Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d’archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d’un village, d’une région, d’un continent à l’autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l’université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l’indexation d’une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n’est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n’est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l’indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson « Rossignolet du bois », vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c’est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc…

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l’ennui et les messages

O. Chansons sur l’état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d’ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi « Le rossignolet sauvage » est la neuvième chanson présentée dans la section « F » des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J’avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D’après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu’on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c’est tout de même un avantage. Il faut également noter que l’ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n’est, lui aussi, qu’accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n’est pas rien au vu de l’interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu’un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d’autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L’occasion vous est offerte aujourd’hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d’être publiés autour de l’oeuvre de Conrad Laforte sous le titre « M’amie, faites moi un bouquet… »4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L’appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l’université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c’est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd’hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d’ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l’ouvrage. Formons le souhait que d’autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d’outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

Une critique de l’ouvrage est paru dans les Cahiers d’ethnomusicologie (2014)  : Sylvie Genest, « Jean-Nicolas DE SURMONT, dir. : « M’amie, faites-moi un bouquet… » Mélanges posthumes autour de l’œuvre de Conrad Laforte », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 31 décembre 2015. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2096

(Mise à jour du billet le 31 décembre 2015)

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche… []
  3. Dastum, qui signifit « recueillir » en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l’oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l’oralité. L’article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l’article de L’encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

Une réflexion au sujet de « Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral »

  1. Bonjour, je cherche désespérément les paroles d’une chanson qui s’intitule « L’amour est un petit langage » pour ma mere qui a 93ans. Pouvez-vous m’aider? Ça la rendrait heureuse de l’entendre à nouveau!
    Merci d’avance
    Lorraine Pitre
    lorraine_pitre@hotmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *