Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan

L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur le métier de luthier et d’archetier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Charles-Alfred Bazin raconte son parcours d’archetier. Son père, Louis Bazin, le fait travailler dans son atelier durant l’été 1922. Il en est propriétaire et l’atelier connaît alors un plein essor. La rentrée venue, il imposera à son fils d’y rester. Charles-Alfred Bazin était déjà au collège et espérait poursuivre des études, finalement il restera au sein de l’atelier familial et y mènera son apprentissage.

Extrait de l’enquête n°3490,  De l’école à l’apprentissage

La maison Bazin, qui comptait jusqu’à cinquante ouvriers, déployait une fabrication automatisée tout en maintenant, d’autre part, une fabrication artisanale sur laquelle reposait sa renommée.

Extrait de l’enquête n°3490, Les marques

La fabrication “à la division” (chaque élément de l’instrument conçu indépendamment des autres et en série par un ouvrier) est rémunérée à la pièce et pousse les ouvriers à la rentabilité (avec des gestes plus efficaces et rapides). Par contre, la pratique artisanale reste rémunérée à l’heure.

Extrait de l’enquête n°3490, Un bel archet

En 1936, Charles-Alfred Bazin quitte le giron familial, part à Paris exercer un autre métier, mais il est rattrapé par l’obligation de reprendre l’affaire de son père accidenté. Après la guerre, le commerce décline en perdant son client américain. La disparition des orchestres et l’émergence des enregistrements musicaux participent également de la crise. Les jeunes luthiers doivent changer de métier, la ville de Mirecourt les oriente vers les postes, les douanes… Charles-Alfred Bazin pense que l’origine ouvrière des patrons de Mirecourt les a empêchés de valoriser et de commercialiser leur fabrication sur le plan artistique. Il pointe la concurrence déloyale entre Paris et Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos de la concurrence entre Paris et Mirecourt

Par une suite d’anecdotes, il dresse le portrait de sa famille d’archetiers et de luthiers, dans le métier depuis la seconde moitié du dix-neuvième siècle et de la profession à l’échelle de Mirecourt. Il présente divers catalogues d’archers (façon, matières, prix), une liste d’appréciations sur le travail artisanal des ouvriers…

 Baguettes d'archets dans l'atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)
Baguettes d’archets entreposées dans l’atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

 

Il évoque certaines coutumes liés à la profession comme le congé du lundi, pendant lequel les luthiers, propriétaires de lopins de terre depuis la révolution, cultivaient et élevaient, afin également de compléter leurs revenus. Il décrit les rituels de la sainte Cécile, patronne des luthiers, fête revivifiée récemment par les jeunes luthiers.

Extrait de l’enquête n°3490, La fête de sainte Cécile

 

Charles Bazin, quant à lui, avec un groupe d’amis dénommé « Les célibataires endurcis » et  luthiers pour la plupart, proposait d’amuser la ville avec des parades musicales sur le mode comique et d’autres activités comme les concours de pêche.

Extrait de l’enquête n°3490, les luthiers amusent la population de Mirecourt

Concours de pêche des « Célibataires endurcis » à Haroué vers 1926. Charles Bazin est le 2e en bas en partant de la gauche. Parmi les autres luthiers qui participent à cette partie de pêche, on reconnait en haut du groupe en partant de la gauche: Pierre Claudot (1), Camille Tourel (2), Albert Claudot (4). Fonds Archives Pierre Claudot.

C’est suite à sa requête auprès de l’Académie française, comme il le précise, que le mot « archetier » a été introduit dans le dictionnaire de la langue française. Cette distinction était souhaitée par les luthiers fabriquants de violons, altos, violoncelles, contrebasses.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos du terme « archetier »

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices documentaires qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Bazin, Charles-Alfred (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3490.

Crédits photographiques : L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi et Baguettes d’archets dans l’atelier de Charles Bazin, photographies de Bernard Lesaing, Mirecourt 1982 ; Concours de pêche des « Célibataires endurcis » à Haroué vers 1926 (Fonds Pierre Claudot). Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


2 réflexions sur « Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.