Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des « petits lieux » de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

– Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

– Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

– Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

– Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

– Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

– Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

– André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

– Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

– Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

– Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

– Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

– Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !


Une réflexion au sujet de « Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *