Nordeste occitan


Quelques accords de banjo suivis de la voix de bluesman méridional de Moussu T, donne le son de ce disque. Dès le premier chant les paroles passent tranquillement du provençal au portugais… il va s’agir de Maratge, d’échanges. Le Brésil et l’Occitanie se rencontrent sur 15 plages ensoleillées et cela semble couler de source : on dirait que les cultures de la Résistance s’entendent bien. Les voix de La mal coiffée, qui habituellement prennent la clé des champs, s’adaptent à la poésie urbaine (plage 6) ; Les bombes 2 bal, lascives, se lancent dans la mélodie tropicale (plage 12)  ; Original Occitana nous offre une version de Diga Janeta très sérieusement « trad » dans sa polyphonie et complètement disjonctée dans ses paroles (plage 14) ; une introduction à la mandole sur un air oriental mélancolique interrompu brutalement par une double voix Karpienna/Pessoa nous foudroie, « Guerra são piores quando são interior / Les pires guerres sont intérieures » ; un pincement de cœur nous étreint en retrouvant les Fabulous troubadors (plage 5) que l’on n’a plus entendu depuis bien longtemps.

Enfin, tout se termine sur une poésie lancinante chantée à la forme du pays de Pernambouc : un dizain de vers de sept syllabes qui énumère les uns après les autres les artistes de ce Nordeste occitan qui ont participé au projet et leurs qualités. Silvério Pessoa nous explique sa démarche sur son titre « Mix raça » (plage 13) : cada um tem un pouco de cada cor / Dos navios negreiros / Da força dos índios / Edas melodias do povo Europeu (Chacun a en lui un peu de chaque couleur / Des navires négriers / De la force des indiens / Et des mélodies du peuple européen). C’est Marc Régnier, un parisien amoureux du Brésil qui a eu l’idée après avoir écouté un peu par hasard Massilia Sound System (plage 3) de se lancer dans cette aventure. Il a très vite découvert que cette idée était déjà ancienne, puisque dès les années 1980 Claude Sicre puis le groupe la Talvera (plage 2) étaient partis à la recherche des musiciens du Nordeste et que leurs liens avec cette terre et ces hommes ont perduré. Sans doute la qualité sonore de l’ensemble du cédé aurait pu être meilleure mais les enregistrements ont été réalisés dans des endroits multiples et parfois improbables de Nice à Toulouse en passant par Carcassonne, Cordes-sur-Ciel et Peyriac au fond du Minervois, cela n’a pas dû faciliter le mixage. Peu importe, l’aïoli a prise, le disque renvoie à une ambiance de fête, de danse d’un monde populaire énergique et rebelle. Un Nordeste occitan dont on aimerait entendre clamer la vitalité plus souvent.

Référence : Silvério Pessoa invite, Collectiu : encontros occitan, 2011 : http://www.silveriopessoa.com.br Chronique rédigée pour la revue Pastel.

Crédits photographiques : Bonecos de barro de Caruarú – Pernambuco, Brésil, photographie de Paula FJ, 2007. Licence CC.


Une réflexion sur « Nordeste occitan »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.