n’a pas été simple de retrouver des travailleuses directeurs, seules 12 sur les 50 femmes enregistré, ont travaillé directement sur les chantiers et racontent leur métiers – secrétaire, comptable, simple employée, femme de ménage, soudeuse ou assitante sociale -. D’autres ont partagé leur quotidien avec un employé de l’entreprise : la moitié (25) s’expriment en tant qu’épouse – ou veuve -, 9 raconte le souvenir de leur père, pour certaines (4) ce sont les pères et les maris qui ont travaillé aux chantiers et pour l’une d’elle le père, le mari et ses fils. Les autres ont leur place au sein de collectifs gravitant autour des chantiers, qu’il s’agisse de la santé, des enfants, de la vie politique ou des commerces de la ville. Chacune donne à entendre son récit de l’histoire de la ville et des chantiers, tant au moment de leur expansion que de celui de leur déclin. Leur présence et leur action révèlent les transformations d’une société qui voit naître l’émancipation de la classe ouvrière et celle des femmes, dont le statut est en train de changer.

Par exemple, ce témoignage d’une femme de ménage d’origine sénégalaise aux Chantiers navals, épouse d’un ouvrier soudeur des Chantiers, livre les conditions de vie et de travail à La Seyne-sur-Mer et la précarité  (écoutez en ligne, l’enquête 3345). Cet autre entretien avec une femme médecin retraitée aborde les difficultés des ouvriers au moment de la fermeture des chantiers et souligne l’importance du rôle des femmes pendant la période faste des chantiers (voir la notice, MMSH-PH-3301). Ou encore, celui avec cette assistante sociale des Chantiers navals et de la mairie,  militante communiste souligne les avantages sociaux mais aussi les luttes sociales et la solidarité entre travailleurs (voir la notice, MMSH-PH-3314).

L’historienne Yolande Le Gallo a dirigé ce programme de collecte et préparé une grille d’enquête qui donne à l’ensemble une cohérence qui n’était pas d’emblée simple à saisir car ce sont neuf enquêtrices (et un enquêteur), pour la plupart jeunes étudiant·e·s qui ont réalisé ces 80 heures1. En écoutant les entretiens, on perçoit les dialogues réflexifs et intergénérationnels qui se mettent en place, notamment à travers les entretiens enregistrés en plusieurs séquences. En effet, 21 des témoins ont été enregistrés deux à trois fois, l’occasion pour ces jeunes enquêtrices d’aller plus loin dans leurs questionnements au fur et à mesure de la découverte de ces vécus mémoriels et à de ces évolutions sociétales.  Dès le départ du projet, la phonothèque de la MMSH a été sollicitée pour les conseiller dans la rédaction des contrats d’utilisation signés par chaque témoin, afin que les enregistrements puissent être écoutés en ligne. Ils ont ensuite été décrits, catalogués, puis ils ont vécu leur vie d’archives.

Quelque vingt ans plus tard, trois comédiennes de la Compagnie Badass Fracasse, font une recherche sur un moteur généraliste en quête d’archives orales où seraient interrogées des femmes ouvrières. Elles sont émues par ces voix de femmes de La-Seyne-sur-Mer. La matière sonore est retravaillée à partir de transcriptions qu’elles sélectionnent, jusqu’à ce qu’elles imaginent la salle de spectacle comme le lieu où s’écoutent les archives à partir d’un jukebox humain : le programme distribué en début de spectacle liste une série d’entretiens, chacun peut être sélectionné.

Un exemple, n° inventaire : 3341 – Aïssata, employée d’une société de nettoyage, [Sur Calames : Témoignage d’une femme sénégalaise née dans les années 1930, employée d’une société de nettoyage, prestataire de service des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer, au sujet de sa condition en tant que femme de ménage aux Chantiers [http://calames.abes.fr/pub/ms/Calames-202308301618622455].

Le cri du numéro d’inventaire “3341” fuse comme lors d’une partie de loto napolitain. Il résonne dans la salle et met en marche le jukebox. Les actrices re-jouent alors l’extrait de l’entretien demandé devant un public silencieux, comme on pourrait l’être dans un lieu d’étude.

Avec la performance immersive de Jukebox sur Mer, résonnent les voix des femmes de la Seyne-sur-Mer ;  à travers leur histoire, elles révèlent aux spectateur·trice·s le rôle des archives sonores dans la préservation et la mise en avant des témoignages des anonymes oubliées du récit historique conventionnel.

Regardez la pièce, JukeBox sur Mer

En complément, proposition de lecture sur les carnets du Secteur archives de la Médiathèque de la MMSH

  • Une histoire de la phonothèque de la MMSH : M Cialone & V Ginouvès, « Quand les archives sonores nous chuchotent leur histoire : création et organisation d’une phonothèque de recherche à travers ses différents acteurs », Géolinguistique, n°20, 2020. https://doi.org/10.4000/geolinguistique.2151
  • Le récit de l’archiviste qui a catalogué la collection des femmes F Besson, “Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer”, 5 octobre 2010, https://phonotheque.hypotheses.org/3776
  • Un fonds sonores enregistrés auprès d’hommes qui ont travaillé sur les chantiers d ela Seyne sur Mer : JP Koffi, “Le psychologue, l’anthropologue, la CAO et les chantiers navals : découverte du fonds JP Poitou (1936-2017)”, 6 mai 2022, https://phonotheque.hypotheses.org/36225

Véronique Ginouvès (responsable des archives – MMSH) & Emilie Groshens (archiviste – MMSH)

Crédit (image de couverture) : Des femmes en pause lors d’une formation pour apprendre la dactylographie, 1971, Jean-Baptiste Servant / INA

  1. Julia Bortot, Marcia Gomis, Frédérique Grosjean, Elsa Guglielmi, Katia Kovacic, Marina Léoville, Elsa Malovec, Lucas Martinez, Bat Sheva Papillon. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Groshens (10 juin 2024). #IAW2024 : Article pour la revue Archivistes! n° 148 – Dossier “Femmes (in)visibles dans les archives”. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11scs


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.