Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre « Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976) ». Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre « L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie ». La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.