Polyphonies des archives sonores en Corse : chacun cherche sa voix

En 2004 a eu lieu à Corte une formation sur l’initiation à la collecte : il s’agissait d’une des premières actions du Centre musiques et danses traditionnelles de Corse en lien avec la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). L’objectif affiché de ce nouveau centre était la promotion et de développement des pratiques des musiques, des danses et du chant traditionnel corse. Depuis, le CMT a grandi et Damien Delgrossi, son nouveau directeur1, vient d’inviter la FAMDT à tenir son assemblée générale à Corte. Cet évènement a été l’occasion d’organiser des tables rondes sur des sujets au coeur des questionnements des musiciens traditionnels. L’une d’entre elle portait sur le traitement et la valorisation des archives sonores.  Dastum et la phonothèque de la MMSH y ont présenté leurs archives ainsi que le portail du patrimoine oral et deux institutions corses exposaient leurs projets : l’association Voce et le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Le centre culturel Voce a été évoqué plusieurs fois sur Les carnets de la Phonothèque. Créée en 2099, la base de données Repertorium qu’il a développé, met en ligne plus de 100 heures de collectage2. Ecoutez par exemple, ce chant d’un bouvier enregistré en 1978 à Pigna, le lamentu di Guagnu inteprété par Anghjula Maria Leca née en 1910  à Ortu ou encore les paghjelles issues du répertoire de mesdames Luiggi et Volpei, deux merveilleuses chanteuses de Pioggiola. Originalité du projet, le centre fait directement appel aux corses pour documenter les enregistrements qui sont mal informés : dans la rubrique à analyser, vous pouvez écouter des enquêtes pour lesquelles le centre Voce posséde peu d’éléments et signaler les informations dont vous seriez détenteurs à Sarah Mallet, responsable du projet documentaire.

Le projet Estru paisanu3 a pour objectif de partager la mémoire des territoires sonores de la Corse à travers des séances d’écoute d’archives issues des collections de la phonothèque du musée régional d’Anthropologie de la Corse. Antoine Leonelli, du service de la médiation musique traditionnelle du musée, se déplace pour quadriller les différentes Pievi4 et restituer dans les villages les voix enregistrées des anciens paysans qui ont été capturées par les collecteurs. Mémoire et territoire se tissent ainsi dans des micro régions, sans mise en scène mais plutôt dans une dans une démarche intimiste, volontairement hors de la période touristique. Chaque année, de février à mai, sont prévues six séances. Chacune réunit une cinquantaine de personnes, souvent émue d’entendre une voix familière et joyeuse de retrouver le fil de sa culture.

Les archives sonores qui sont valorisées dans le cadre de ces séances d’écoute sont puisées dans le fonds de la phonothèque du musée, créée en 19965 et située au sommet de la citadelle de Corte. Bernardu Pazzoni est le responsable de cette phonothèque dont les missions principales sont à la fois le traitement documentaire du fonds sonore « historiques », sa mise à disposition auprès de tous les publics et l’enrichissement de la collection par des campagnes de collectages. Il faut noter que cette phonothèque est la seule en France, qui ait bénéficié d’une copie numérique d’une collection sonore importante de la part de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il s’agit du fonds Félix Quilici, enregistré entre 1948 et 1963. L’objectif de la BnF était alors de mettre à disposition en région des enquêtes de terrain enregistrées et favoriser l’accessibilité de ces ressources. Dans le même démarche, le musée a également bénéficié d’une copie des collections enregistrées en Corse par les chercheurs de l’ancien musée national des arts et traditions populaires (aujourd’hui le MuCEM). L’intérêt du projet Estru paisanu au sein du musée est amplifié par le fait que, pour le moment, la phonothèque du musée ne permet pas encore d’accéder facilement à un inventaire ou d’écouter les archives en ligne ; étant donné que l’amplitude de ses horaires d’ouverture pour la consultation sur place est très limitée (la phonothèque est ouverte deux après-midi par semaine), l’attente de la population, des spécialistes ou tout simplement des curieux et des amoureux de la musique corse est grande. Bernardu Pazzoni constate d’ailleurs que la demande est telle qu’il existe aujourd’hui sur le web des dizaines de blogs de musique traditionnelle corse qui permettent l’écoute de collectes ou de groupes actuels. Pour ne pas être en reste, en attendant la consultation des archives du musée, le CMT a mis en place un « Youtube de la musique traditionnelle corse » qui permet d’entendre une quarantaine d’airs interprétées par des musiciens et des chanteurs issus de la tradition orale de Corse.

Crédits photographiques : Corte, 5 mai 2011, V. Ginouvès

  1. Il a pris ses fonctions en octobre 2009 []
  2. Pour les documentalistes, il peut être intéressant de noter que leur base de données est présentée sur le Joomla, une façon originale de détourner ce CMS très puissant qui finalement permet beaucoup de choses dans le domaine de l’IST puisque c’est aussi avec Joomla que le portail Crévilles.org s’est développé []
  3. L’expression pourrait être traduite par « l’esprit paysan » []
  4. La pieve correspond aux anciennes circonscriptions territoriales et religieuses dirigée par une église rurale avec un baptistère en Corse, calquée sur l’Italie du moyen-âge. Ethymologiquement, le mot « pieve » dérive du latin plebspeuple désignant une tribu, une peuplade. L’objectif est donc bien de passer sur les découpages administratifs pour retrouver des territoires plus anciens []
  5. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libération d’Annick Peigne-Giuly (18 novembre 1996), sous le titre « Une quatrième voix pour la Corse », qui réalise une sorte de synthèse sur les acteurs de la musique traditionnelle Corse à ce moment là et reprend plusieurs informations sur la collecte de Quilici []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.