Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises « d’oreille » pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes » des différentes migrations, plus qu’un « répertoire spécifique de chants indigènes », ont donné « la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont ».

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux « En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille » ou « Le pauvre vigneron », et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

8 réflexions sur « Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca »

    1. Bonjour, la mise en ligne va se faire d’ici la fin de l’année mais nous vérifions une dernière fois que les enregistrements ne contreviennent pas au droit de la propriété littéraire et artistique. En effet, les chansons qui ont des compositeurs ou arrangeurs postérieur à 70 ans ne pourront pas être diffusées. Or vous imaginez bien qu’un chanteur traditionnel ne se préoccupe pas toujours de l’origine de ses chansons, il chante ce qu’il aime ! Merci de nous lire, vous en serez informé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.