Des bohémiens et de leur musique à Marseille

Babel Med Music débutait hier par une table ronde ouverte à tous sur le thème  « Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder ». Philippe Fanise de l’ARCADE avait choisi de croiser les regards et les  expériences d’ artistes, de programmateurs de festivals, de chercheurs, d’élus et d’acteurs sociaux.

Si vous n’avez pas pu y assister vous pouvez – pour vous mettre en oreille -, commencer par lire Des bohémiens et de leur musique en Hongrie, de Franz Liszt cité dans son introduction par Philippe Fanise.

Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec Caroline de Saint-Cricq, le compositeur hongrois évoque ce répertoire avec une vision romantique qui finalement n’a pas disparue : Outre les auteurs qui ont animé de sentiments conformes à ceux que l’art bohémien exprime, des personnages qui n’ont aucun rapport extérieur avec cette race, et ne sont apparentés à elle que par leurs ineffaçables instincts d’orgueil et de liberté infinie, comme par les mélancolies navrantes qui les poignent: outre les auteurs qui ont pris le Bohémien en qualité de ressort dramatique et de figure étrange, il y eut plusieurs poètes qui, se transportant en idée dans l’un de ce ces individus, essayèrent de surprendre les battements du cœur, les pulsations de sang que provoque une existence comme la sienne, et de nous les redire. Pouchkin intercale dans le poème qu’il leur consacre, et dont la structure est pareille à ceux que Byron nommait a taie, une chanson recueillie par lui de la bouche des Bohémiens de la Russie méridionale, et qui se chante encore parmi eux ; la langue russe donne à ces vers une singulière énergie, par la richesse de ses assonances, par son rhythme rapide et saccadé comme la respiration haletante qui précède le crime (p122).

Justement, la table ronde avait pour objectif de sortir de ces clichés tout en conservant une oreille attentive à la création musicale des roms. Tchoune qui jouait le soir dans un groupe réuni autour des chants sacrés en Provence, Ghista de la fanfare Vagabondu que l’on croise souvent au détour d’une rue marseillaise, Claudio Cavallo Giagnotti qui nous a raconté un peu de la vie des gitans italiens du Salento. Plusieurs projets et festivals autour de la culture rom ont été présentés. Parmi eux, celui porté par l’association Petit à petit en collaboration avec le Museon Arlaten et évoqué Cécile Février devrait aboutir lors de Marseille 2013. « Partage de mémoire gitane » s’inscrit dans une démarche  participative des populations ou dans les comités il y a à les « experts » bien sûr mais aussi les roms présents sur le territoire et un groupe de concertation où tout le monde se rencontre. L’objectif est de former les jeunes à réaliser des collectes auprès de leurs anciens en partant du principe – cher à la convention de Faro – que chacun est expert de sa vie.  Alain Fourest, de « Rencontres tsiganes » nous a fait redescendre sur terre en évoquant les risques d’expulsion constants, dans des conditions inhumaines que vivent les populations roms de Marseille.  Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations, a présenté la politique mise en oeuvre par la Région en direction de ces populations et a annoncé la création d’un centre de ressources sur les populations tsiganes. A cette annonce, le marseillais ne peut que regretter la disparition brutale de la Maison de l’étranger et de son centre de documentation, et penser à la fatigue de  cet éternel recommencement…

Le soir après « le marché » Babel Med redevenait ce lieu où les marseillais peuvent plonger en apnée dans toutes les musiques du monde, en allant d’un concert à un autre. Hier j’avais choisi le combat diatonique, en écoutant cinq samouraïs, voyageurs eux-aussi : Bruno Le Tron (France), Ricardo Tesi (Italie), Markku Lepistö (Finlance), Didier Laloy (Belgique) et David Munnelly (Irlande) ont joué un superbe choral à partir de leurs créations éclectiques et joyeuses, toujours inspirée sdes répertoires de tradition. Leur « unité de combat » internationale n’aurait pu avoir lieu sans une résidence qu’ils ont effectuée à Correns en 2010, un autre lieu encore pour soutenir la création des musiques traditionnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.