portrait d'un syndicaliste tunisien assassiné en 1978

#IAW2024 : Au cœur de la série « Tunisie » des archives d’Éric Rouleau : La “passation de pouvoir” entre Bourguiba et Ben Ali

Pour célébrer la semaine internationale des archives (#IAW2024) 1, le secteur Archives de la recherche – Phonothèque publie chaque jour, du 7 au 11 juin 2024, un billet illustrant la vitalité des archives à travers les projets de création et d’expérimentation gravitant autour des fonds de la Médiathèque de la MMSH.

Etudiant en licence LEA (anglais – arabe) à l’université d’Aix-Marseille j’ai réalisé entre avril et juin 2024 un stage au sein du secteur Archives de la recherche – Phonothèque de la Médiathèque de la MMSH. Ma mission était de classer la série  organique « Tunisie » dans le fonds Éric Rouleau. J’ai ainsi découvert, à travers les archives de celui qui était alors ambassadeur de Tunisie, les enjeux et les implications de la transition présidentielle entre 1980 et 1990.

Les archives du fonds Éric Rouleau révèlent à quel point la succession de Habib Bourguiba (président de la Tunisie de 1956 à 1987) a marqué le débat public tunisien dans la décennie 1980-1990. La question de « l’après Bourguiba » se manifeste de diverses manières tout au long des dossiers et dans toutes les thématiques des cinq boîtes qu’Éric Rouleau avait lui-même classé comme la série “Tunisie”.  Elle se retrouve à travers des documents divers, qu’il s’agisse du syndicalisme tunisien, l’islamisme, ou de l’agriculture. Tous ces aspects sont, de près ou de loin, liés à la présidence de Habib Bourguiba et à sa fin inéluctable, puisqu’ en 1985, il est âgé de 82 ans.

Éric Rouleau (1926-2015) était un journaliste et diplomate français, né au Caire, de confession juive. Tout au long de sa vie, il parcourt le monde arabe et couvre divers événements et il a donné la parole à des grandes figures du monde arabe comme Hassan Al Banna, Gamal Abdel Nasser ou Yasser Arafat1. En 1985, le président de la République française, François Mitterrand, le nomme ambassadeur de France en Tunisie et c’est sur la période de son mandat diplomatique, 1985-1987, que j’ai concentré mes efforts d’apprenti archiviste, encadré par l’équipe de la Médiathèque, lors de mon stage.

La période était particulièrement significative pour la Tunisie, qui s’apprêtait alors à tourner une page de son histoire contemporaine à un moment où la présidence de Habib Bourguiba était de plus en plus critiquée. De nombreux acteurs cherchaient à se positionner pour succéder au combattant suprême tunisien2. En tant qu’ambassadeur, Éric Rouleau s’intéressait de très près à ce tournant politique.

Les mouvements protestataires du moment se retrouvent dans la série d’archives que j’ai classé3 . Plusieurs documents mettent en avant les raisons qui ont poussé le peuple tunisien à une critique exacerbée de leur président. La disparité des revenus et l’absence de système de comptabilité nationale sont deux causes majeures qui animent ces contestations populaires4. L’argument récurrent est celui de l’âge de Habib Bourguiba qui, selon le peuple, n’est plus apte à pouvoir diriger. La presse, sur un registre ironique, commence à lancer les noms de ceux qui pourraient postuler à la présidence.

Zine el Abidine Ben Ali n’est pas tout de suite pressenti pour être le futur président de la République tunisienne. Une note confidentielle rédigée à l’attention d’Éric Rouleau, signée mais dont nous n’avons pas pu décrypter le nom de l’auteur, esquisse la position tunisienne de l’après Bourguiba en 1986, sans que son nom ne soit particulièrement mis en avant. Elle mentionne simplement un certain nombre de clans et de figures en lutte pour la succession5.

Dans un autre document, un dossier constitué par Éric Rouleau sur le MTI – Mouvement de la tendance islamique –6, nous donne à lire des notes manuscrites, des articles de presse et de revue. Il met en évidence le positionnement de ce parti non reconnu par le régime qui cherche à se faire une place dans le débat public, et les conclusions des observateurs qui montrent un certain scepticisme sur sa place dans une société tunisienne sécularisée. Leur programme à référent islamique reste flou et la quasi-totalité du corps diplomatique franco-tunisien  accuse l’Iran d’être à l’initiative de ce qui était vu à l’époque comme une tentative coup d’État.

Caricature publiée dans “Le Matin”, datée du 9 novembre 1982. Le journal n’est plus actif et nous n’avons pas pu contacter l’auteur. Nous ne disposons pas des droits relatifs à cette image (ER_283_11_01).

Une boite7 illustre la confusion dans laquelle se trouvait la société tunisienne à la fin du mandat de Bourguiba. Quand il est su, de manière certaine, que Ben Ali, Premier ministre depuis 1987, succède au  Combattant suprême, les articles de presse montrent une certaine agitation. En effet, la plupart des journalistes sont persuadés que la France, l’Algérie ou les État Unis orchestrent le changement. Ils sont déconcertés par l’arrivé de Ben Ali, qu’ils qualifient comme une « destitution sur ordonnance »8 ou, même, un coup d’Etat venu de l’intérieur de l’Etat9.

De nombreuses notes tapuscrites d’ambassade dans les archives du fonds Éric Rouleau nous aident à mieux comprendre comment et pourquoi la fin du mandat de Habib Bourguiba a causé cette confusion collective. Les dossiers constitués sont aussi une façon d’entrer dans la méthode Rouleau, curieux, toujours à l’affut des différents points de vue, et grand connaisseur des sociétés arabes.

Je vous propose d’ouvrir le tableur du classement que j’ai réalisé au cours de mon stage pour découvrir les documents présents dans les cinq boites qui correspondent à la période du mandat d’ambassadeur d’Éric Rouleau en Tunisie : Inventaire du corpus Tunisie du fonds Éric Rouleau, juin 2024  (fichier PDF).

Crédits photographiques : en “image à la une” dessin de Farhat Hashed père du syndicalisme tunisien assassiné en 1952 à Radès p. 3 & Caricature cote ER_283_11_01, article consultable sur site, à la Médiathèque de la MMSH, secteur Archives de la recherche.

  1. Les archives sonores d’Eric Rouleau ont commencé à être traitées et les notices sont accessibles sur le site https://calames.abes.fr/pub/ms/Calames-202402151559326061. []
  2. Cote ER_286_07_02 []
  3. Cote : ER_283_10. []
  4. Cote : ER-283-10-03. []
  5. Cote : ER_286_07_01. []
  6. Cote : ER_286_01_02-03. []
  7. Cote : 286. []
  8. ER_286_10_12. []
  9. ER_286_10_02-14. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florian Ebiatsa (8 juin 2024). #IAW2024 : Au cœur de la série « Tunisie » des archives d’Éric Rouleau : La “passation de pouvoir” entre Bourguiba et Ben Ali. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11saj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.