Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les « Archives internationales de musique populaire » (AIMP) destinées à conserver la mémoire des « mélodies originelles de toutes les contrées du monde ».

Interrogez la base-de-données du musée et vous pourrez entendre des airs enregistrés lors de ses enquêtes de terrain : des danses de noces à la voix, à la flûte et au luth en Bucovie (1928), des chants de Transylvanie (1933). Les chorales du monde pourront y trouver des répertoires nouveaux parmi les polyphonies de Sardaigne, de Corse ou du bassin de l’Orénoque (Pierre Gaisseau, 1948). Commencez à écouter et vous ne saurez plus où donner des oreilles en parcourant le monde et le temps Cuba en 1957, l’Algérie en 1948, le Japon des années 1940…

Vous allez pouvoir parcourir 3028 enregistrements, enregistrés entre 1913 et 1958, que Constantin Brailoiu a réuni au musée d’ethnologie de Genève. Une sélection de ses propres enquêtes (1928-1943) y sont accessibles, ainsi que celles de ses collaborateurs mais vous y trouverez aussi l’intégrale des enregistrements que Gilbert Rouget et Alain Didier ont réalisé au Congo en 1946 dans le cadre du musée de l’Homme de Paris, les enquêtes effectuées par Marguerite Lobsiger-Dellenbach lors de la première expédition suisse au Népal (1952), la série « Música de los cultos africanos en Cuba » de Lydia Cabrera (1957, collection du Musée de l’Homme) et enfin la collection mythique « Folk Music of the United States » (1934-1944) publiée par Alan Lomax pour la Library of Congress.

La base de données est simple mais efficace. Il est possible de rechercher par mot de la notice, instrument, pays, genre musical et population. Des listes closes permettent de se faire une idée des possibilités existantes. Même si il manque d’autres critères de recherche comme les titres des oeuvres interprétées par exemple ou la date de l’enregistrement, la base peut être aisément exploitée. Le contexte des enquêtes, absent dans les notices, est tout de même restitué en partie par les pages web de la future exposition L’air du temps (13 mars – 30 décembre 2009) qui aborde les grandes questions de l’identité et de la mémoire à l’ère de la mondialisation.

Ces documents sont rares et magiques. Permettre leur accès librement est un évènement décisif qui annonce – nous l’espérons tous – de futures mises en ligne d’archives de la recherche et amorce une précieuse cartographie des terrains ethnographiques. C’est la loterie romande qui a financé la numérisation et le traitement documentaire des collections du musée, la française des jeux serait-t-elle aussi généreuse ? Voilà peut-être un bon tuyau pour les centres d’archives sonores de France.

Mise à jour du billet le 12 janvier 2017 : une émission de radio sur Play RTS présente ces archives par la directrice de ce fonds : https://www.rts.ch/play/radio/magnetique/audio/lethnomusicologie-a-lere-numerique?id=9206082&station=a83f29dee7a5d0d3f9fccdb9c92161b1afb512db

Complément d’information : La physique des tubes, article de Rodéric Mounir paru le 7 mars 2009, sur Le courrier, quotidien suisse et indépendant

Crédit photographique : Roumanie Md de Poulet Bucarest par Ch. Chusseau-Flaviens (ca. 1900-1919), plaque de verre, collection George Eastman House Photography. Pas de restriction de publication connue. http://flickr.com/photos/george_eastman_house/2678363966/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.