Sauvegarder ses données sur DVD, c’est possible !

Depuis les débuts de la numérisation des archives sonores, les phonothécaires archivent leurs données sur des disques optiques compacts enregistrables (CD-R) mais la capacité de ces disques est limitée à environ 650Mo. Le DVD, malgré une capacité de 4500 Mo, n’était jusqu’ici pas conseillé comme support de stockage. Les arguments majeurs portaient sur la finesse de l’écriture des données sur les DVD enregistrables qui présentaient une plus grande sensibilité que les CD-R aux conditions de gravure et aux dégradations naturelles au cours du temps.

En 2007, la Direction des Archives de France a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais d’évaluer la qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché français et de déterminer si ces supports pouvaient être utilisés pour l’archivage avec une fiabilité comparable à celle des CD-R. Parue en octobre 2008 sous le titre Qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché pour l’archivage des données numériques, cette étude a réalisée par Jean-Michel Lambert et Jacques Perdereau du LNE. Ils ont sélectionné et testé huit références de DVD enregistrables simple couche d’une capacité de 4,7 Go. Outre l’évaluation de la qualité de gravure des différentes références, pour plusieurs graveurs et pour plusieurs vitesses de gravure, l’étude évalue également la vitesse de dégradation lorsque les DVD sont soumis à des conditions climatiques sévères (température de 80°C et hygrométrie de 85%), afin d’anticiper des pertes de données au bout de plusieurs années. Bref, voilà la lecture idéale pour l’archiviste du son qui a toujours trop peu de temps pour réaliser sa veille d’information…

Je vous laisse lire les 112 pages du rapport pour aller directement à la conclusion, page 24 (les pages suivantes sont constituées d’annexes) que je résume rapidement. Tout d’abord, première information intéressante, la  vitesse de gravure recommandée est la vitesse 8. Ensuite, sur les DVD testés, deux d’entre eux sont retenus pour leur qualité, les MPO et les VERBATIM (on retrouve ici les marques préconisées aussi par la BnF). Enfin, information essentielle, la capacité des DVD à supporter des conditions climatiques sévères comparable à celle des CD-R. Même si les DVD conservent une dégradation de qualité par rapport aux CD-R, pratiquement insensibles aux conditions climatiques sévères, après 1500 heures d’exposition les références retenues sont toujours intégralement lisibles.

Ainsi le rapport conclut sur une bonne nouvelle pour les archivistes qui jonglaient jusqu’ici avec leurs disques compacts : si on tient compte de la qualité des références utilisées, l’archivage de données numériques sur DVD±R serait acceptable au même titre que l’archivage sur CD-R.

Crédit photographique : Sqaurecircle15, galerie Flickr de Fontplaydotcom, Licence CC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.