Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


2 réflexions sur « Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie »

  1. Monsieur je rêve de devenir luthier , je rêve de laisser dans ce monde une partie d’un art qui je trouve est magnifique, façonner et donner vie a un instrument ,je pense que cela doit-être quelquechose de merveilleux .Dans ce monde le temps est une richesse dans les rêves, c’est un instant qui est et ou je suis ce que je souhaite devenir . Pouvez vous me dire si des apprentis vous cherchez.Je vis en Belgique et je ne souhaite plus être l’ombre de moi-même .Je sais très bien qu’il ne suffit pas d’être passionné et de pouvoir cônnaitre ou se trouve son or quand à moi elle se trouve dans mes mains . Je pense avoir un esprit froid et une passion qui prendt chaque jour un peu plus de place dans mon coeur .Bien que je sais qu’il y a des écoles à mirecourt il y a beaucoup de gens qui se presente pour etre et tres peu qui son reçu
    La mesure d’une passion ne nous permets pas toujours d’avoir la mesure de nôtre pain. C’est un rêve ,merci de m’avoir écouté pour un homme qui rêve de devenir ce que vous êtes:-)

  2. Cher Monsieur,
    les billets que vous pouvez lire et écouter sur Les carnets de la phonothèque sont issus d’archives sonores enregistrées dans les années 1980, principalement à Mirecourt et à Marseille. Un moment où la lutherie est déjà en crise. Je vous renvoie pour cela vers l’article d’Hélène Claudot-Hawad, La lutherie se meurt… (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00723047). La phonothèque qui met en ligne ces archives conserver et valorise les enquêtes de terrain des chercheurs en SHS. La lutherie est l’un des sujets de toutes ses archives, elle en détient presque 6000 heures. Bon courage dans votre travail de luthier,
    bien cordialement,
    Véronique GInouvès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.