A propos des archives sonores ethnographiques de la British Library

L’UNESCO vient d’inscrire les collections sonores ethnographiques de la British Library (BL) dans le Memory of the World International Register, une sorte d’inventaire international de la mémoire du monde qui peut s’apparenter – pour les documents et les archives – à la liste des sites du patrimoine mondial. C’est une belle reconnaissance de cette collection sonore mais aussi du travail des archivistes qui ont oeuvré non seulement à sa numériser mais aussi, et surtout, à sa mise en ligne. Vous pouvez ainsi écouter en interrogeant la base Archival Sound Recordingsdes complaintes gaéliques enregistrées en 1908, des airs irlandais sifflés (1915) ou encore des chants et des musiques de l’Inde de la fin du 19e siècle et du début du 20e.

Pour cette mise en ligne, l’équipe du département des archives ethnomusicologiques de la BL, sous la direction de Janet Topp-Fargion, a mené une réflexion sur les questions de droit et d’éthique, en travaillant en collaboration avec la World Intellectual Property Organization (WIPO ) et en particulier l’IGC ou Intergovernmental Committee on Intellectual Property and Genetic Resources, Traditional Knowledge and Folklore.  Au moment de l’interrogation des archives ethnomusicologiques, une déclaration conjointe WIPO/BL s’affiche pour les internautes. Cette déclaration, sorte de charte juridique pour les collections, pourrait être intéressante à reprendre sur un site d’archives sonores du même type, si ce n’est en l’état en tout cas dans l’esprit : le texte pourra être discuté lors des réunions de travail qui s’annoncent dans le cadre de la rédaction du Guide de bonnes pratiques sur les questions de  droit et d’éthique pour la diffusion des données en SHS. Je tente ici une traduction, n’hésitez pas à faire d’autres propositions à travers les commentaires.

« La British Library a numérisé ses collections sonores dans un but de conservation mais aussi afin que ces enregistrements puissent être diffusés et utilisés dans le cadre d’exploitations non commerciales pour la recherche, l’éducation ou toute autre utilisation qu’elle soit privée ou appartenant au cercle familial. Ces collectes sont des matériaux sensibles sur la culture de différentes sociétés, enregistrés au cours de recherches ethnographiques. Ainsi, ces enregistrements ne doivent pas être modifiés ou utilisés d’une façon qui pourrait heurter  les communautés autochtones et locales qui sont dépositaires mais aussi vecteurs de la musique traditionnelle et de leurs chants, des savoir faire, des contes, des spectacles et autres matériaux créatifs que l’on trouve dans ces enregistrements sonores.

La British Library, ainsi que ceux qui ont contribué à la constitution des collections, est certes détentrice de la propriété intellectuelle de la numérisations des documents  sonores et propriétaires des supports mais elle reconnait des droits plus étendus à tous ceux qui ont transmis ce patrimoine culturel immatériel, ainsi qu’à ceux qui sont considérés comme les « gardiens traditionnels » de ces matériaux – en vertu des lois nationales, coutumières ou autre -, qu’il s’agisse de musiques, de paroles ou de autres créations enregistrés dans ces collectes. C’est pour cela que, pour toute réédition ou utilisation commerciale de tout ou partie de ces matériaux, il est obligatoire d’obtenir  le consentement préalable de la British Library, comme de tous ceux qui ont contribué à la création de l’archive, mais aussi des « gardiens » de ces cultures.

La British Library est très attentive à la prise en compte des sensibilités culturelles et des interdits religieux en lien avec les sociétés auxquelles appartiennent les témoins enregistrés. Lorsque elle détient les information identifiant l’enregistrement, la British Library le documente le mieux possible, en indiquant en particulier le lieu et la date de de la prise de son, les noms des interprètes, des compositeurs et de tous les témoins qui transmettent leurs savoirs, leurs récits, leurs musiques ou leurs chants. La British Library s’applique à ne jamais déformer ou altérer de quelque façon que ce soit ce matériau. Toutefois, si un représentant d’une communauté ou une communauté se sent lésée par la numérisation et la mise à disposition de ces matériaux, la British Library invite la communauté à la contacter afin d’engager une discussion et résoudre la situation à l’amiable.

 

The following statement has been prepared together with the World Intellectual Property Organization

The British Library has digitised these collections of recordings and made them available purely for the purposes of safeguarding them and for making them available for non-commercial research, study and private enjoyment. The collections include culturally sensitive materials, among them ethnographic sound recordings. These recordings should not be altered or used in ways that might be derogatory to the indigenous and local communities who are traditional custodians of the traditional music, lyrics, knowledge, stories, performances and other creative materials embodied in the sound recordings.

While the British Library, or contributors to its collections, may be the owner of intellectual property in the digitisations of the sound recordings and in the sound recordings themselves, the Library recognises that broader rights and interests in intangible cultural heritage, including traditional music and other creative materials embodied in the sound recordings may, under national, customary and other laws, reside with the traditional custodians of such materials. Therefore the prior informed consent of the British Library and/ or other contributing third parties, as well as the traditional custodians is required for the republication and commercial use of part or whole of these materials.

The British Library always seeks to take account of cultural sensitivities and any religious or other restrictions in the recordings its possesses and/or owns. Where possible, the location and date of the recording, the names of original performers and traditional custodians of the music, and the lyrics, knowledge, stories and performances embodied in the sound recordings have been identified. The Library takes considerable care not to distort or alter this underlying material in any derogatory way. In the event, however, that any community or community representative feels aggrieved by the digitisation and making available of these materials, the British Library invites such community to contact it via the link below in order to resolve the matter amicably through mutual discussion.

 

A propos des collections sonores de la British Library lire aussi http://phonotheque.hypotheses.org/4517

Crédits photographiques : vue extérieure de la Bristish Library, Londres, février 2011, Véronique Ginouvès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *