Regards d’apprentis sur la collecte d’archives orales en Guyane

Mauricienne Fortino, conteuse palikur

Nous sommes un groupe d’étudiants en Master 2  Sociétés et interculturalités (filière Arts, Lettres et Civilisations) à l’Université des Antilles-Guyane qui avons suivi pendant une semaine un cours portant sur le traitement des données numérisées en sciences humaines et plus particulièrement sur les archives sonores. La matière de ce cours nous incite aujourd’hui à vouloir approfondir notre connaissance sur nos cultures dominées par l’oralité. Il nous fait prendre conscience de l’ampleur du patrimoine local matériel et immatériel. Les enseignements et la méthodologie acquis durant cette formation nous  ouvrent un champ de recherches encore faiblement exploré1. Dans ce cadre, nous avons appris à réaliser un entretien, avec un enregistreur numérique, à partir d’une grille d’entretien en étant vigilant sur le format d’enregistrement (wave) et  les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation de l’enregistrement. C’est avec ce matériel, très perfectionné en matière de restitution de la qualité sonore (la voix du témoin nous a paru particulièrement claire), que nous avons posé nos questions à une étudiante sur ses premiers pas au campus universitaire. 

Ce travail de terrain nous a amenés à  comprendre les difficultés liées à la collecte des sources orales. Les réticences que peuvent légitimement éprouver les témoins , la nécessité pour l’enquêteur de se mettre en retrait afin de laisser le témoin déployer sa parole. Nous avons également découvert les outils et méthodes de recherche dans le domaine des archives sonores. Sur le site du CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) nous avons l’heureuse surprise de découvrir 26 archives sonores concernant la Guyane française. Les premiers enregistrements datant du début des années 50.  Par contre, nous avons eu beaucoup de difficultés pour trouver des images libres de droit sur la Guyane. Pour enrichir notre étude nous pouvons constituer un fonds documentaire à partir d’un corpus thématique et établir des bibliographies sur différentes bases de données, en particulier sur le moteur Isidore.

Il est important que ces archives orales soient restituées en Guyane et que l’on puisse faire écouter ces enregistrements aux populations qui ont été enquêtées.

Auteurs : Antonella Atidong, Mireille Badamie, Adrien Guilleau, Quentin Le Bert, Tchisséka Lobelt, Yasmina Patient, Yohann Pierre, Stephanie Waya

Crédits photographiques : Mauricienne Fortino, conteuse Palikur, photographie de Julien Salaud, droits réservés.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

  1. Selon nous il y a trop peu de manifestations consacrées à la littérature orale en Guyane, excepté quelques festivals comme le Mémorial du conte Paul-Henri Gérard à Mana []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *